Champignons dans un logement de Limoilou: la Ville donne des munitions au couple

Claudia Leclerc et Louis Pronovost ont récemment eu...

Agrandir

Claudia Leclerc et Louis Pronovost ont récemment eu la mauvaise surprise de découvrir des champignons de 5 à 10 cm de hauteur dans leur logement de la 5e Rue, à Limoilou.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le couple de Limoilou dont l'appartement était infesté de champignons à la mi-mai a encore fort à faire pour prouver devant la Régie du logement que sa demeure est insalubre et qu'il y a lieu de l'abandonner. Si la Ville de Québec semble se ranger de son côté, il est toutefois loin d'avoir gain de cause, puisque seule la Régie peut trancher.

Claudia Leclerc et Louis Pronovost, parents de deux jeunes enfants, ont reçu ce qu'ils considèrent comme de bonnes nouvelles, lundi, lors de la visite d'un inspecteur de la Ville de Québec. «Il m'a donné une feuille d'avis d'abandon [de logement] à remplir», a raconté Mme Leclerc, enthousiaste. «J'étais assez contente, j'avais envie de l'embrasser!» a-t-elle claironné au bout du fil, croyant qu'il s'agissait du feu vert pour lever les pattes.

Techniquement, n'importe qui peut quitter un appartement s'il le juge impropre à l'habitation. Mais encore faut-il le prouver.   

Selon ce que Mme Leclerc a compris des explications de l'inspecteur, qui était passé voir le logement au préalable, le tuyau de la sécheuse, situé tout près de l'endroit où un bouquet de champignons de plusieurs centimètres a poussé le 11 mai, n'est pas conforme. «Il [le propriétaire] l'a mis dans mon garde-robe de chambre pour l'envoyer dans le plancher», a expliqué Mme Leclerc. De cette façon, dit-elle, l'humidité de la sécheuse, qui doit normalement être évacuée à l'extérieur du bâtiment, aurait servi à chauffer le sous-sol. «On a gagné notre cause», s'est-elle ensuite réjouie.

Dossier à étoffer

Vérification faite par Le Soleil, le couple est loin d'être au bout de ses peines. Il devra d'abord monter un dossier très complet pour prouver que l'état de leur appartement était bien la cause de leurs problèmes de santé. Mme Leclerc a en effet fait valoir, lors de sa première sortie dans les médias, qu'elle et ses enfants avaient des ennuis de santé récurrents ces derniers mois. 

Une source bien informée du dossier nous a cependant expliqué que la faute était possiblement partagée - comme c'est souvent le cas - entre les locataires et le locateur. La Ville aurait par contre suffisamment d'informations pour se ranger derrière le jeune couple, d'où la suggestion de remplir un avis d'abandon. 

Cette même source a fait valoir que des cas encore plus graves que celui vécu par ces locataires ont été rejetés par la Régie par le passé. Si le couple perd sa cause, il risque de payer deux loyers - s'il en trouve un autre d'ici à ce que son cas soit entendu.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer