350e de Notre-Dame-de-Québec: l'année en 10 temps forts

La Montée jeunesse a réuni, le temps d'une... (Photothèque Le Soleil, Andréanne Lemire)

Agrandir

La Montée jeunesse a réuni, le temps d'une fin de semaine, de jeunes leaders chrétiens de partout au Canada.

Photothèque Le Soleil, Andréanne Lemire

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

ZONE Notre-Dame de Québec
ZONE Notre-Dame de Québec

Du 8 décembre 2013 au 28 décembre 2014, la paroisse Notre-Dame de Québec célébrera ses 350 ans. Découvrez un grand pan de notre histoire et de notre patrimoine. »

Jean-Michel Poirier
Le Soleil

(Québec) L'année 2014 a été celle des fêtes du 350e anniversaire de la paroisse Notre-Dame-de-Québec. Des activités ont eu lieu tout au long de l'année pour souligner cet événement majeur dans l'histoire d'ici. Les fêtes ont été lancées le 8 décembre 2013 et prendront fin aujourd'hui, 28 décembre 2014, avec notamment la fermeture de la porte sainte. Retour sur 10 des nombreux moments marquants de l'année avec l'abbé Julien Guillot, directeur général des célébrations.

L'historien Jean-Marie Lebel, qui pose devant la porte... (Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve) - image 1.0

Agrandir

L'historien Jean-Marie Lebel, qui pose devant la porte sainte, a dirigé la collection des cinq livres sur la paroisse, parus en juin.

Photothèque Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Le Requiem de Verdi, lors du Festival d'opéra... (Photothèque Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.1

Agrandir

Le Requiem de Verdi, lors du Festival d'opéra de Québec, a été présenté grâce au 350e de Notre-Dame-de-Québec.

Photothèque Le Soleil, Yan Doublet

1 Mgr Gérald Cyprien Lacroix devient cardinal

Au cours de l'angélus du 12 janvier 2014, le pape François a annoncé l'élévation de l'archevêque de Québec, Mgr Gérald Cyprien Lacroix, au rang de cardinal. La cérémonie officielle a eu lieu le 22 février, à Rome. «Cet événement-là est arrivé comme un bouquet dans notre événement du 350e», affirme l'abbé Guillot. Un cardinal, c'est un proche du Saint Père. «Ça correspond à notre histoire. L'architecture, la cathédrale... ça montre qu'à chaque époque, le pape a manifesté des signes de proximité avec Québec.» Il cite en exemple le don du Maître Autel, après le grand incendie de 1922. Il note aussi que le pape Jean XXIII a remis un vase sacré à Québec pour rappeler le 300e anniversaire de l'arrivée de François de Laval. 

2 Canonisation de deux saints québécois

Véritable «clin d'oeil de la providence», le pape François a annoncé, le 3 avril, la canonisation de François de Laval et de Marie de l'Incarnation. Saint François de Laval a été le fondateur de Notre-Dame-de-Québec, la première paroisse en Amérique du Nord. L'abbé Guillot note l'importance de l'événement, non seulement pour les Québécois, mais aussi pour la communauté des prêtres du séminaire de Québec. En effet, François de Laval a fondé le Séminaire de Québec en 1663 et, l'année suivante, il a fondé la paroisse Notre-Dame-de-Québec. Quant à Marie de l'Incarnation, elle est arrivée avant François de Laval et a fondé une école pour les filles. «C'est la fondatrice de notre Église au Canada», selon l'abbé Guillot. «Évidemment, il en manque une. Nous attendons toujours la canonisation de bienheureuse Catherine de Saint-Augustin», ajoute M. Guillot.

3 La montée jeunesse

C'est une activité pour les jeunes adultes chrétiens de partout au pays. Cette année, elle a réuni plusieurs dizaines de jeunes à Québec, du 16 au 19 mai. «Les jeunes leaders chrétiens se rassemblent pour se mobiliser autour de la mission», précise M. Guillot. Ce grand rassemblement a commencé en 2005, en préparation au Congrès eucharistique canadien de 2008. L'événement s'est tenu un peu partout dans l'est du pays, notamment à Ottawa, à Montréal et à Québec. La prochaine Montée jeunesse aura lieu à Sherbrooke en 2015.  

4 Cinq livres sur la paroisse

En juin, la paroisse a publié, sous la direction de l'historien Jean-Marie Lebel, une collection de cinq livres. Publiés chez Septentrion, ils racontent l'histoire de la paroisse. «Ce sont cinq livres historiques de grande qualité, avec beaucoup de photos», explique l'abbé Guillot. Chaque livre traite d'un aspect différent: l'architecture de la cathédrale, l'architecture de l'église Notre-Dame-Des-Victoires. Il y a aussi un livre sur l'église pionnière, «avant que l'église soit fondée, de 1615 à 1634.» Un autre album traite des vitraux de la cathédrale Notre-Dame-de-Québec, riches en éléments artistiques. Un dernier, écrit par Jean-Marie Lebel, «raconte l'histoire de Notre-Dame-de-Québec à travers l'agir et les écrits des curés de la cathédrale.» Selon l'abbé Guillot, il y a une tradition ancienne selon laquelle les curés écrivaient sur la vie des gens d'ici, l'histoire de l'église étant très liée à l'histoire générale. «Par exemple, durant la Conquête, le curé écrivait le nombre de boulets de canon qui tombaient sur Québec», raconte-t-il.

5 Le pape s'adresse au Québec

Autre signe de la proximité de Québec avec le Vatican, le cardinal Ortega, l'envoyé spécial du pape, s'est adressé à la population de Québec le 14 septembre. «Il a rappelé à la population le rôle historique de la paroisse, qui a été la porte d'entrée de la foi en Amérique du Nord», dit l'abbé Guillot. Le cardinal Ortega a rappelé la richesse de l'esprit missionnaire au Québec. «À une certaine époque, au coeur du XXe siècle, on était l'endroit qui envoyait le plus de missionnaires.» François de Laval, un jésuite, était d'ailleurs lui-même missionnaire. Le cardinal Ortega «nous a rappelé nos racines pour que les chrétiens d'aujourd'hui, on soit des missionnaires nous-mêmes», ajoute M. Guillot. Il tient à ajouter que les propos du cardinal Ortega étaient «bien nuancés». «Il n'était pas question de revenir en arrière, mais plutôt de comment être actuel dans la mission d'aujourd'hui», précise M. Guillot.

6 Le 375e des ursulines et des augustines

Les Ursulines et les Augustines. Arrivées en Nouvelle-France 25 ans avant les Jésuites, soit le 2 août 1639, les Ursulines et les Augustines sont devenues les «pierres d'assise de notre paroisse». Le 375e de leur arrivée, célébré le 1er et le 2 août, a donc été intégré au grand jubilé de Notre-Dame-de-Québec. L'abbé Guillot a réaffirmé leur importance dans l'histoire. «À leur manière, à travers les hôpitaux et les écoles, elles ont fait connaître l'évangile», affirme M. Guillot. 

7 La messe pontificale

Chaque année, les évêques canadiens se rassemblent pendant cinq jours et prévoient la célébration d'une messe pontificale. «Habituellement, cette rencontre se tient à la frontière du Québec et de l'Ontario», précise l'abbé Guillot. Or, cette année, le 14 septembre, en raison du jubilé, les évêques ont fait un détour vers l'est «pour venir vivre ça [le jubilé] au coeur de Notre-Dame-de-Québec». Puisque la cathédrale Notre-Dame-de-Québec est l'église primatiale du Canada - le siège du diocèse -, «il était naturel, spirituellement, que les évêques du Canada viennent se ressourcer sur le tombeau de nos fondateurs», poursuit l'abbé Guillot. 

8 Retraite des évêques québécois

Au début de chaque année, les évêques du Québec ont toujours une retraite spirituelle. Cette retraite se tenait à Trois-Rivières sous le thème de François de Laval. «Ils sont venus faire le pèlerinage ici à Québec. Ils ont pu aller prier chez les Jésuites, les Augustines et les Ursulines, ainsi que sur le tombeau de François de Laval. Ça nous a beaucoup aidés à mobiliser les pèlerins à travers la province», ajoute l'abbé Guillot.

9 «Compostelle du Québec»

Les pèlerinages vers la porte sainte ont été un véritable succès, selon l'abbé Guillot. «L'ensemble de nos visiteurs, pour nos deux églises, ça fait 1 400 000 personnes», dit-il, visiblement satisfait. «On a fait un échantillonnage parmi nos visiteurs pendant l'été. On a dénombré des gens de 41 pays différents, dans notre livre de visiteurs», ajoute-t-il. La porte sainte a même été qualifiée, par les visiteurs, de «compostelle du Québec». À noter, «plus de 400 groupes de pèlerins ont fait appel à nos services pour animer leur pèlerinage», dit l'abbé Guillot. «Des gens de partout en Amérique du Nord et de France, principalement. L'accompagnement s'est fait en français, en anglais et en espagnol.» L'abbé Guillot ajoute que les organisateurs ont dû développer un important réseau de bénévoles pour assurer l'accueil. Un beau problème. Pour établir une base de comparaison, «en haute saison touristique en 2010, on a engagé cinq guides pour l'accueil à l'église Notre-Dame-des-Victoires, puis neuf guides pour répondre aux besoins en 2011, mais ce nombre a grimpé à 27 guides pour cette année 2014», raconte M. Guillot.

10 Volet culturel

Les fêtes du 350e anniversaire de la paroisse Notre-Dame-de-Québec ont célébré le côté spirituel, mais aussi les racines culturelles de la paroisse. Tout au long de l'année, plusieurs événements culturels ont souligné le jubilé. L'année a commencé, en prélude à la porte sainte, par un concert du choeur de l'Université Laval. Et, au printemps, ce sont les Violons du Roy qui ont présenté un spectacle. Pour le Festival d'opéra de Québec, à l'été, «le Requiem de Verdi a été offert grâce au 350e», ajoute l'abbé Guillot. Sans oublier, en septembre, le Festival de musiques sacrées. Le 350e de Notre-Dame a aussi présenté un hommage à Nelson Mandela lors du Festival international de Jazz de Québec, ainsi qu'un hommage à Ellis Marsalis, un artiste de Louisiane. Étonnant? Pas vraiment. «À une époque, le diocèse de Québec se rendait jusqu'en Louisiane», précise M. Guillot. Le volet culturel s'est clos par un concert de l'OSQ dans la cathédrale. Sous la direction du chef Fabien Gabel, l'orchestre symphonique de Québec a présenté le Stabat Mater et le Gloria de Francis Poulenc. «Pour le concert, on a eu une participation exceptionnelle, l'église était pleine», termine M. Guillot.

En tant que primat du Canada, M  Gérald-Cyprien... (Photothèque Le Soleil) - image 2.0

Agrandir

En tant que primat du Canada, M  Gérald-Cyprien Lacroix entretient un lien particulier avec le pape François.

Photothèque Le Soleil

Chapeau aux partenaires!

Pour organiser une année de festivités, il faut des partenaires. «Les premiers partenaires qui nous ont donné le coup de pouce pour partir le projet, c'est Michel Dallaire, du groupe Dallaire. Ils ont assuré l'ingénierie du jardin du jubilé et de la porte sainte», explique l'abbé Guillot. «Avec eux, les chevaliers de Colomb du Canada et des États-Unis, qui ont payé pour la porte sainte et ont appuyé les pèlerinages et tout le côté spirituel», ajoute-t-il. Du côté des partenaires médias, l'abbé Guillot remercie Le Soleil et Gesca, « qui ont été notre principal partenaire média, ainsi que Radio-Canada Québec qui nous appuie depuis le début.» Enfin, il ne manque pas de remercier la Ville de Québec, dont le maire Régis Labeaume est le coprésident d'honneur des fêtes du 350e, avec l'archevêque de Québec, le cardinal Lacroix. «La Ville s'est engagée de plusieurs manières, notamment en laissant un legs en lien avec les musées à la basilique-cathédrale et à l'église Notre-Dame-des-Victoires», a expliqué M. Guillot.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer