TransCanada: la Société Saint-Jean-Baptiste critique les documents unilingues

La Société Saint-Jean-Baptiste ajoute sa voix au choeur de ceux qui protestent... (Photo archives Bloomberg)

Agrandir

Photo archives Bloomberg

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) La Société Saint-Jean-Baptiste ajoute sa voix au choeur de ceux qui protestent contre la décision de l'Office national de l'énergie de n'afficher sur son site Internet que la version anglaise des documents décrivant le projet d'oléoduc Énergie Est.

Joint lundi, le président de la SSJB, Maxime Laporte, a indiqué qu'il s'apprête à écrire au Commissaire aux langues officielles pour qu'il se saisisse du dossier. Le dirigeant de la Société a glissé qu'il le fait «sans grand espoir». L'application de la Loi sur les langues officielles par les organisations fédérales l'a souvent déçu.

M. Laporte a dit se joindre à ceux qui ont déjà porté plainte. Il s'agit de l'agriculteur Jean Gosselin et de la présidente de l'Association des propriétaires privés, agricoles, acéricoles et forestiers, France Lamonde, ainsi que du député fédéral acadien néo-démocrate Yvon Godin et de la Fédération des communautés francophones et acadienne du Canada.

Maxime Laporte a souligné qu'il est «absolument nécessaire» que les propriétaires francophones de terrains se fassent exposer dans leur langue un mégaprojet énergétique susceptible d'avoir un «des effets néfastes sur leur environnement».

Le pipeline Énergie Est «concerne tout le monde au Québec. C'est un dossier immense», a-t-il dit de l'idée avancée du promoteur TransCanada.

Le président de la SSJB a avancé que «la balle est dans le camp» du Commissaire aux langues officielles et de l'ONE pour ce qui est d'offrir une traduction en français des 30 000 pages de documents.

Cette version française existe, mais TransCanada ne veut pas la déposer à l'Office national de l'énergie parce que son service du contentieux soutient qu'«il n'y a pas de concordance entre les deux versions; cela peut poser des problèmes juridiques plus tard».

Des citoyens de «deuxième classe»

Lundi, le député néo-démocrate Yvon Godin (représentant Acadie-Bathurst, au Nouveau-Brunswick) est revenu à la charge à Ottawa. Au Parlement, il a reproché à l'Office national de l'énergie que les «francophones sont traités en citoyens de deuxième classe. C'est inacceptable qu'on n'exige pas que l'Office national de l'énergie diffuse toute la documentation dans les deux langues officielles.

En fin de journée, le chef du Bloc québécois, Mario Beaulieu, y est allé de son commentaire. «Non seulement TransCanada propose un projet dangereux pour l'environnement», a affirmé celui qui n'est pas encore élu député, «mais il n'était même pas question d'avoir la décence de nous dire comment on risque de détruire l'environnement dans notre langue.

«Quand une compagnie veut faire des affaires dans un autre pays, elle s'emploie à respecter la culture et la langue de ses citoyens. Il semble que ce ne soit pas une priorité ici.»

L'oléoduc Énergie Est représente un investissement de 12 milliards $.Il est destiné à transporter des hydrocarbures, dont du pétrole tiré des sables bitumineux de l'Alberta. Le pipeline doit relier cette province de l'Ouest au Nouveau-Brunswick. Jusqu'à récemment, il devait comprendre la construction de deux ports pétroliers, dont à Cacouna, au Québec. La protection des bélugas, espèce en voie de disparition, semble contraindre le promoteur à envisager un autre emplacement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer