Les syndicats échouent à bloquer le pont de Québec

Une quinzaine d'autobus ont bloqué le boulevard Laurier... (Le Soleil, Patricia Cloutier)

Agrandir

Une quinzaine d'autobus ont bloqué le boulevard Laurier en direction est sur le coup de midi, vendredi. Environ 400 manifestants sont ensuite descendus et se sont mis à marcher sur l'artère à quatre voies. La circulation en direction ouest a été perturbée, mais a toujours été maintenue.

Le Soleil, Patricia Cloutier

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Quinze autobus jaunes bondés de syndiqués de la CSN, de la FTQ et du SFPQ se dirigeaient tout droit vers le pont de Québec vendredi midi, question de perturber la circulation pendant quelques heures. Leur plan a toutefois été compromis par des policiers de la Sûreté du Québec, qui les ont dirigés vers le boulevard Laurier, le «plan C» des manifestants.

En pleine heure de pointe, deux camions bloquaient... (Le Soleil, Patrice Laroche) - image 1.0

Agrandir

En pleine heure de pointe, deux camions bloquaient l'entrée au stationnement de l'édifice Marie-Guyart. Plusieurs manifestants étaient postés devant ce centre névralgique de la colline parlementaire, pour empêcher les travailleurs d'y entrer.

Le Soleil, Patrice Laroche

«Notre plan A et notre plan B, c'était d'aller sur l'un des deux ponts. Mais ce n'est pas nous qui avons bloqué le pont de Québec, c'est la SQ!», fulmine Ann Gingras, présidente de la CSN dans la région de la Capitale-Nationale et de Chaudière-Appalaches.

La manifestation d'environ une heure et demie s'est donc déroulée sur le boulevard Laurier, entre la rue de l'Église et l'autoroute Robert-Bourassa. Prenant le micro devant les quelque 400 manifestants, qui sont sortis de leurs autobus pour marcher, Mme Gingras a promis qu'à l'avenir, les syndicats allaient être beaucoup moins collaborateurs avec les autorités policières. «Oui, on dérange, mais il n'y a rien qui s'opère dans une société sans dérangement!», a-t-elle clamé. En entrevue quelques minutes plus tard, elle a tempéré ses propos et soutenu que les syndicats allaient continuer à obéir aux lois, qu'ils ne feraient pas de désobéissance civile.

La manifestation a d'ailleurs été déclarée légale par la police de Québec, qui a veillé à son bon déroulement. «Il n'y a pas eu débordements, tout a bien été», soutient Pierre Poirier, porte-parole de la police de Québec. «On voulait s'assurer que ce soit sécuritaire pour nos membres, alors on a discuté avec la police ces derniers jours et on leur a fourni l'itinéraire ce (jeudi) matin», confirme Steve Dorval, président régional de la SFPQ.

Préparé de longue date, ce coup d'éclat a pris forme vers 11h15, quand le cortège d'autobus s'est mis en branle sur l'autoroute Duplessis, en direction sud.

Ann Mathieu, porte-parole de la Sûreté du Québec, a été très prudente vendredi et n'a pas voulu confirmer que les policiers ont bloqué la voie vers le pont de Québec aux manifestants. «Pour des raisons évidentes du travail policier qui se fait sur le terrain, on se garde une réserve», dit-elle. Mme Mathieu soutient toutefois que le blocage d'un pont n'est «pas souhaitable du tout». De toute façon, plaide-t-elle, s'immobiliser et marcher sur un pont ou une autoroute est une infraction au code de la sécurité routière.

Une journée d'actions surprises

La journée a été ponctuée vendredi de nombreuses manifestations, rassemblements et actions surprises à Québec, organisées par des groupes communautaires, étudiants et syndicaux. Le but? Perturber l'économie et la société civile, afin de dénoncer les mesures d'austérité du gouvernement Couillard et de souligner le 1er mai, Journée internationale des travailleuses et des travailleurs. En tout, 900 organisations à travers le Québec étaient en grève.

Tôt vendredi matin, une centaine de manifestants ont bloqué l'édifice Marie-Guyart (complexe G) sur la colline parlementaire, en immobilisant des camions devant le stationnement et en enchaînant les portes de l'édifice pendant deux heures, retardant ainsi l'entrée au travail de milliers de fonctionnaires.

Vers 10h30, une soixantaine de membres du Regroupement d'éducation populaire (RÉPAC) ont occupé pacifiquement le hall d'entrée des bureaux du ministère du Travail, clamant des slogans et tapant sur des casseroles.

Plusieurs enseignants de Cégep, qui voulaient faire la grève vendredi, se sont fait dire par la Commission des relations de travail que cela serait illégal. Ils se sont donc contentés de manifestations sur l'heure du lunch, comme ça a été le cas au Cégep Garneau et au Cégep Limoilou.

ST Dans l'Est-du-Québec

En Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine, la Journée internationale des travailleurs a pris la forme de 11 manifestations. Deux blocus partiels ont d'abord été installés sur la route 132 à Carleton et à Sainte-Anne-des-Monts, à 10 h, pour sensibiliser le public à l'impact négatif des coupes budgétaires de la dernière année.

Puis, à midi, des marches funèbres ont été tenues dans les principales municipalités de la péninsule et de l'archipel. Deux mesures annoncées dans les 24 heures précédentes ont alimenté la grogne, la suppression du Programme de création d'emplois en forêt et les propos du ministre de l'Éducation François Blais à l'effet que les professeurs de cégeps fonctionnant avec des groupes trop petits devraient déménager vers les grands cégeps urbains.

ST À Montréal

À Montréal, ces «actions surprises» ont été entre autres l'occupation d'une tour de la Banque Nationale dès 8h au centre-ville.

À peu près en même temps, un autre groupe de manifestants a bloqué les nombreuses entrées du Centre de commerce mondial, dans lequel plusieurs ministères ont des bureaux. Les policiers se sont vite placés devant ces entrées pour en libérer l'accès pour ceux qui voulaient entrer au travail.

Un autre groupe est allé manifester devant le siège social de Quebecor, toujours au centre-ville de Montréal.

Avec la collaboration de Gilles Gagné, de Jean-Marc Salvet et de La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer