Près de 200 vétérans tardent à être soignés

Dans la région de Québec, c'est plus d'une... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Dans la région de Québec, c'est plus d'une centaine de vétérans qui attendent de soins de santé mentale et physique, selon le Syndicat des employé-e-s des Anciens combattants.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Au Québec, près de 200 vétérans sont inscrits sur une liste d'attente afin de recevoir des services pour soigner des blessures psychologiques et physiques, selon une récente compilation du Syndicat des employé-e-s des Anciens combattants (SEAC), qui dénonce les délais et le manque de ressources envers ceux «qui se sont battus pour notre liberté».

La récente annonce d'Ottawa visant l'octroi de 200 millions $ sur six ans pour venir en aide aux anciens combattants souffrant de problèmes de santé mentale n'a pas ému les membres de l'organisation syndicale, qui côtoient tous les jours des ex-soldats souffrants. «Ça ne comblera pas les besoins d'autant plus qu'ils ont coupé au cours des dernières années neuf bureaux de services au pays», fait valoir le vice-président régional du SEAC, Daniel Gaulin.

Depuis quelques mois, les demandes d'aide seraient plus nombreuses dans la province. À Montréal, environ 70 vétérans sont inscrits sur la liste d'attente, tandis que, dans la région de Québec, ils sont plus d'une centaine, selon le syndicat. Ces chiffres n'ont pas pu être vérifiés par Le Soleil, qui n'a pas été en mesure de joindre le service des médias du ministère des Anciens Combattants.

Avant de recevoir les soins requis, des mois peuvent s'écouler. Or, les patients n'ont pas le luxe du temps, souligne M. Gaulin. «Ils ont des besoins urgents, ils n'ont pas la patience d'attendre» si ce n'est que quelques semaines, fait valoir celui qui travaille au dernier hôpital fédéral destiné aux vétérans à Sainte-Anne-de-Bellevue, à l'ouest de Montréal.

«Il y a plus de vétérans qui sont morts en se suicidant qu'au combat, c'est inacceptable», renchérit Daniel Gaulin, qui attribue ces tristes statistiques à l'inaccessibilité des services. «Quand ils ne sont pas traités, on en perd.» Il ne comprend pas pourquoi son établissement ne soigne que des militaires qui ont participé à des guerres et pas ceux qui ont été envoyés en mission de paix. Les plus jeunes soldats revenant de l'Afghanistan ne sont donc pas admis. «C'est incroyable, nous avons pourtant 100 lits de libres!»

Coup de main

Pour aider les vétérans dans l'attente de soins, les membres de l'Alliance de la fonction publique du Canada à Québec organisent vendredi une guignolée à l'heure du midi. Les employés de la base militaire de Valcartier, à la Garde côtière, à la gare du Palais et à D'Estimauville recueilleront des dons à l'occasion de leur journée mensuelle d'action nationale. Chaque 19du mois jusqu'au scrutin prévu la même date en octobre, le syndicat organise une activité pour dénoncer les politiques du gouvernement de Stephen Harper.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer