Affaire Badawi: Amir Khadir invite Jeff Fillion à manifester de l'empathie

Le député de Québec solidaire Amir Khadir... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Le député de Québec solidaire Amir Khadir

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le député Amir Khadir invite l'animateur Jeff Fillion à se rendre sur la colline parlementaire, ce midi, à l'occasion d'une vigile d'Amnistie Internationale qui cherche à «maintenir la pression» sur les élus quant au sort du blogueur saoudien Raïf Badawi. Selon le représentant de Québec solidaire, ce serait une façon pour lui de faire amende honorable et de démontrer de l'«empathie» à l'égard du journaliste détenu et soumis à la torture pour son combat pour la liberté d'expression.

La vigile se tiendra toutefois en l'absence de la conjointe de M. Badawi, Ensaf Aidar, retenue à Sherbrooke avec ses trois enfants.

«L'objectif sera de faire du bruit pour la liberté d'expression» en combinant  différents moyens d'expression artistique, explique Amnistie dans un communiqué. Le Dixie Band de l'école secondaire Jean-de-Brébeuf sera sur place, ainsi que le dessinateur Francis Desharnais. Les participants se verront remettre des craies «pour s'exprimer par l'écriture ou le dessin» sur le trottoir devant l'Assemblée nationale.

Cette vigile sera «la dernière avant le début de l'été compte tenu de la fin de la session parlementaire». Aministie se dit déterminé à «maintenir la pression internationale» pour protéger Raïf Badawi des mauvais traitements et, à terme, obtenir sa libération.

Propos «inacceptables»

En entrevue au Soleil mercredi, M. Khadir explique que par ses propos «inacceptables», l'animateur se pose en porte à faux avec le combat qu'il a lui-même mené contre la censure, à l'époque des démêlés de Radio X (son ancien employeur) avec le CRTC. «Il n'est pas en phase avec l'opinion publique ni avec lui-même. [...] Je me demande bien quelle mouche l'a piqué. En disant que M. Badawi a cherché le trouble, ça veut dire quoi? Qu'il faut tout accepter sans rien dire? Finalement, ça revient à accuser la victime.»

Mardi, l'animateur du midi à NRJ avait qualifié Raif Badawi de «cave», qui avait «couru après la marde» en essayant d'influencer l'Arabie Saoudite avec des «valeurs occidentales». «Il est allé dans une place où aller challenger la religion, c'est pas une bonne idée. [...] C't'un cave. J'm'excuse mais les coups de fouet, il va les avoir [...] we don't care...»

Pour Amir Khadir, Jeff Fillion a fait preuve d'un détachement regrettable à l'égard du sort de toutes les victimes de régimes totalitaires. «Je crois qu'on n'a pas besoin d'avoir subi les pires violences ou d'avoir souffert d'esclavagisme pour éprouver de l'empathie [envers les victimes].»

Volonté politique mise en doute

Raif Badawi a été condamné en novembre à 10 ans de prison, 1000 coups de fouet et 300 000 $ d'amende pour «insulte à l'islam». La Cour suprême saoudienne a confirmé la peine en début de semaine.

Selon M. Khadir, Ottawa n'a pas démontré jusqu'à maintenant une volonté politique forte pour influencer Riyad, précisant que les droits de la personne doivent avoir préséance sur le contrat en armement de 15 milliards $ que le Canada a négocié avec ce pays du Moyen-Orient.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer