Des manifestants envahissent les rues pour dénoncer l'austérité

  • Les trompettes, les pancartes et les banderoles étaient visibles d'un peu partout samedi sur la Grande Allée dans la capitale. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Les trompettes, les pancartes et les banderoles étaient visibles d'un peu partout samedi sur la Grande Allée dans la capitale.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 1 / 12
  • Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 2 / 12
  • Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 3 / 12
  • Les étudiants se sont joints à la mobilisation. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Les étudiants se sont joints à la mobilisation.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 4 / 12
  • Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 5 / 12
  • Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 6 / 12
  • Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 7 / 12
  • Les trompettes, les pancartes et les banderoles étaient visibles d'un peu partout samedi sur la Grande Allée dans la capitale. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Les trompettes, les pancartes et les banderoles étaient visibles d'un peu partout samedi sur la Grande Allée dans la capitale.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 8 / 12
  • Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 9 / 12
  • Les trompettes, les pancartes et les banderoles étaient visibles d'un peu partout samedi sur la Grande Allée dans la capitale. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Les trompettes, les pancartes et les banderoles étaient visibles d'un peu partout samedi sur la Grande Allée dans la capitale.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 10 / 12
  • Les trompettes, les pancartes et les banderoles étaient visibles d'un peu partout samedi sur la Grande Allée dans la capitale. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Les trompettes, les pancartes et les banderoles étaient visibles d'un peu partout samedi sur la Grande Allée dans la capitale.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 11 / 12
  • Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral. (Le Soleil, Yan Doublet)

    Plein écran

    Plusieurs milliers de manifestants ont défilé du parc des Champs-de-Bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux compressions du gouvernement libéral.

    Le Soleil, Yan Doublet

  • 12 / 12

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Des milliers de citoyens ont pris d'assaut la haute-ville de Québec samedi pour dénoncer haut et fort la politique d'austérité du gouvernement libéral et sonner l'alarme devant l'appauvrissement des Québécois en cette ère de coupes budgétaires.

Les trompettes, pancartes et banderoles étaient visibles d'un peu partout samedi sur la Grande-Allée dans la capitale. Des autocars sont arrivés d'un peu partout en province pour cette manifestation d'envergure. Plusieurs milliers de manifestants ont ainsi défilé du parc des Champs de bataille jusqu'à l'Assemblée nationale afin de crier leur opposition aux nombreuses compressions budgétaires de Philippe Couillard.

«L'heure est grave», a tonné Serge Petitclerc, porte-parole du Collectif pour un Québec sans pauvreté. «On fait front pour dénoncer l'appauvrissement qui va être causé par des coupes de six milliards de dollars sur deux ans. Des coupes qui vont faire mal et qui vont affecter la vie des gens.»

Le président de la Confédération des syndicats nationaux a reproché au gouvernement libéral de détruire tout ce qui reste du modèle québécois. «C'est surtout une manifestation contre l'arrogance libérale, qui de façon unilatérale a décidé d'en découdre avec le modèle d'état social québécois», a lancé Jacques Létourneau. «On trouve ça absolument épouvantable. C'est un gouvernement qui n'a pas de vision du développement économique, du développement social.» Même la Banque mondiale et le Fonds monétaire internationale mettent en gardent les gouvernements devant les dangers de l'austérité», a fait remarquer le syndicaliste.

Les nombreuses hausses de tarifs, pertes d'emploi et abolitions de programmes n'ont jamais été révélées lors de la dernière campagne électorale, a poursuvi le président de la CSN. «C'est clair pour nous que le parti libéral de M. Couillard n'a pas été élu avec le mandat de faire ce qu'il est en train de faire!» a soutenu Jacques Létourneau.

Plusieurs politiciens ont marché à Québec avec les manifestants en guise d'appui. Le chef de l'opposition officielle, Stéphane Bédard, a avancé que «le gouvernement n'a que l'austérité à offrir aux Québécois», rappelant que le Parti libéral serait responsable de la perte de 82 000 emplois à temps plein depuis son élection en avril.

Une manifestation simultanée contre l'austérité avait aussi lieu à Montréal samedi après-midi. «Le retour à l'équilibre budgétaire à la vitesse grand V que tente de nous imposer ce gouvernement-là, ça va mettre la hache dans nos programmes sociaux. Le Québec qu'on a construit depuis des décennies, on en est fier. Et on ne veut pas le couper à grands coups de hache dans les prochains mois et les prochaines années», a lancé le président de la Fédération des travailleurs du Québec, Daniel Boyer, présent dans la métropole. Avec La Presse Canadienne

Des étudiants au front

L'Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSE) a donné un appui sans équivoques samedi aux milliers de travailleurs et citoyens menacés par les politiques d'austérité du gouvernement libéral.

«Si on est aujourd'hui dans la rue, avec tous les autres groupes qui sont là, c'est que oui, on est des étudiants et étudiantes. Mais on est d'abord et avant tout des citoyens et des citoyennes sur qui le poids actuel des décisions gouvernementales va peser dans le futur», a déclaré samedi la porte-parole de l'ASSÉ, Camille Godbout.

La militante étudiante réfute les arguments du gouvernement libéral, selon qui les coupes budgétaires visent à assurer un meilleur avenir pour les jeunes. «En ce moment, le gouvernement n'arrête pas de nous dire et de nous marteler qu'ils font ça pour les générations futures. Sauf qu'ils détruisent le modèle social québécois. Ils sont en train de démanteler complètement tous les services publics au Québec», déplore Camille Godbout.

Les compressions budgétaires se multiplient dans le réseau de l'éducation, et les étudiants en sont les premières victimes, poursuit la porte-parole étudiante. «Ce sont des compressions majeures, et c'est directement l'offre de services qui est affectée. Un peu partout dans les cegeps, les universités, dans la province, il y a plusieurs services qui ont été complètement démantelés ou supprimés.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer