Un finissant en génie civil se construit un igloo géant

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) «Chez son voisin d'en face, il a pris la moitié du terrain. Chez l'autre à côté, il a quasiment tout vidé, et il en a aussi pris beaucoup chez la voisine, à côté. Mais chez moi, il n'a pas pris grand-chose», témoigne Yves Boisvert, de Saint-Augustin.

L'igloo ressemble davantage à un palais de glace. ... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

L'igloo ressemble davantage à un palais de glace. 

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Avec l'aide de plusieurs amis, le jeune homme... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.1

Agrandir

Avec l'aide de plusieurs amis, le jeune homme a mis plus de 200 heures-personne de travail dans le chantier au cours des dernières semaines, profitant de la fin de ses études et du fait qu'il n'a pas encore d'emploi. 

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Non, le quartier de M. Boisvert n'a pas eu affaire à un voleur. Ni à un glissement de terrain. Au contraire, lui et les autres habitants de son bout de rue sont enchantés: c'est de la neige que leur jeune voisin Alexandre Cauchon-Beauséjour, qui vient de finir un bac en génie civil, est venu prendre chez eux. Beaucoup de neige.

«Depuis que je suis tout petit, j'ai toujours aimé construire des igloos, dit le futur ingénieur. J'ai dû faire mon premier vers quatre ans, avec mon père. Chaque année ensuite, j'en faisais avec des cousins, et mon père supervisait. Puis, il y a deux ans, j'ai acheté une souffleuse pour en faire des plus gros.»

Et son dernier, pour tout dire, ressemble davantage à un palais de glace qu'à un igloo. Occupant le plus clair de la cour arrière de la maison familiale, il avoisine les 2,5 mètres de hauteur, son toit est supporté par deux énormes poutres d'environ 1 mètre de diamètre, et l'intérieur est assez grand pour accueillir de nombreux convives - les Cauchon-Beauséjour y ont d'ailleurs fait souper 25 personnes assises récemment.

(Oh, et avons-nous dit que l'intérieur de l'«igloo» est éclairé et que le filage passe dans les murs, qui font de 1,5 à 2 mètres d'épaisseur?)

Avec l'aide de plusieurs amis, le jeune homme a mis plus de 200 heures-personne de travail dans le chantier au cours des dernières semaines, profitant de la fin de ses études et du fait qu'il n'a pas encore d'emploi. La technique a consisté à souffler une quantité absurde de neige sur le terrain - «c'est pratique parce que, une fois soufflée, la neige est déjà compactée», explique M. Cauchon-Beauséjour -, à la laisser durcir au froid jusqu'au lendemain, puis à littéralement en sculpter l'intérieur à la pelle de métal.

Il va sans dire qu'ériger une telle structure, avec un toit, demande un savoir-faire qui n'est pas donné à tout le monde. (Faut-il vraiment préciser de «ne pas essayer à la maison»?) M. Cauchon-Beauséjour dit s'être servi en partie de notions qu'il a apprises en génie sur la portance, le plus important fut «surtout l'expérience que j'ai acquise en construisant des choses avec la neige. Parce que la neige n'est pas un matériau très étudié en génie», dit-il. Il précise avoir été très prudent en faisant des murs et des colonnes manifestement plus épais qu'il ne le fallait. Et c'est une chance, parce que personne ne veut recevoir sur la tête un toit de neige gelée d'environ 50centimètres d'épaisseur.

Laisser faire la nature

Avec les beaux jours qui reviennent, évidemment, la question se pose : M. Cauchon-Beauséjour détruira-t-il son igloo avant que le toit ne s'écroule? «Ça ne tombe pas d'un seul coup. À force d'en faire, j'ai observé que ça commence par des déformations. [...] C'est sûr qu'au printemps, je vais condamner les entrées pour ne pas qu'il arrive un malheur, mais je préfère ne pas le démolir. Ça va me permettre de voir si c'est long à s'affaisser, et comment ça se comporte avant», dit-il.

Enfin, à la question de savoir s'il s'agit de son dernier igloo, maintenant qu'il a terminé ses études et qu'il commencera bientôt à travailler, le jeune homme répond : «C'est drôle que vous demandiez ça, pendant le souper de famille où on était 25, j'ai un proche qui est camionneur qui m'a dit qu'il serait prêt à me donner des loads de neige. Mais bon, on verra l'an prochain avec le travail...»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer