Funérailles de l'acteur et metteur en scène Paul Buissonneau

  • Paul Buissonneau a joué dans le film Dimensions, en 1966, avec Louise Latraverse. (Archives La Presse)

    Plein écran

    Paul Buissonneau a joué dans le film Dimensions, en 1966, avec Louise Latraverse.

    Archives La Presse

  • 1 / 12
  • Buissonneau a dirigé le théâtre de Quat'Sous jusqu'en 1989. Le voici, en 1966, un an après avoir fondé le théâtre de Quat'Sous. (Archives La Presse)

    Plein écran

    Buissonneau a dirigé le théâtre de Quat'Sous jusqu'en 1989. Le voici, en 1966, un an après avoir fondé le théâtre de Quat'Sous.

    Archives La Presse

  • 2 / 12
  • Paul Buissonneau interprétant son célèbre personnage de Picolo en 1976. (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Paul Buissonneau interprétant son célèbre personnage de Picolo en 1976.

    Archives Le Soleil

  • 3 / 12
  • Paul Buissonneau interprétant son célèbre personnage de Picolo. (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Paul Buissonneau interprétant son célèbre personnage de Picolo.

    Archives Le Soleil

  • 4 / 12
  • Paul Buisonneau pose à côté du théâtre de Quat'Sous lors du 25e anniversaire de l'établissement. (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Paul Buisonneau pose à côté du théâtre de Quat'Sous lors du 25e anniversaire de l'établissement.

    Archives Le Soleil

  • 5 / 12
  • Buissonneau a dirigé le théâtre de Quat'Sous de 1965 à 1989. (Archives Le Soleil)

    Plein écran

    Buissonneau a dirigé le théâtre de Quat'Sous de 1965 à 1989.

    Archives Le Soleil

  • 6 / 12
  • Paul Buisonneau prend la pose auprès d'amuseurs publics au Musée Juste pour Rire. Une salle consacré à La Roulotte del'arte se voulait être un hommage au créateur. (Archives La Presse)

    Plein écran

    Paul Buisonneau prend la pose auprès d'amuseurs publics au Musée Juste pour Rire. Une salle consacré à La Roulotte del'arte se voulait être un hommage au créateur.

    Archives La Presse

  • 7 / 12
  • Paul Buissonneau a reporté le prix denise-Pelletier pour sa participation au développement du théâtre québécois, en 2001. (Photothèque Le Soleil)

    Plein écran

    Paul Buissonneau a reporté le prix denise-Pelletier pour sa participation au développement du théâtre québécois, en 2001.

    Photothèque Le Soleil

  • 8 / 12
  • En 2003, il a dirigé «Les Précieuses ridicules» de Molière, au TNM. (Photothèque Le Soleil)

    Plein écran

    En 2003, il a dirigé «Les Précieuses ridicules» de Molière, au TNM.

    Photothèque Le Soleil

  • 9 / 12
  • Paul Buissonneau pose derrière la couverture de son livre en 2003. (Photothèque La Presse, Bernard Brault)

    Plein écran

    Paul Buissonneau pose derrière la couverture de son livre en 2003.

    Photothèque La Presse, Bernard Brault

  • 10 / 12
  • Paul Buissonneau se prête à une séance photo en 2010, alors qu'une murale avait été inaugurée en son honneur, à l'angle des rues Ontario Est et Beaudry. ()

    Plein écran

    Paul Buissonneau se prête à une séance photo en 2010, alors qu'une murale avait été inaugurée en son honneur, à l'angle des rues Ontario Est et Beaudry.

  • 11 / 12
  • L'homme de théâtre et de télévision a participé à l'émission Les Enfants de la télé en 2012. (La Presse, Robert Skinner)

    Plein écran

    L'homme de théâtre et de télévision a participé à l'émission Les Enfants de la télé en 2012.

    La Presse, Robert Skinner

  • 12 / 12

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Marin
Le Soleil

(Québec) Metteur en scène créatif et avant-gardiste, Paul Buissonneau n'a pu résister à l'envie de choisir lui-même le décor et la musique de ses funérailles, qui sont célébrées lundi à la Basilique Notre-Dame de Montréal.

Et, faisant un clin d'oeil à sa carrière d'acteur, ses cendres reposent dans une urne toute spéciale, soit un coffre à maquillage noir.

Dès lundi midi, le public a commencé à défiler dans la chapelle adjacente à la Basilique afin de saluer une dernière fois l'homme de théâtre.

L'acteur et metteur en scène québécois d'origine française est mort à la fin du mois dernier à l'âge de 87 ans, à la suite d'une longue maladie.

L'une de ses citations accueille les visiteurs: «Ne comptez jamais sur rien, ne restez ni sur un échec, ni sur un succès. Commencez toujours autre chose, c'est la suite qui compte», se plaisait à dire l'homme qui a connu une brillante carrière sur la scène, tout comme au petit et au grand écran.

Disposées dans la chapelle, des photos le montrent tour à tour jeune, vers la fin de sa vie et en costume de «Picolo», le personnage coloré qu'il a incarné notamment dans l'émission jeunesse «La boîte à surprise» de 1956 à 1972. Des gens s'y recueillaient dès l'ouverture de la chapelle, certains à genoux devant les photos placées près de l'autel.

Arrivé au Québec avec les Compagnons de la chanson et Édith Piaf, l'homme y est resté.

Il était un passionné de la culture québécoise, pour laquelle il avait une grande fascination, a déclaré le metteur en scène Yves Desgagnés, en face de la chapelle, qui a décrit son ami Paul comme un mentor.

«C'est un des rares Français arrivés ici à la fin des années 40, début des années 50, qui, jamais, jamais, jamais, on sentait l'hégémonisme français, ou l'impérialisme français ou l'esprit colonisateur qui venait révéler la bonne nouvelle aux artistes canadiens», a-t-il dit.

«C'est rare, parce qu'il y en avait eu toute 'une batch' qui venaient comme Louis XIV en colonie.»

Mais pas Paul Buissonneau, «qui était sur le plancher des vaches, comme nous tous», a ajouté M. Desgagnés.

Et il était un maître, un grand pédagogue, qui a formé des générations d'acteurs.

«Tous ceux qui font de la mise en scène aujourd'hui, des plus jeunes aux plus vieux, nous sommes tous redevables à Paul Buissonneau», a dit M. Desgagnés.

Dans la chapelle, un registre est mis à la disposition de ceux qui veulent laisser un message, et des crayons de couleurs et des autocollants les incitent à laisser aller leur imagination, car Paul Buissonneau «adorait dessiner», est-il écrit.

«Il voulait une cérémonie dans cette chapelle», a précisé sa veuve, Monik Barbeau.

«Il aimait beaucoup ce que Charles Daudelin avait fait. Le sculpteur, son ami, a réalisé une oeuvre magistrale qui orne le mur de la chapelle. Et il a insisté pour que des chants grégoriens accompagnent les célébrations», a-t-elle précisé.

Quant aux funérailles, Mme Barbeau, la gorge nouée, a dit «qu'il le méritait».

«Je ne suis pas certaine qu'il aurait voulu autant de monde, mais il fallait que ce soit beau. C'est un metteur en scène. Je pense qu'il va l'aimer la mise en scène», a-t-elle dit avec un petit clin d'oeil.

«Paul avait plusieurs facettes. Une facette culturelle, mais dans ses autres facettes, il avait la même spontanéité, le même souci d'exactitude, de vrai. Il était incapable de dire quelque chose qu'il ne pensait pas vraiment», a-t-elle relaté, accompagnée des membres de leur famille.

Bref, un homme trop complexe pour être résumé, croit-elle, admettant avec un sourire être un peu biaisée.

Ses funérailles auront lieu à 16 heures à la Basilique Notre-Dame à Montréal.

Le maire de Montréal, Denis Coderre, prendra la parole lors de la cérémonie. Les Petits Chanteurs du Mont-Royal, Valérie Blais, Yves Desgagnés, Eric Jean, Andrée Lachapelle, Pascale Montpetit et d'autres artistes y participeront également. L'ex-première ministre Pauline Marois y est aussi attendue.

Une réception intime est prévue en soirée au Théâtre de Quat'Sous, qu'il a fondé en 1965 avec ses comparses Yvon Deschamps, Louise Latraverse, Claude Léveillée et Jean-Louis Millette.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer