Cathédrale de Rimouski: pas de messe de Noël pour la première fois en 154 ans

La cathédrale de Rimouski est fermée pour des... (Collaboration spéciale Carl Thériault)

Agrandir

La cathédrale de Rimouski est fermée pour des raisons de sécurité.

Collaboration spéciale Carl Thériault

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Carl Thériault

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Rimouski) Il n'y aura pas de messe de minuit cette année à la cathédrale du diocèse de Rimouski, une première en plus de 150 ans pour ce temple religieux.

L'édifice est fermé pour des raisons de sécurité tant que les travaux de réparation permanente d'au moins 5 millions $ ne seront pas effectués. 

«Je garde bonne espérance que des choses vont apparaître. Je vois trois scénarios possibles, la cathédrale qui resterait un lieu de culte, un autre scénario qui ferait de la cathédrale un lieu de culte et aussi de culture dans un partenariat nous donnant accès à des subventions, ou un groupe qui prendrait en charge la cathédrale pour y donner une autre vocation que le culte», a précisé au Soleil Mgr Pierre-André Fournier, évêque de Rimouski.

La chute récente de matériaux et de plâtre provenant du haut plafond a précipité sa fermeture. Des filets seront installés à l'extérieur de l'édifice aux endroits où des pierres pourraient tomber. Déjà, le nombre de places accessibles avait été réduit de 1000 à 650 en fermant certaines zones. Les vases sacrés ont même été transférés à l'église paroissiale de St-Pie-X. Pour Mgr Fournier, la cathédrale a un intérêt patrimonial même si elle n'est pas reconnue comme telle par le ministère de la Culture et des Communications du Québec. «La cathédrale est patrimoniale en elle-même et a joué un rôle dans le développement social et économique de Rimouski», a-t-il précisé.

Parmi les événements associés à ce monument, «il y a aussi le grand feu de 1950...», se souvient-il. Selon la légende, lors du grand feu de 1950, l'incendie s'est arrêté, comme par miracle, à la cathédrale après avoir détruit une partie de la ville.

Pas de subventions

Au Québec, depuis le début des années 60, ce serait la première cathédrale à fermer. Selon Michel Lavoie, ex-président du Conseil du patrimoine religieux du Québec, la cathédrale de Rimouski souffre de sa particularité puisqu'elle n'est pas officiellement reconnue comme ayant une valeur patrimoniale. Dans les faits, tout l'intérieur de la cathédrale a été modifié dans la foulée du Concile de Vatican II (1962-1965). «Si on avait conservé l'intérieur comme pour les autres cathédrales à valeur patrimoniale, la cathédrale aurait pu avoir accès à un programme de subvention qui aurait financé 70 % des travaux», souligne M. Lavoie.

Un comité de travail sera mis sur pied après la période des Fêtes pour trouver une solution. «Ces travaux sont estimés à 5 millions $ au minimum. À Rimouski, il y a six églises dont la cathédrale. Pour les cinq autres, il y aurait des travaux de 1 million $ supplémentaire. Le comité aviseur recommande de fermer trois églises et d'en garder trois en se basant sur 15 critères. Les décisions se prendront en 2015», souligne René Roy, président du Conseil de fabrique de Saint-Germain.

La cathédrale Saint-Germain de Rimouski a été construite de 1854 à 1859, mais n'a reçu le titre de cathédrale qu'en 1867.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer