Immigration: mise en garde contre des exigences linguistiques trop élevées

Chaque année, entre 50 000 et 55 000... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Chaque année, entre 50 000 et 55 000 étrangers (51 959 en 2013) s'installent au Québec.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Les candidats à l'immigration ne devraient pas être contraints de maîtriser le français pour s'installer au Québec, a plaidé le Conseil du patronat (CPQ), jeudi, aux consultations en vue de revoir les politiques d'immigration.

En commission parlementaire en après-midi, le président du CPQ, Yves-Thomas Dorval, a mis en garde le gouvernement contre des exigences linguistiques trop élevées qui priveraient le Québec de la richesse de la diversité.

«Cela va un peu trop loin, a-t-il dit en entrevue après sa comparution. Le français ne devrait pas être le seul critère.»

Devant les parlementaires, M. Dorval a reconnu que le français est un sujet «extrêmement délicat» et que «les choses doivent se faire en français au Québec». Toutefois, miser sur une «maîtrise trop poussée» du français, au détriment de la qualification professionnelle, limiterait le bassin de recrutement des entreprises et appauvrirait la diversité de la société.

«Si on se limite à la maîtrise du française, on limite nos bassins d'immigration à seulement certains pays, et à ce moment-là, on rate la richesse de la diversité pour une société», a-t-il expliqué au cours du point de presse. Le porte-parole péquiste en matière d'immigration, Maka Kotto, lui a du reste fait remarquer que, déjà, deux immigrants sur cinq ne parlent pas un mot de français à leur arrivée au Québec.

Le président du CPQ préconise plutôt un critère tel que la volonté d'apprendre le français, ou la connaissance de base du français, plutôt que la maîtrise de la langue. L'État devrait donc miser sur l'amélioration de services de francisation.

«La possibilité pour un immigrant d'apprendre le français, ça, c'est une nécessité. C'est une nécessité pour le Québec d'offrir (...) des services d'accompagnement, d'enseignement (du français), pour ne pas être trop restrictif», a dit M. Dorval.

Et qui plus est, la connaissance de l'anglais devrait aussi être reconnue comme un atout, car ceux qui maîtrisent les deux langues réussissent mieux dans leur carrière, a-t-il fait valoir.

«L'anglais ne devrait pas être vu comme une menace», a-t-il dit.

La Centrale des syndicats du Québec (CSQ) a pour sa part défendu un point de vue diamétralement opposé. Il ne faut pas exiger moins de français, mais en exiger au moins autant, donc pas question d'assouplir ce critère, a défendu la présidente de la CSQ, Louise Chabot.

Elle a rappelé que c'est justement au nom de son caractère distinctif, du fait français, que le Québec a rapatrié une partie des pouvoirs en immigration du gouvernement fédéral en 1990.

«Pour nous, c'est impensable de mettre la pédale douce, a-t-elle dit en entrevue avant la comparution de la CSQ. Ce n'est pas l'immigration qui est un apport, c'est beaucoup plus les politiques familiales. L'immigration devient un apport dans une société en français, sinon on va se faire harakiri nous-mêmes.»

En outre, Mme Chabot a exprimé son inquiétude devant la volonté manifestée par la ministre de l'Immigration, Kathleen Weil, de se rapprocher du modèle mis en place par le gouvernement fédéral.

«On semble vouloir canadianiser la nouvelle politique d'immigration en axant davantage (la sélection) sur les besoins du marché du travail, a dit la présidente de la CSQ. On ne dit pas que ce n'est pas important, mais il ne faudrait pas diminuer» l'importance des autres critères.

La ministre n'a en effet pas caché son intention de mettre l'accent sur l'économie, par une meilleure adéquation entre le recrutement des immigrants et les besoins de main-d'oeuvre. La clé: dénicher les candidats ayant le bon profil pour occuper les emplois vacants. En cela, Québec s'inspirera d'Ottawa.

Mais par ailleurs, elle a indiqué que tout est sur la table: notamment, le modèle fondé sur l'interculturalisme, un concept qui devra être mieux défini et «compris» par la population, le nombre d'immigrants accueillis chaque année, le mode de sélection, les pays privilégiés, l'importance accordée à la connaissance du français à l'arrivée, les cours de francisation, la reconnaissance des compétences acquises à l'étranger, la régionalisation et le partage de valeurs communes.

La consultation publique sur la future politique d'immigration - l'actuelle politique date de 25 ans - a débuté mercredi à l'Assemblée nationale. Une cinquantaine d'intervenants y défileront au cours des prochaines semaines. Suivra une autre consultation plus spécifique sur deux aspects délicats du dossier: les volumes et les bassins démographiques. En clair, il s'agit de déterminer le nombre d'immigrants qu'on souhaite accueillir chaque année et leur provenance.

Chaque année, entre 50 000 et 55 000 étrangers (51 959 en 2013) s'installent au Québec. L'Afrique - au premier chef le Maghreb - constitue le principal bassin de recrutement. De 2009 à 2013, un immigrant sur cinq (21 pour cent) provenait d'Algérie ou du Maroc.

Au terme de ces consultations, la ministre produira sa nouvelle politique, qui sera accompagnée d'un plan d'action.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer