Manifestations: une professeure appelle Labeaume au respect

Le maire de Québec Régis Labeaume... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Le maire de Québec Régis Labeaume

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le maire de Québec, Régis Labeaume, ne se comporte pas à la hauteur de ses fonctions en ridiculisant certains manifestants, dont Gabriel Marcoux-Chabot (ex-Banane rebelle), et en accusant les étudiants d'être des casseurs.

Cette sortie virulente à l'endroit du maire vient de Marie-Andrée Beaudet, professeure au Département des littératures de l'Université Laval et veuve du poète Gaston Miron.

Dans une lettre ouverte adressée à M. Labeaume datée du 4 avril, elle revient notamment sur la manifestation du 24 mars, à Québec.

Ce soir-là, Gabriel Marcoux-Chabot, candidat au doctorat à l'Université Laval à qui Mme Beaudet a déjà enseigné, a été mordu par un chien policier du Service de police de la Ville de Québec (SPVQ). Quelques minutes plus tard, 274 personnes, dont M. Marcoux-Chabot, ont été arrêtées par les policiers municipaux en vertu de l'article 19.2 sur la paix et le bon ordre.

Mme Beaudet n'a pas digéré que le maire de Québec appuie «à 100 %» le corps de police municipale malgré ces évènements.

«Est-ce ainsi, Monsieur le Maire, que vous concevez la vie en société, le droit à l'expression, l'accueil à réserver aux nouvelles générations? Comment ne pas trouver excessive la force exercée par les policiers contre des manifestants sans arme, sans masque et sans agressivité aucune?» demande-t-elle.

Mme Beaudet n'a pas décidé de sauter dans le débat après ces deux manifestations. Elle était indignée, choquée, mais pas encore prête à écrire une lettre. «Ce qui a mis le feu aux poudres pour moi», ce sont les propos du maire à l'endroit de son ancien étudiant, a expliqué Mme Beaudet, jointe lundi par Le Soleil.

À la défense de «Banane rebelle»

M. Marcoux-Chabot a lui-même adressé une missive à Régis Labeaume, réclamant l'abolition de l'article 19.2. Le lendemain, apprenant que la lettre était écrite par celui qui était connu sous le nom de Banane rebelle lors du Printemps érable en 2012, M. Labeaume s'était moqué de lui. «Il a rencontré un chien qui aime les bananes», a-t-il lancé au Journal de Québec, en référence à la morsure du 24 mars.

«Le maire s'est contenté de rire de lui [au lieu de répondre à la lettre]. Quand on est une personnalité publique, quand on est un maire, on ne peut pas faire ça», a-t-elle tranché, avant de prendre la défense de l'étudiant et père de famille de 32 ans. «C'est vraiment quelqu'un d'exceptionnel. Un bon étudiant, intellectuellement solide, grand lecteur et très calme.» Mme Beaudet demande maintenant à Régis Labeaume de répondre respectueusement à la lettre de M. Marcoux-Chabot, laquelle a été signée par près de 2000 personnes depuis sa mise en ligne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer