Animaux errants à Québec: fin de l'entente avec la SPA

D'ici à ce que la Ville de Québec... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

D'ici à ce que la Ville de Québec trouve un nouveau fournisseur pour la gestion des petites bêtes, Lévis et son sous-traitant viendront à la rescousse de la capitale.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Valérie Gaudreau, Stéphanie Martin
Le Soleil

(Québec) La Ville de Québec et la SPA de Québec mettent fin à leur entente pour la gestion des animaux errants. Mais cette séparation après cinq ans de partenariat ne remet pas en cause le projet d'un centre animalier de 5 millions $ sur une partie des terrains de l'ancien zoo de Charlesbourg.

«Le centre animalier va de l'avant. Je suis toujours persuadé que le zoo est l'endroit idéal. Je continue à y croire et je vais pousser pour que ça puisse aller là», a commenté en soirée hier le conseiller municipal responsable du dossier des animaux, Patrick Voyer.

En décembre, la somme de 5 millions $ est apparue au programme triennal d'immobilisations (PTI) 2015-2017 pour l'acquisition d'un terrain et la construction d'un nouveau centre animalier. Plus qu'une fourrière, ce centre comprendrait aussi un bloc opératoire, une salle de quarantaine et un parc à chiens.

Le site de l'ancien jardin zoologique, qui a fermé ses portes en 2006, demeure tout indiqué selon M. Voyer, qui aimerait bien lui redonner sa vocation animalière. Ce site est aussi facilement accessible, ce qui pourrait favoriser sa fréquentation à l'heure où la Ville de Québec veut miser sur l'adoption d'animaux venant de refuges.

En décembre, les documents budgétaires parlaient toutefois «d'un partenariat avec la SPA de Québec» avec qui l'administration Labeaume avait un contrat depuis 2009.

Or, le projet n'est pas directement lié à la SPA, a dit M. Voyer au Soleil. Les futurs locaux pourraient ainsi être occupés par une autre organisation. Il n'est pas exclu que la Ville puisse reprendre une partie de la gestion des animaux sur son territoire, a-t-il avancé.

«Tout va être sur la table. Une entente de gestion est une chose, le centre animalier est une autre chose», a précisé le conseiller selon qui il s'agit «d'une belle opportunité» pour l'administration Labeaume de revoir la gestion des animaux errants, une réflexion amorcée l'an dernier.

«La question est de voir comment je peux faire pour avoir le meilleur service possible au meilleur coût», a-t-il dit en insistant sur le caractère «éthique» d'un service de «bien-être des animaux».

Ces prochaines semaines, la Ville de Québec rédigera un appel d'intérêt pour voir quelles autres organisations pourraient prendre le relais, a poursuivi M. Voyer selon qui le non-renouvellement du contrat de la SPA de quelque 900 000 $ par an pour la gestion des animaux se fait dans la bonne entente. «La SPA nous avait signifié en décembre sa volonté de ne pas continuer. Mais nous avons toujours eu une bonne collaboration», a-t-il assuré.

Lévis en attendant

D'ici à ce que la Ville de Québec trouve un nouveau fournisseur pour la gestion des petites bêtes, Lévis et son sous-traitant, Contrôle d'animaux domestiques (CAD), viennent à la rescousse de la capitale.

Les élus du conseil municipal de Lévis ont en effet approuvé lundi une entente intermunicipale temporaire qui sera effective en 2015. CAD se chargera, sur les deux rives, d'accueillir dans un refuge les animaux domestiques dont les citoyens veulent se départir, de répondre aux demandes du service de police pour les animaux blessés, errants, dangereux ou nuisibles, de recueillir et héberger temporairement les animaux errants et de ramasser les animaux morts.

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, s'est réjoui de cette entente. «La Ville de Lévis va entrer dans un partenariat avec la Ville de Québec. Cela démontre l'excellente collaboration entre les deux villes.»

«Cette entente ne modifie d'aucune façon le niveau de service de la population de la Ville de Lévis», lit-on dans la décision.

À la Ville de Québec, Patrick Voyer assure de son côté que cette entente ne changera rien pour les citoyens de Québec et que tous les appels logés à la SPA de Québec seront transférés au service lévisien.

La Ville de Québec assurera l'émission des médailles pour chiens et chats. Les amendes seront pour leur part distribuées par la police de Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer