Des milliers de personnes dénoncent la hausse des frais de garderie

Des parents accompagnés de leurs enfants, des éducatrices... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Des parents accompagnés de leurs enfants, des éducatrices en garderie et plusieurs politiciens étaient présents pour appeler le gouvernement de Philippe Couillard à reconsidérer sa décision sur la hausse possible des frais de services de garde, qui selon certains, frappera directement la classe moyenne.

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Éducatrices et dirigeants des centres de la petite enfance (CPE) dénoncent la démarche cavalière du gouvernement de Philippe Couillard pour restructurer le système de garderies subventionnées. «On est prêts à agir, mais pas à subir», ont-ils tonné dimanche, à Québec.

Après s'être réunis au parc de l'Amérique-Française, les... (Photo Le Soleil, Yan Doublet) - image 1.0

Agrandir

Après s'être réunis au parc de l'Amérique-Française, les centaines de manifestants ont marché jusqu'à l'Assemblée nationale pour protester contre le projet de modulation des tarifs dans les CPE du gouvernement Couillard.

Photo Le Soleil, Yan Doublet

Dans une ambiance résolument festive, des centaines de parents accompagnés de leurs enfants, de dirigeants et d'éducatrices en CPE se sont réunis au parc de l'Amérique-Française et devant l'Assemblée nationale, craignant le «saccage» de la politique familiale québécoise.

Tous ont lancé un appel au dialogue au premier ministre Philippe Couillard. Le Regroupement des CPE de Québec et de la Chaudière-Appalaches, notamment, s'estime complètement écarté de l'effort de réflexion lancé au ministère de la Famille pour revoir la structure des CPE. «Les directrices de CPE et de bureaux ont un message à livrer. [...] Les gens qui font partie du réseau, ça fait 30 ans qu'ils sont là. Ils ont des choses à dire pour aider à améliorer ce système-là», a déclaré Daniel Lépine, directeur général du regroupement. Il ajoute que les libéraux agissent de manière «très précipitée», sans avoir pris en considération des pistes de solution déjà acheminées par des acteurs du système.

Si la manifestation provinciale - il y a eu 11 rassemblements dans différentes villes du Québec - était déjà prévue depuis plusieurs semaines, les manifestants ont vigoureusement dénoncé le plus récent «ballon d'essai» diffusé cette semaine par le ministère de la Famille, soit la fin de l'universalité des tarifs en CPE. Le quotidien Le Devoir renvoyait le 5 novembre à «une fiche de renseignement», laquelle annonçait la fin du tarif unique le 1er avril prochain au Conseil des ministres.

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, envisage de moduler le tarif quotidien en fonction du salaire des parents. Le tarif plancher passerait de 7 $ à 8 $ par jour, et pourrait augmenter jusqu'à 20 $ selon les revenus d'une même famille. Le réajustement se ferait à la période des impôts. Cette idée a ajouté à la grogne déjà insistante au sein du réseau des CPE, et a pris beaucoup de place dans les protestations de dimanche. Certains ont parlé «d'attaque à la classe moyenne». À noter que les modulations de tarifs toucheraient également les garderies privées subventionnées et les services de garde en milieu familial.

«Aucun chiffre à l'appui»

«Pour nous, ça n'a aucun sens», a tranché Louis Sénécal, directeur général de l'Association québécoise des centres de la petite enfance. Joint par Le Soleil à Montréal où il participait à un rassemblement similaire, il a mis au défi la ministre Charbonneau de dévoiler son plan d'action. «On ne connaît aucun chiffre en termes d'objectif financier [...] ou si les CPE vont encore être financés à la fin [de la restructuration]. C'est une situation intenable», a-t-il pesté, qualifiant la démarche des libéraux de «festival d'improvisation».

Tout comme son collègue Daniel Lépine, Louis Sénécal espère entamer un dialogue avec le gouvernement. «Le premier ministre avait promis un dialogue social» en campagne électorale, a-t-il rappelé. Si la porte demeure fermée, de nouveaux moyens de pression seront envisagés. «Mais on n'en est pas là.»

La députée péquiste Agnès Maltais, présente à la manifestation, a pour sa part rappelé que le réseau des CPE avait permis à de nombreuses femmes d'intégrer le marché de l'emploi. L'accès universel a aussi permis à de nombreuses familles d'atteindre la classe moyenne, a-t-elle ajouté. «C'était un modèle et on est en train d'abandonner», a-t-elle déploré, soulignant que la politique familiale québécoise était étudiée ailleurs dans le monde.

Des objectifs communs, dit la ministre

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, estime que le gouvernement et les manifestants partagent les mêmes objectifs. «Les gens voulaient dire l'importance qu'ils portent aux services de garde. C'est entendu; le gouvernement n'a jamais annoncé leur fermeture. On est pour les mêmes valeurs que les gens qui sont sortis aujourd'hui», a indiqué la ministre, en entrevue à La Presse Canadienne. Elle comprend que les scénarios envisagés peuvent inquiéter, mais elle insiste pour dire que les centres de la petite enfance, tels qu'ils le sont actuellement, ne peuvent être maintenus en raison des coûts, mais aussi en raison des iniquités dans le système. «Malheureusement, en regardant le réseau en ce moment, l'universalité n'existe pas, ni dans l'octroi des places ni dans la facturation», a-t-elle expliqué. La ministre a toutefois martelé que la décision n'était toujours pas prise sur les changements qui seront apportés. «La modulation, c'est une façon de faire. Est-ce que ce sera elle qu'on va retenir? On est en train de regarder les possibilités.»  La Presse Canadienne

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer