Austérité: lancement d'une semaine nationale d'actions «dérangeantes»

Il y aura une quarantaine de manifestations, dont... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Il y aura une quarantaine de manifestations, dont plusieurs originales, pour tenter de faire fléchir Québec.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Morgan Lowrie, Alain Martineau
La Presse Canadienne
Montréal

Une manifestation organisée symboliquement au parc Émilie-Gamelin, lieu de départ de plusieurs marches étudiantes au printemps 2012, a donné le coup d'envoi à la semaine nationale d'actions «dérangeantes contre l'austérité» d'une coalition de groupes populaires.

Des représentants de 85 groupes sociaux voulaient avertir le gouvernement Couillard qu'il fera face à un printemps «chaud». Des coups d'éclat sont prévus à chaque jour de la semaine, un peu partout, notamment devant des bureaux de circonscriptions de députés, et il y aura à chaque samedi, à compter du 21 mars, une manifestation, pour dénoncer l'austérité, un mot que n'utilise pas le gouvernement Couillard, préférant parler de rigueur budgétaire.

Au micro, devant des manifestants enthousiastes par une journée radieuse pour l'hiver, la co-porte-parole de la Coalition opposée à la tarification et à la privatisation des services publics, Véronique Laflamme, a soutenu que le ras-le-bol se fait sentir partout.

«On coupe partout, dans les écoles et les Cégeps, parmi les groupes de femmes, dans les programmes culturels, l'aide sociale, l'aide au logement, dans la protection de la faune, (...). Le saccage se fait aussi dans le transport adapté, les programmes d'intégration à l'emploi. Ça fait mal partout et nous allons riposter. Assez la démolition des services publics», a tonné la jeune militante.

À l'approche du prochain budget québécois, la Coalition arrive avec ses suggestions.

«Il faut que le gouvernement recule. C'est dramatique. Regardez du côté des paradis fiscaux, de la taxe sur le capital des banques, chez les plus nantis de la société» a lancé la porte-parole de la Coalition.

Il y aura une quarantaine de manifestations, dont plusieurs originales, pour tenter de faire fléchir Québec.

«Cette semaine nationale contre l'austérité sera historique, a prédit Mme Laflamme. Il y aura cinq ou six événements par jour partout au Québec pour dénoncer les conséquences néfastes des coupes qu'on nous imposent» a-t-elle ajouté.

Ces coups de semonce auront lieu notamment à Montréal (dans plusieurs quartiers) ainsi qu'à Laval, Ste-Thérèse, Sherbrooke, Québec, et de Gatineau jusqu'aux Iles-de-la-Madeleine, a précisé la Coalition.

Ainsi, mardi matin, à St-Félicien, dans la circonscription du premier ministre Couillard, une «guerre des tuques» est prévue.

À La Baie, des manifestants doivent construire un «mur de glace» devant le bureau du député libéral Serge Simard.

À Montréal, la très militante Association pour une solidarité syndicale étudiante a tiendra, mercredi à 7 h 30, un rassemblement à la tour de la Bourse, sous le thème «taxer le capital, y a pas un banquier qui va mourir de ça».

«Et ça fait juste commencer», a averti Véronique Laflamme, qui était notamment accompagnée de la présidente de la Fédération des femmes du Québec, Alexa Conradi, et de la porte-parole de l'Association pour une solidarité syndicale étudiante, Camille Godbout.

Mme Godbout avait déclaré samedi que les contestataires doivent avoir toute liberté d'action, et qu'ils prendront «tous les moyens qui sont à leur disposition» pour faire entendre leur message de façon «très claire» au gouvernement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer