Les Fêtes de la Nouvelle-France reportent la recréation de la bataille de Phips

Québec ne pourra pas répondre avec la bouche... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Québec ne pourra pas répondre avec la bouche de ses canons avant 2017.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le climat d'austérité a coulé le projet des Fêtes de la Nouvelle-France de recréer la bataille navale de Phips dans le Saint-Laurent cet été. Il s'agissait de l'événement phare de la programmation qui est désormais repoussé en 2017.

Au printemps dernier, l'organisation des Fêtes disait préparer un grand coup pour son édition d'août 2015, année du 325e anniversaire de la bataille de Phips. L'évocation historique, organisée en collaboration avec le Rendez-vous naval, devait amener dans le port de Québec plus d'une trentaine de bâtiments, dont trois imposants voiliers. Des dizaines de figurants devaient quant à eux jouer le rôle des soldats français et anglais.

Or, le major général William Phips ne prendra pas le large cet été. «Ce n'est que partie remise», indique le directeur général des Fêtes de la Nouvelle-France, Stéphan Parent. Le projet de recréation historique d'une bataille navale devant Québec est toujours en vie, dit-il, mais désormais planifié pour 2017.

«On ne le sabordera pas», a-t-il assuré, ajoutant qu'il s'agit peut-être finalement d'un mal pour un bien puisque l'organisation profitera de la potentielle venue des Grands voiliers dans le cadre du 150e anniversaire du Canada pour mousser le projet. Les détails historiques sont toujours à discuter puisqu'il est possible que Phips et ses hommes soient remplacés par d'autres personnages et événements qui ont marqué le continent.

M. Parent s'est rendu à l'évidence il y a deux semaines alors que les subventions espérées ne se sont pas matérialisées. «On attendait toujours certaines réponses», explique-t-il.

Un plan B au budget plus restreint et impliquant moins de bateaux et d'acteurs avait été élaboré, mais l'organisation a finalement préféré miser sur un plus gros déploiement dans deux ans.

La Société des alcools du Québec (SAQ), qui a réduit considérablement sa participation cette année dans les Fêtes de la Nouvelle-France avec une contribution de 35 000 $ plutôt que de 250 000 $, n'est pas la seule à avoir fait faux bond. Des sommes provenant entre autres de programmes fédéraux devaient permettre de boucler le budget de 750 000 $ - dont 600 000 $ en argent frais - prévu pour la recréation de la bataille de Phips. «Mais les critères ont changé», explique M. Parent. Il tient cependant à préciser que le festival dispose dans son ensemble essentiellement des mêmes sommes que les années passées, mais que les sources diffèrent.

Même si des bateaux ne simuleront pas la guerre dans le Saint-Laurent au mois d'août, le directeur général des Fêtes de la Nouvelle-France promet qu'une mise en scène de la bataille de Phips aura lieu sur la terre ferme le 8 août grâce aux bateaux sur roue construits l'an dernier. Stéphan Parent insiste également pour dire que la programmation amputée d'un important morceau sera malgré tout riche et très diversifiée cette année.

La bataille de Phips est notamment célèbre en raison de la réplique servie par le gouverneur Louis de Buade de Frontenac au major général William Phips qui exigeait la reddition de Québec. «Je n'ai point de réponse à faire à votre général sinon que par la bouche de mes canons...», avait-il lancé en 1690.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer