Le STAC ne fera plus de transports groupés pour les enfants autistes

Tous les enfants souffrant du trouble du spectre... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Tous les enfants souffrant du trouble du spectre autistique nécessitent une aide particulière, qu'on parle de soins médicaux, d'éducation, d'alimentation ou de soutien psychologique.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Autisme Québec a déposé une plainte à la Commission des droits de la personne à la suite de la décision du Service de transport adapté de la Capitale (STAC) «de ne plus répondre favorablement aux besoins spécifiques des enfants autistes» pendant l'été.

Autisme Québec déplore que le STAC ait annoncé son intention de cesser d'adapter son service de transport aux personnes autistes à moins de trois mois du début du camp d'été l'Escapade, le camp de jour de l'association. 

Le STAC et Autisme Québec avaient établi un partenariat respectant les particularités des enfants autistes et assurant la sécurité de tous les usagers, explique la directrice d'Autisme Québec, Lili Plourde. 

«Il n'y avait pas de mixité dans les transports, c'est-à-dire qu'on ne mélangeait pas une personne autiste, qui peut bouger beaucoup et faire beaucoup de bruit, avec une personne atteinte d'un handicap visuel, par exemple. Les personnes autistes étaient transportées ensemble», précise Mme Plourde.

Graves conséquences

Cet accommodement, dit-elle, sera désormais refusé par le STAC. «Les jeunes qui devaient utiliser un harnais pour éviter qu'ils se lèvent durant le transport se verront dorénavant exiger un accompagnateur», déplore Mme Plourde.

Des parents pourraient, selon elle, perdre leur emploi devant l'obligation d'assurer le transport de leur enfant autiste vers le camp de jour spécialisé ou de le garder à la maison, faute de transport.

«Ce genre de mesure bouleverse la vie familiale de gens qui vivent déjà dans le 36e sous-sol. C'est déjà beaucoup de vivre avec un enfant autiste», s'indigne Mme Plourde.

La directrice d'Autisme Québec estime qu'il s'agit là d'un cas flagrant de discrimination basé sur le handicap avec refus d'accommodement. Elle affirme que le STAC, qui relève du Réseau de transport de la Capitale (RTC), lui a expliqué avoir pris cette décision par souci de sécurité, d'économie et d'équité pour tous les usagers.

Quelques cas

Le porte-parole du RTC, Jacques Perron, a confirmé au Soleil que les transports groupés de personnes autistes ne se feront plus pour des raisons d'efficacité.

«On a des ressources limitées, et quand on établit des circuits, on veut que ce soit le plus efficace possible», a expliqué M. Perron, ajoutant que la situation décrite par Mme Plourde ne concerne pas l'ensemble des 50 enfants autistes qui utilisent le STAC. 

«C'est une minorité qui pourrait être touchée. On est actuellement en train d'évaluer trois ou quatre cas qui pourraient avoir une problématique de transport, et cette évaluation n'est pas complétée», a précisé le porte-parole du RTC.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer