Le cardinal Jean-Claude Turcotte est décédé à 78 ans

Interrogé sur la possibilité que le cardinal Marc... (Photothèque La Presse)

Agrandir

Interrogé sur la possibilité que le cardinal Marc Ouellet devienne pape, Jean-Claude Turcotte (photo) a reconnu que les Québécois auraient toutes les raisons d'être fiers de voir l'un des leurs à la tête de l'Église catholique.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Montréal

L'ancien archevêque de Montréal, le cardinal Jean-Claude Turcotte, est décédé mercredi à Montréal à l'âge de 78 ans.

La nouvelle a été confirmée en fin de nuit par voie d'un communiqué signé de l'archevêché de Montréal que monseigneur Turcotte a dirigé de 1990 à 2012.

Il souffrait depuis plusieurs mois de graves complications liées au diabète et le 24 mars, il avait été confié à une unité de soins palliatifs. Samedi, on apprenait que la santé du chef religieux était désormais très fragile mais que son état était stable.

Bien qu'affaibli, il avait tenu à remercier la population pour ses bontés à son égard.

Quelques mois plus tôt, en septembre 2014, le vicaire général du Diocèse de Montréal, Mgr Michel Parent, avait écrit sur le site web de l'Église catholique de Montréal que le cardinal Turcotte éprouvait, «depuis quelque temps, des inconforts sérieux de santé». Il invitait par le fait même les croyants à prier pour lui.

«L'archevêque émérite qui était devant moi était un baptisé en grande paix, tout à fait «branché» sur le Seigneur, dans l'acceptation totale de Sa volonté», écrivait Mgr Parent.

Né à Montréal le 26 juin 1936, Jean-Claude Turcotte a fait ses études classiques au Collège André-Grasset avant d'obtenir une licence en théologie sacrée au Grand Séminaire de Montréal. Il a été ordonné prêtre le 24 mai 1959 à Laval. Il occupera diverses fonctions pastorales avant d'être nommé évêque de Montréal en juin 1982.

Au cours de la visite du pape en 1984, il a été délégué des évêques du Québec auprès du gouvernement provincial, en plus d'avoir assuré la coordination de la visite dans le diocèse de Montréal. Quelques années plus tard, en mars 1990, le pape Jean-Paul II l'a nommé archevêque du diocèse de Montréal.

Mgr Turcotte continue de demeurer actif au sein de l'Église catholique, participant à différents événements un peu partout dans le monde. En octobre 1994, il est nommé cardinal par le pape Jean-Paul II.

L'année qui suit le verra obtenir un doctorat honorifique en théologie de l'université McGill et être élu vice-président de la Conférence des évêques catholiques du Canada. Il en deviendra ensuite président en 1997, fonction qu'il occupera jusqu'en 1999. De 1996 à 2006, il a en outre été membre de la Préfecture des affaires économiques du Saint-Siège.

Avortement

En 1996, il a été décoré de l'Ordre du Canada. Il a cependant choisi de remettre son insigne en 2008, après avoir appris que le même honneur serait accordé au Dr Henry Morgentaler, figure de proue de l'avortement au Canada.

«Vous en faites un héros national alors que ce qu'il défend heurte très profondément et soulève l'indignation d'une grande partie de la population, alors là, il y a des limites et il faut protester», avait-il déclaré en conférence de presse.

Mgr Turcotte avait notamment célébré les funérailles de la légende du hockey Maurice Richard et de l'ancien premier ministre Pierre Elliott Trudeau. Il avait aussi prononcé l'homélie lors des funérailles de l'ancien ministre libéral Claude Ryan.

Très près des organismes communautaires de son diocèse, Mgr Turcotte en a parrainé plusieurs, en plus de présider la collecte de sang annuelle du Vendredi saint.

Homme de communications, il a tenu une chronique dans le Journal de Montréal de 1995 à 2008, en plus de ses nombreuses interventions tant à la télévision qu'à la radio.

En 2012, à l'âge de 75 ans, il est remplacé par Mgr Christian Lépine au poste d'archevêque de Montréal.

Au cours de sa vie, Mgr Turcotte a eu l'occasion de participer à deux conclaves visant à choisir les successeurs des papes Jean-Paul II puis de Benoît XVI. À l'approche de ce dernier conclave en 2013, il avait laissé entendre en entrevue qu'il penchait davantage vers une certaine ouverture à la modernité, même s'il demeurait fidèle aux enseignements de la religion catholique, rappelant que l'Église ne changera pas ses dogmes fondamentaux.

«L'Église a à transmettre un message qu'elle n'invente pas. On ne fait pas un sondage toutes les semaines pour savoir ce que les gens pensent, pour leur dire quoi faire», avait-il précisé. «On a un message et dans ce message, il y a un certain nombre de principes qui vont être difficiles à changer. Cela étant dit, il y a des attitudes peut-être durcies qui ont été prises au cours des siècles qu'on devra peut-être adoucir.»

Les cardinaux ont finalement créé la surprise en élisant le pape François.

Pédophilie

En juillet 2014, il s'était également prononcé sur les scandales de pédophilie ayant frappé l'Église catholique et les propos du pape François, qui avait estimé à deux pour cent le nombre de prêtres pédophiles au sein de l'Église.

«On parle de 2 % (...) C'est pas énorme, mais un [prêtre pédophile], c'est de trop», avait-il lancé en entrevue à La Presse Canadienne, ajoutant approuver le dédommagement de victimes d'agressions sexuelles commises entre les murs d'établissements catholiques.

«S'il y a des gens qui se sont mal comportés, ils paient pour leur comportement. C'est normal qu'on paie pour les torts qui ont été commis», avait-il reconnu.

L'actuel archevêque de Montréal, Christian Lépine, célébrera à 17h, mercredi, une messe aux intentions du cardinal Turcotte à la cathédrale Marie-Reine-du-Monde. La population est invitée à y assister.

Des échos jusqu'au Vatican

Le décès du cardinal Jean-Claude Turcotte a eu des échos jusqu'au Vatican, le pape François ayant tenu à offrir ses condoléances.

Dans un communiqué publié sur le site du Saint-Siège, le pape décrit monseigneur Turcotte comme un «pasteur zélé et attentif aux défis de l'Église contemporaine».

«En gage de réconfort, je vous adresse une particulière Bénédiction apostolique, ainsi qu'à la famille du cardinal défunt et à ses proches, à ses anciens diocésains de Montréal, ainsi qu'à toutes les personnes qui prendront part à la célébration des obsèques», a-t-il exprimé.

Le successeur de L'ancien archevêque de Montréal, Christian Lépine, a tenu à souligner, mercredi, l'engagement du cardinal auprès des personnes dans le besoin.

«Il aimait dire que dans les moments difficiles, il faut apprendre à aller à l'essentiel. (...) Pour lui l'essentiel c'était deux choses: c'était Jésus-Christ et les pauvres», a-t-il expliqué en entretien téléphonique.

«Les pauvres, c'était très important pour lui. C'était une occasion d'aller à la rencontre, de se rapprocher de tout être humain, parce que tout être humain traverse des périodes difficiles. Son souci des pauvres était très apprécié», a-t-il ajouté.

Le premier ministre Philippe Couillard a lui aussi réagi au décès du cardinal québécois.

«Il était un homme d'Église bien connu et remarquable et bien apprécié dans le monde entier, mais également un Montréalais et un Québécois très engagé dans la société. Je voudrais exprimer au nom du gouvernement et des Québécois mes sympathies, bien sûr, à la famille de l'Église, mais également aux proches de M. Turcotte», a-t-il déclaré.

«Au nom de tous les [Canadiens], Laureen & moi offrons nos condoléances à la famille & à la communauté religieuse du cardinal Jean-Claude Turcotte», a pour sa part écrit le premier ministre Stephen Harper sur son compte Twitter.

Le chef du Nouveau Parti démocratique Thomas Mulcair s'est lui aussi tourné vers le réseau social pour transmettre ses condoléances à la suite du décès d'un homme qu'il décrit comme étant «simple et près des gens».

«J'ai travaillé avec le cardinal Turcotte, comme ministre de l'Éducation, sur la place de la religion à l'école. Un homme pragmatique et bon!», a aussi écrit sur Twitter le chef de la Coalition avenir Québec, François Legault.

Actuellement à Séoul, où il participe au congrès mondial du Conseil international pour les initiatives écologiques locales, le maire de Montréal Denis Coderre a transmis un communiqué dans lequel il a tenu à saluer «la mémoire d'un homme d'exception qui a été le guide spirituel de nombreux Montréalais, un défenseur des jeunes et des démunis et un communicateur hors pair».

«C'est une très grande fierté pour tous les catholiques montréalais d'avoir été représentés à Rome par Mgr Jean-Claude Turcotte», a-t-il ajouté.

L'Université McGill (d'où monseigneur Turcotte a obtenu un doctorat honorifique en 1995) et le collège André-Grasset à Montréal (où le cardinal a fait ses études classiques) ont aussi souligné le décès sur les réseaux sociaux.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer