L'apostasie en perte de popularité

Selon les chiffres obtenus par Le Soleil, le nombre... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Selon les chiffres obtenus par Le Soleil, le nombre de catholiques qui font l'impasse sur leur foi chrétienne a connu son apogée en 2009 et 2010, avec respectivement 242 et 286 demandes.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le nombre de demandes d'apostasie dans le diocèse de Québec n'a jamais été aussi bas en 12 ans. L'an dernier, 46 personnes ont réclamé de déserter l'Église catholique, très loin de la vague de 2009-2010, alors que six fois plus de cas avaient été enregistrés.

«C'est toujours difficile de comprendre le motif qui se cache derrière une apostasie, explique le chancelier du diocèse, Jean Tailleur. Chaque cas est un cas d'espèce. Nous ne tenons pas de statistiques sur les motifs.»

Pour ce spécialiste en droit canon, l'explication la plus plausible serait d'ordre démographique. La baisse continue du nombre de baptêmes au fil des ans se répercuterait sur les demandes d'apostasie. Il faut remonter 15 ans en arrière, en 2000, pour retrouver aussi peu de demandes de retrait.

Selon les chiffres obtenus par Le Soleil, le nombre de catholiques qui font l'impasse sur leur foi a connu son apogée en 2009 et 2010, avec respectivement 242 et 286 demandes.

Ces chiffres ne doivent pas nécessairement être interprétés à la loupe de l'actualité, comme ce fut le cas au tournant de la dernière décennie, alors que le scandale des prêtres pédophiles ébranlait l'Église. M. Tailleur évoque plutôt ce pic par le prosélytisme et les «fortes campagnes» menées par «quelques groupes religieux».

À chacune des demandes d'apostasie, le diocèse prend soin de valider les informations auprès de la personne concernée. Une fois l'autorisation obtenue, une annotation est inscrite dans l'acte de baptême, précisant l'«acte formel de défection».

Le demandeur est également mis au parfum des conséquences de son geste. Ainsi, en cas de décès, celui-ci ne pourra avoir droit à des funérailles religieuses, d'où l'importance de mettre à jour ses dernières volontés.

«Pour l'inhumation au cimetière, poursuit M. Tailleur, c'est du cas par cas. La grande tradition de l'Église a toujours été de maintenir les familles ensemble.»

Déclin symbolique du geste

Pour le président de l'Association humaniste du Québec, Michel Virard, la diminution marquée des cas d'apostasie tient surtout au déclin de la symbolique du geste. «C'était assez provocateur il y a 15 ou 20 ans, mais maintenant, ça n'intéresse plus beaucoup les gens.» Le site de l'Association comporte un formulaire d'apostasie qui est utilisé «de temps en temps», note-t-il.

Selon M. Virard, l'apostasie au Québec n'a pas la même incidence qu'en Allemagne, par exemple, où faire partie d'une congrégation religieuse a un impact fiscal, d'où les démarches plus nombreuses dans ce pays.

Hausse du nombre de confirmations

Parallèlement, le nombre de confirmations d'adultes est en nette augmentation depuis 2010 à Québec. Dans l'attente des chiffres officiels, le diocèse s'attend à plus de 400 demandes pour l'an dernier. Ils étaient deux fois moins nombreux à déposer pareille requête quatre ans auparavant.

Pour M. Tailleur, cette tendance à la hausse était prévisible. «Depuis la fin des années 90, de moins en moins d'adolescents recevaient la confirmation. La démarche vient souvent plus tard, lorsque une fois adultes ils désirent s'engager dans un projet de mariage ou de parrainage.»

Contrairement à la croyance populaire, un catholique non confirmé peut se marier à l'église. «Ce n'est pas un empêchement ni une nécessité canonique, mais il va être invité à le faire», termine M. Tailleur.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer