Logement social: le FRAPRU manifeste à l'aube du budget

Plus de 500 personnes ont manifesté samedi après-midi,... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Plus de 500 personnes ont manifesté samedi après-midi, à Québec.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) À quelques jours de la présentation du budget provincial, des centaines de manifestants ont fait entendre leur voix samedi après-midi dans les rues du Vieux-Québec pour demander aux gouvernements du Québec et du Canada de ne pas sabrer dans l'aide au logement puisque selon eux de nombreuses familles à revenus modestes pourraient se retrouver à la rue.

«C'est carrément l'avenir des logements sociaux qui est en jeu dans la province», selon François Saillant, porte-parole du Front d'action populaire en réaménagement urbain (FRAPRU) qui a organisé le rassemblement de samedi auquel ont participé des organismes des quatre coins de la province. La menace, dit-il, vient autant de Québec que d'Ottawa. «Si tu ne fais pas de nouveaux logements et que tu coupes les subventions aux existants, il y a deux dangers», avance le représentant du FRAPRU.

Il y a lieu de croire, selon lui, que le programme Accès-Logis du gouvernement québécois qui permet la construction de nouveaux logements sociaux, soit aboli ou considérablement amputé. M. Saillant estime que les libéraux pourraient aussi remplacer les subventions par d'autres formules passant par le marché privé de l'habitation. «C'est la privatisation de l'aide au logement qui nous menace présentement», soutient-il.

L'enveloppe d'Accès-Logis est de 251 millions $ à l'échelle de la province. La région de Québec serait ainsi privée d'environ 50 millions $ pour la construction d'habitations à faibles coûts, calcule M. Saillant. Dans la dernière année, c'est 650 logements qui ont été financés via ce programme.

Le gouvernement fédéral doit quant à lui mettre fin à des subventions aux logements sociaux déjà existantes en 2015-2016. «Ça veut dire que les gens à faibles revenus qui habitent ces logements-là vont voir leur loyer considérablement augmenter», prédit le porte-parole.

Des projets en péril

Membre du conseil d'administration de la Fédération des coopératives d'habitation intermunicipale du Montréal Métropolitain (FECHIMM), Richard Lemay abonde dans le même sens. «Ça va amener des augmentations faramineuses, les gens ne pourront pas garder leurs logements», craint-il.

La coordonnatrice de Loge m'entraide au Saguenay, Sonia Côté, soutient que sa région est touchée de plein fouet par les politiques d'austérité du gouvernement Couillard. «Chez nous c'est un projet de 24 logements sociaux qui est menacé», déplore-t-elle. «On veut que Québec renouvelle son enveloppe budgétaire pour permettre à des régions éloignées comme nous de récupérer des sommes coupées.»

Même refrain pour le quartier Saint-Sauveur à Québec, où des projets de logement sociaux pourraient ne pas voir le jour, selon Typhaine Leclerc du Comité des citoyens et des citoyennes. «On a de vieilles coopératives qui sont aussi menacées par la fin des conventions fédérales», ajoute-t-elle.

Les manifestants se sont réunis à 13h devant le parvis de l'église Saint-Jean-Baptiste avant de se diriger vers les quartiers du premier ministre Philippe Couillard dans le Vieux-Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer