Pédophilie: le pape crée un tribunal pour les évêques

Le pape François... (Archives AP)

Agrandir

Le pape François

Archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nicole Winfield
Associated Press
Vatican

Le pape François a créé un nouveau tribunal pour entendre les évêques soupçonnés de ne pas avoir protégé les enfants contre les prêtres pédophiles.

Il s'agit de la mesure la plus musclée adoptée jusqu'à présent par le Vatican pour rendre les évêques responsables de leurs décisions.

Le Vatican est critiqué depuis plusieurs années par des victimes, des groupes de défense et autres pour n'avoir jamais puni ou évincé de son poste un évêque qui aurait choisi de déplacer un prêtre pédophile de paroisse en paroisse, plutôt que de le dénoncer à la police ou de le chasser du clergé.

Le Vatican a expliqué mercredi que le pape a accepté les propositions de son conseil consultatif en matière d'agressions sexuelles. Ce comité est notamment composé de deux anciennes victimes.

Ces propositions prévoient un mécanisme qui permettra au Vatican d'examiner les plaintes d'abus de pouvoir par les évêques et de trancher. Une section judiciaire spéciale sera établie au sein de la Congrégation pour la doctrine de la foi «pour juger les évêques en ce qui concerne des abus de pouvoir associés aux agressions commises contre des mineurs», indique un communiqué du Vatican.

Certains détails doivent encore être fignolés, entre autres en ce qui concerne le délai de prescription pour déterminer si des événements qui se seraient produits il y a 20 ou 30 ans pourront être entendus.

La Congrégation se penche actuellement sur toutes les agressions commises par des prêtres contre des mineurs. Le délai de prescription est de 20 ans, mais la Congrégation a le pouvoir de faire fi de cette limite.

«Je suis très heureuse que le Saint-Père ait approuvé notre proposition», a dit dans un courriel transmis à l'Associated Press Marie Collins, une membre du conseil qui a elle-même été agressée par un prêtre.

Le Vatican a dit que le cardinal Sean O'Malley, le patron du conseil consultatif, a présenté ces propositions aux cardinaux qui conseillent le pape et qui se rencontrent cette semaine. Le comité a approuvé les propositions, tout comme l'a fait le pape, qui a aussi débloqué les fonds nécessaires pour que la nouvelle entité dispose d'employés à temps plein, a dit le Vatican.

Le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, a expliqué que cela signifie que le Vatican a dorénavant un mécanisme pour gérer les évêques qui font preuve de négligence lorsque des agressions sont commises sur leur territoire.

Le droit canon prévoit déjà des sanctions pour les évêques négligents, mais le Vatican n'a apparemment jamais puni d'évêque pour avoir protégé un prêtre pédophile.

Les nouvelles mesures «définissent le procédé», a dit le père Lombardi.

Le groupe américain SNAP. qui défend les victimes de prêtres, a rappelé que certains évêques actuellement en poste sont soupçonnés d'avoir protégé des agresseurs, mais qu'ils n'ont jamais été punis. Le pape a accepté en avril la démission d'un évêque américain qui avait été reconnu coupable de ne pas avoir dénoncé un agresseur.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer