Exclusif

Avis de recherche numérique pour animaux domestiques

Les utilisateurs de Yük pourront signaler la disparition... (Photo Shutterstock, Rasulov)

Agrandir

Les utilisateurs de Yük pourront signaler la disparition de leur animal. L'alerte pourra ensuite être vue par les gens se trouvant dans un rayon de quelques kilomètres de l'endroit où la bête a été vue la dernière fois. L application a été présentée aux Villes de Québec et de Lévis, qui sont en train de l'étudier afin de déterminer s'ils l'utiliseront.

Photo Shutterstock, Rasulov

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Yük, c'est comme une affiche de chien perdu sur un poteau, mais à l'ère numérique. Cette nouvelle application développée par une équipe de Québec permettra de déclencher une alerte courriel ou texto dans le voisinage dès qu'un animal domestique est perdu ou trouvé.

«Honnêtement, on l'a vu comme ça, comme une alerte AMBER [système d'information rapide pour les enfants disparus]», explique Antoine Portaria, qui travaille aux bureaux de Québec de l'agence digitale Baldgorilla. Bien sûr, l'alerte Yük serait circonscrite à un rayon de quelques kilomètres de l'endroit où l'animal a été vu pour la dernière fois. Et seuls les utilisateurs de Yük seraient informés de cette disparition. «Là où ça devient intéressant, c'est quand on a un grand bassin de population qui est inscrit. Je pense que ça permettrait de retrouver les animaux égarés beaucoup plus rapidement», soutient M. Portaria. 

En développement depuis le mois de janvier, l'application sera lancée officiellement à la mi-juillet. L'inscription sera gratuite. Les propriétaires intéressés devront fournir une photo de leur animal et inscrire sa couleur, sa race, son âge, la longueur de son poil et son numéro de médaille (s'il est enregistré). Des informations qui visent à le retrouver plus facilement en cas de perte. 

Et si on trouve un animal égaré? «Soit on entre son numéro de médaille dans le système, ou, s'il n'en a pas, on le prend en photo et on l'envoie dans l'application», explique M. Portaria. Un système de reconnaissance faciale balaiera toutes les fiches à la recherche d'un animal qui ressemble à celui qui a été trouvé. Si aucune correspondance n'est trouvée, on enverra aussi une alerte - cette fois d'animal trouvé - dans le voisinage. 

Licences des villes

Question de rentabiliser leurs opérations, les créateurs de Yük sont ouverts à vendre de la publicité, mais aussi à établir des partenariats avec les villes ou avec leurs services animaliers. Ils ont créé une plate-forme clé en main pour permettre aux municipalités de vendre leurs licences de chiens (ou de chats) par l'entremise de Yük. 

Un citoyen pourrait donc payer sa médaille par carte de débit ou de crédit en tout temps, tandis que les villes pourraient garder des statistiques en temps réel de leur population animale. «On veut être une solution pour les villes, mais aussi pour les plus petites municipalités, qui n'ont pas le temps ni les ressources pour s'occuper d'enregistrer les animaux», soutient M.Portaria. 

Québec et Lévis indécises

Déjà, l'application a été présentée aux villes de Québec et de Lévis (voir texte en page 5), qui ne savent pas encore si elles l'utiliseront. Yük ne vise rien de moins que le Canada en entier

L'application a été développée en partenariat avec Pierre Côté, propriétaire de Contrôle d'animaux domestiques (CAD) à Lévis, et de son fils Samuel Côté, propriétaire du refuge Les fidèles moustachus, à Québec. 

«Je suis pas un gars d'Internet, mais on n'a pas le choix, on est rendus là», indique Pierre Côté, qui s'occupe déjà de tous les animaux perdus et trouvés pour la Ville de Lévis et la MRC de Bellechasse. La Ville de Québec lui a aussi confié son contrat de gestion animalière de façon temporaire.

Depuis quelque mois, il teste la plate-forme administrateur de l'application et en est très satisfait. «On les aime, nos animaux, et toutes ces avancées-là, ça va permettre de mieux les traiter, de les reconnaître», indique-t-il. 

Pour avoir une idée des possibilités de l'application : yukapp.ca

Trouver le meilleur animal pour vous

Vous cherchez à adopter un animal de compagnie, mais vous ne savez pas quelle race serait la plus appropriée pour votre caractère et votre mode de vie? Yük suggère de faire une partie du travail à votre place. 

Si vous acceptez de divulguer quelques informations personnelles (à partir de votre compte Facebook ou autrement), l'application pourrait dénicher la perle rare. Ce petit chien qui demande beaucoup d'affection et qui est gentil avec les enfants, ou ce chat indépendant, qui convient à votre mode de vie occupé. 

«C'est un peu comme une agence de rencontre, mais pour trouver le bon animal qui irait avec le bon maître», soutient Antoine Portaria, de Baldgorilla. L'algorithme qui permet de faire ces suggestions est encore en développement. Bien sûr, cette façon de faire encouragerait l'adoption d'animaux adultes abandonnés, au lieu de privilégier les chiots et les chatons des animaleries. 

Si l'application Yük fonctionne bien et est adoptée par une masse critique de citoyens et de municipalités, elle pourrait avoir plusieurs autres utilités. Conserver le dossier de santé de l'animal, notamment, ce qui faciliterait la vie des vétérinaires et des pensions pour animaux, ou encore afficher l'historique des différents maîtres de l'animal, ce qui pourrait être utile pour les services policiers dans les cas de cruauté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer