Réforme de la fête nationale: mission accomplie, selon Labeaume

La réforme du party de la Saint-Jean-Baptiste sur... (Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire)

Agrandir

La réforme du party de la Saint-Jean-Baptiste sur les plaines d'Abraham a débuté en 2011.

Photothèque Le Soleil, Caroline Grégoire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le pari semble gagné pour Régis Labeaume et l'organisation du party de la Saint-Jean-Baptiste sur les plaines d'Abraham, cinq ans après le début de la réforme qui aura réussi à transformer la célèbre beuverie en fête pour tous.

«Québec était devenue la capitale québécoise de l'abus d'alcool. Tous ceux qui voulaient prendre une brosse solide venaient à Québec», se souvient Hubert Sacy, directeur général d'Éduc'alcool. Aujourd'hui, les fêtards ivres ne sont plus les bienvenus, mais la célébration se poursuit, assure-t-il.

La réforme a débuté en 2011, alors qu'un vaste périmètre de sécurité avait été établi autour de la colline parlementaire et des plaines d'Abraham. À l'intérieur de cette zone, pas d'alcool permis, mis à part celui acheté sur place.

À l'époque, Régis Labeaume avait été accusé par plusieurs de tuer la fête. Ce à quoi le maire réplique aujourd'hui : «On savait qu'on ne tuerait pas la fête. La fête était en train de mourir à cause du danger de s'y rendre.» Il assure que le «plan de cinq ans a fonctionné».

Hubert Sacy va encore plus loin. Il affirme qu'«au bout de quatre ans, on avait conclu que ça allait beaucoup mieux. On est pratiquement un an d'avance.»

M. Labeaume affirmait d'ailleurs lundi que la surveillance serait bien présente aux lieux de célébrations mardi soir, mais qu'elle serait «moins imposante que les autres années». Comme si le pire était fait, et que la période de transition était bel et bien terminée.

Selon Gilles Grondin, directeur général du Mouvement national des Québécois, qui organise le spectacle de la Saint-Jean-Baptiste sur les Plaines, «tous les acteurs concernés ont pris [le problème] au sérieux» il y a cinq ans afin de changer la mentalité des fêtards un peu trop enivrés. «Moi, j'en tire un bilan très positif», même s'il précise que l'initiative venait de la Ville.

Hubert Sacy admet que l'ambiance dans les rues du centre-ville est aujourd'hui moins survoltée qu'elle ne l'a déjà été, «mais ça, c'est une bonne nouvelle!»

François Moisan, porte-parole du Service de police de la Ville de Québec, abonde dans le même sens. Malgré le nombre relativement stable d'arrestations effectuées entre 2009 et 2013 - entre 24 et 32 d'une année à l'autre -, «c'est pas comparable comment ça fêtait et comment ça fête aujourd'hui», souligne-t-il. Le nombre d'arrestations n'est pas un bon indicateur, «il faut l'avoir vécu. [...] L'ambiance générale ne se compare pas.»

À noter que seulement 19arrestations ont été faites à Québec durant la dernière célébration de la Saint-Jean-Baptiste, un résultat record pour les six dernières années.

Par ailleurs, le nombre d'appels faits au 9-1-1 à Québec durant la soirée de la Fête nationale serait passé de 142 à 89 entre 2010 et 2013, selon Éduc'alcool.

Périmètre de sécurité

Le périmètre de sécurité sera sensiblement le même que celui de l'an dernier. Il sera dévoilé en détail mardi, mais englobera une partie de la colline parlementaire, incluant la Grande Allée, de la rue Claire-Fontaine à la porte Saint-Louis. Chaque personne souhaitant entrer dans le «périmètre festif» devra se soumettre à une fouille afin de démontrer qu'elle ne porte pas d'alcool sur elle. 

Dès 19h mardi soir, le Réseau de transport de la Capitale offrira davantage d'autobus des parcours 7, 800 et 801 pour se rendre sur les plaines d'Abraham. En fin de soirée, le service habituel sera offert jusqu'à 0h30, et le service Couche-Tard prendra le relais de 1h à 3h toutes les 30 minutes à partir du centre-ville.

«Reprendre le contrôle»

«On est extrêmement heureux de ce virage-là», lance au Soleil Denis Martin, président du conseil d'administration d'Action promotion Grande Allée, lorsque questionné sur la réforme entreprise par l'organisation de la Fête nationale à Québec il y a cinq ans. «Le périmètre qu'ils ont fait est une excellente idée», ajoute celui qui est également cofranchisé du restaurant St-Hubert de la Grande Allée. «Sincèrement, en tant que commerçant, il y avait peut-être un peu d'affluence avant [...], mais l'image n'était pas bonne.»

Il va même jusqu'à dire que les autorités ont réussi à «reprendre le contrôle» d'une célébration qui était rendue pratiquement indomptable. «Je ne pense pas qu'on a dénaturé la fête pour autant. On la fait évoluer. C'est maintenant sécuritaire et intéressant de venir sur la Grande Allée», conclut-il.  

Une veillée «bouetteuse»

La veillée de la Saint-Jean-Baptiste sur les plaines d'Abraham sera bouetteuse, à en croire René Héroux, météorologue d'Environnement Canada. «C'est malheureux, la pluie va débuter vers midi» mardi et se poursuivre jusqu'en soirée, indique-t-il. De 25 à 40 millimètres de pluie sont attendus, les plus grosses quantités devant s'abattre sur le nord de la ville. Rappelons que le spectacle sur les plaines d'Abraham aura lieu mardi soir dès 21h même en cas de pluie, à moins qu'un orage ne trouble la fête. La température maximale attendue mardi est de 21 °C. En soirée, le mercure devrait descendre à 16-17 °C, jusqu'à atteindre 12 °C durant la nuit. 

=> Interdit mardi soir sur les plaines d'Abraham

  • Glacières
  • Parapluies
  • Canettes
  • Bouteilles en aluminium
  • Chaises pliantes
  • Boissons alcoolisées
  • Drogues
  • Feux d'artifice
  • Mâts de drapeau
  • Bouteilles et contenants de verre

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer