Journée internationale des femmes: les Québécois de plus en plus sensibilisés

«Je pense que les femmes ont besoin de... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

«Je pense que les femmes ont besoin de se sentir plus prêtes que les hommes avant de prendre leur place», explique Katia de Pokomandy-Morin.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) «On avance. On a fait du chemin!»

La directrice générale du YWCA Québec, Katia de Pokomandy-Morin, se montre plutôt positive par rapport à la situation actuelle des femmes au Québec. «Je pense que les gens sont de plus en plus sensibilisés par rapport aux inégalités [...] On va travailler fort pour qu'il n'y ait pas de recul», indique-t-elle.

Ce travail, le YWCA l'accomplit en aidant notamment les femmes à prendre davantage le pouvoir. «On essaie d'outiller les femmes pour qu'elles se sentent prêtes à foncer», dit-elle. «Les femmes ont moins tendance à se mettre de l'avant spontanément.» Cette tendance, Katia de Pokomandy-Morin la remarque avec le concours Femmes de mérite du YWCA, expliquant que les candidates sont souvent recrutées auprès de leur réseau, car elles n'ont pas l'habitude de s'inscrire d'elles-mêmes.

«Je pense que les femmes ont besoin de se sentir plus prêtes que les hommes avant de prendre leur place», ajoute-t-elle. Ce comportement s'expliquerait en partie par la culture et l'éducation qu'elles reçoivent, mais aussi par les préjugés plus négatifs qu'elles rencontrent lorsqu'elles accèdent à ces postes.

D'où l'importance de présenter des modèles de femmes qui occupent des positions de pouvoir et qui peuvent partager leur expérience avec d'autres.

Précieux entourage

Pour une meilleure répartition du pouvoir, Katia de Pokomandy-Morin explique aussi que l'entourage a un rôle à jouer. Investir la sphère publique peut s'avérer un travail encore plus ardu si la sphère privée prend trop de place. La directrice générale du YWCA rappelle que la répartition inégale des tâches ménagères et du soin des enfants a un gros rôle à jouer quand vient le temps de briser les inégalités ailleurs.

D'ailleurs, celles qui se retrouvent dans les programmes de leadership du YWCA sont souvent autonomes et possèdent un bon réseau. «Je pense que les femmes qui réussissent sont celles qui ont un bon niveau de support. Si le conjoint s'implique beaucoup et qu'elles ont accès à de l'aide extérieure, il leur sera plus facile de prendre d'autres responsabilités.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer