TransCanada: plaintes contre la primauté de l'anglais

Jeudi, l'entreprise a annoncé que toute la documentation... (PHOTO LA PRESSE)

Agrandir

Jeudi, l'entreprise a annoncé que toute la documentation sur l'oléoduc Énergie Est sera traduite. Par contre, elle ne sera offerte que sur son site Web.

PHOTO LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) La décision de TransCanada de traduire en français les 30 000 pages détaillant son projet de pipeline n'a pas empêché le dépôt de plaintes et le début d'une enquête par le Commissaire aux langues officielles.

Jeudi, l'entreprise a annoncé que toute la documentation sur l'oléoduc Énergie Est sera traduite. Par contre, elle ne sera offerte que sur son site Web. L'Office national de l'énergie (ONE), qui tiendra des audiences sur le dossier, ne recevra que la version en anglais.

Un porte-parole de l'entreprise a invoqué ceci : «Notre service du contentieux nous dit que s'il n'y a pas de concordance entre les deux versions, cela peut poser des problèmes juridiques plus tard.»

Un agriculteur de Pintendre, sur la Rive-Sud de Québec, et la porte-parole d'un groupe comptant 284 propriétaires de terres agricoles viennent d'écrire au commissaire Graham Fraser pour critiquer le fait que la masse de documents mise sur le site Web de l'ONE est en anglais.

Jean Gosselin a signalé qu'il a officiellement protesté auprès de l'Office, le 3 novembre. «Les citoyens canadiens unilingues français qui voudront prendre part au processus d'audiences publiques entourant le projet Énergie Est vont voir leur accès au tribunal et à l'exercice d'une justice équitable restreint pour ce motif.»

«Obligations»

France Lamonde, présidente de l'Association des propriétaires privés, agricoles, acéricoles et forestiers, a fait savoir que «la majorité de nos membres s'expriment en français et possèdent une connaissance limitée de l'anglais. [...] En vertu de ses obligations en matière de communication avec le public, l'ONE doit s'assurer que ce qu'il diffuse [...] est accessible dans les deux langues officielles.»

Il n'a pas été possible d'obtenir des commentaires du bureau du Commissaire aux langues officielles. Par contre, l'Office national de l'énergie a confirmé que le personnel du Commissaire l'a avisé qu'une vérification est en cours.

Responsable à l'Office de l'examen des demandes de TransCanada, Jean-Denis Charlebois a indiqué que son organisation a convenu de placer des liens Internet vers le site de TransCanada où se trouvent les documents en français.

Si la compagnie laisse entendre qu'en cas de discordance entre deux versions, celle qui est en anglais prévaudra, M. Charlebois a été plus nuancé. La version qu'utilisera l'Office sera celle «qui est sur notre site Web. Mais lorsque nous aurons nos audiences, nous aurons une approche accommodante pour permettre aux francophones d'utiliser les documents en français, disponibles chez Énergie Est».

L'ONE n'a pas été en mesure de répondre si des promoteurs ont déjà déposé toute leur documentation dans les deux langues. Elle a relevé un dossier en cours où le promoteur d'un projet de pipeline a déposé des documents uniquement en français.

Mais, l'Office prévient qu'aucune comparaison ne tient avec Énergie Est. Champion Lines vise à déplacer quelque 400 mètres de canalisation, en Abitibi. Oléoduc Énergie Est couvre des milliers de kilomètres, reliant l'Alberta au Nouveau-Brunswick, en passant par le Québec.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer