Manifestation à Québec: Naomie Tremblay-Trudeau ouvre la marche

Pour la troisième fois en six jours, un... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Pour la troisième fois en six jours, un rassemblement a été organisé devant l'Assemblée nationale, dimanche. Près d'un millier de citoyens de tous âges se sont présentés aux côtés des étudiants, sachant la manifestation considérée légale par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) S'ils ont accepté dimanche de fournir un itinéraire aux policiers pour la manifestation organisée notamment en soutien à Naomie Tremblay-Trudeau, cette étudiante du Cégep Garneau blessée au visage jeudi par un tir de gaz lacrymogène, des membres du Comité printemps 2015 prévoient «des manifs sans trajet» dans les prochaines semaines à Québec.

Pour la troisième fois en six jours, un rassemblement a été organisé devant l'Assemblée nationale, dimanche. Près d'un millier de citoyens de tous âges se sont présentés aux côtés des étudiants, sachant la manifestation considérée légale par le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ).

Beaucoup sont venus après avoir vu des images montrant Naomie Tremblay-Trudeau, 18 ans, blessée par un gaz lacrymogène déployé près de son visage par un agent du SPVQ, jeudi. D'autres avaient aussi en mémoire les 274 arrestations - le plus haut total enregistré à Québec en une seule soirée - lors d'une autre manifestation déclarée illégale mardi.

Les organisateurs de la marche, des amis de l'étudiante et des camarades au Cégep Garneau membres du Comité printemps 2015, ont voulu dénoncer «cette escalade de la violence» en proposant une manifestation familiale.

«Ça va mieux»

Présente dimanche, Naomie Tremblay-Trudeau a ouvert la marche après avoir adressé quelques mots aux manifestants, vers 14h. «Ça va mieux», a-t-elle répondu au Soleil lorsque interrogée sur son état de santé.

L'étudiante n'a pas été très bavarde, maintenant son discours répété dans les médias au lendemain de sa blessure, dénonçant les actions du SPVQ. «On reste solidaires», a-t-elle seulement ajouté, n'ayant pas l'intention de rester à la maison lors des prochaines manifestations dans les rues de la capitale.

Heureuse de voir autant de personnes rassemblées, elle n'a pas voulu individualiser sa situation. Elle maintient que le vrai combat est celui contre l'austérité imposée par le gouvernement de Philippe Couillard, sans oublier la lutte contre la brutalité policière qu'elle prend désormais plus à coeur.

Sur une éventuelle poursuite envisagée contre le policier qui l'a blessée, Naomie Tremblay-Trudeau a laissé savoir qu'elle allait rencontrer un avocat aujourd'hui. Une décision sera ensuite prise de concert avec sa famille.

Sans itinéraire

Les organisateurs de la manifestation de dimanche, de toute évidence actifs au sein du mouvement étudiant, ne fourniront pas un itinéraire chaque fois, ont-ils prévenu. Encore dimanche, ils ont remis en question le règlement de la Ville de Québec sur la paix et le bon ordre, qui oblige notamment les organisateurs d'obtenir un permis et de fournir un tracé. Selon eux, le règlement «surpasse notre droit fondamental de manifester prévu à la Charte des droits et libertés», a déclaré l'un d'eux.

«Dans le meilleur des mondes, on n'aurait pas à donner [un itinéraire]», a fait valoir Simon Marcoux-Piché, autre organisateur. «Une manif, ce n'est jamais illégal», a-t-il ensuite tranché, ajoutant qu'il «y aura des manifs sans trajet qui vont être faites» dans les prochaines semaines.

L'exception de dimanche se voulait un appel au soutien à la population et une façon d'apaiser les tensions après une semaine particulièrement houleuse.

La manifestation s'est déroulée dans une ambiance festive. À l'avant, les étudiants ont scandé des slogans plus virulents contre l'austérité. À l'arrière, les familles suivaient tranquillement au son de tambours et de trompettes.

Les policiers se sont quant à eux faits très discrets, n'interagissant à peu près pas avec la foule.

Le cortège a emprunté le boulevard René-Lévesque, l'avenue Cartier, la rue Saint-Jean et la côte Honoré-Mercier avant de retourner devant l'Assemblée nationale.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer