Espace René-Lévesque: le financement se fait attendre

La maison de la rue Mount Sorel, dans... (Collaboration spéciale Gilles Gagné)

Agrandir

La maison de la rue Mount Sorel, dans laquelle a été élevé René Lévesque, se détériore rapidement.

Collaboration spéciale Gilles Gagné

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Gilles Gagné

Collaboration spéciale

Le Soleil

(New Richmond) Le projet d'Espace René-Lévesque, une attraction visant à rendre hommage à l'ancien premier ministre québécois, prend un an de retard, principalement en raison de l'incertitude caractérisant des programmes publics de financement, conséquence de l'austérité du gouvernement québécois.

Même si environ un million de dollars ont été amassés depuis 2009 par la Fondation de la maison René-Lévesque, le projet de 2millions $ requiert encore 1,5million $ en fonds à dénicher, parce qu'une tranche de près de 500000$ est placée à long terme afin d'appuyer les frais d'exploitation du lieu, quand il sera ouvert.

La Fondation de la maison René-Lévesque a déjà acquis ce lieu, à New Carlisle, longeant la route132. Le terrain est vaste, offrant une vue sur la baie des Chaleurs, chère à René Lévesque. La propriété renferme une grande maison, qui n'est pas celle où le père de la nationalisation de l'électricité a été élevé. Cette maison de la rue Mount Sorel n'est pas à vendre.

compressions libérales

«Ce qu'il nous manque, c'est le gros financement. On a le quart de ce qu'il nous faut pour aménager l'Espace René-Lévesque», précise Louis Bernard, médecin à la retraite ayant pris la relève de la présidence de la Fondation, à la suite du décès d'Éric Gourdeau.

Le docteur Bernard, à ne pas confondre avec l'ex-chef de cabinet de René Lévesque, précise que le projet d'Espace René-Lévesque a pris du retard récemment en raison des compressions gouvernementales, notamment au Centre local de développement de la MRC de Bonaventure.

«Ils m'ont beaucoup aidé, dans la préparation du plan d'affaires et du montage financier. Le financement viendra à 40 % de programmes gouvernementaux et à 60 % du privé. Le problème avec les compressions, c'est que «tout le monde s'attend, tous les organismes attendent de voir s'ils auront le financement, ce que feront les autres», précise Louis Bernard.

Ce sont près de 600000 $ qui se trouvent ainsi en suspens. M.Bernard a cependant eu de bonnes nouvelles récemment, avec l'engagement de Vidéotron pour 100000$, et du Mouvement Desjardins pour 80000 $.

Ex-enseignant en médecine à l'Université Laval, Louis Bernard et sa conjointe, Hélène Leclère, aussi médecin à la retraite, ont épluché des répertoires d'anciens collègues et ils ont ainsi recueilli près de 90000 $.

«Nous n'avons encore rien eu d'Hydro-Québec. René Lévesque et Hydro-Québec, ça devrait fonctionner. On en a une dizaine, de gros donateurs potentiels d'enlignés. Ouvrir en 2016, ce serait optimiste, mais il suffirait d'un déblocage», précise M. Bernard.

L'Espace René-Lévesque prendrait notamment la forme de stations animées, dans lesquelles la voix de l'ex-premier ministre serait souvent entendue.

Le projet a bénéficié d'un spectacle-bénéfice vendredi soir, Homme debout, mettant notamment en vedette les chanteurs Daniel Boucher et Manuel Brault, et la comédienne Nicole Leblanc. «Nous avons eu 400 personnes. Je ne sais pas combien nous avons dégagé, mais c'était surtout un geste de démocratisation de la campagne», précise Louis Bernard.

Alban d'Amours, Louis Bernard, ex-chef de cabinet de M. Lévesque, et John Parisella, ex-chef de cabinet de Robert Bourassa, mènent la campagne de financement de l'Espace René-Lévesque.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer