Monsieur le Bonheur

«Je pense que l'on est sur la planète... (Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

«Je pense que l'on est sur la planète pour les autres, pas juste pour soi», croit le fondateur du Noël du Bonheur, l'abbé Jean-Marie Brochu.

Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il y a 50 ans, à une époque où les Centraide, Noël des enfants et autres guignolées médiatiques de ce monde restaient à inventer, l'abbé Jean-Marie Brochu était déjà à pied d'oeuvre avec un vaste réseau d'entraide, Le Noël du bonheur. Le prêtre ne compte plus les malades chroniques et personnes âgées esseulées que ses 2500 bénévoles et lui ont visités dans les centres d'hébergement et CHSLD.

Malgré son nom qui peut porter à confusion, c'est à longueur d'année que se déploient les activités caritatives de l'organisme, dans plus d'une centaine d'établissements de la grande région de Québec et de Chaudière-Appalaches. À l'origine, en 1963, ce sont les malades de l'hôpital Saint-Augustin, dans le quartier Courville, qui bénéficiaient de la générosité du public. Les dons étaient remis la veille de Noël, d'où l'appellation qui est restée dans les mémoires.

«La vie est tellement ennuyante pour ces gens qui ont travaillé si fort dans leur vie à bâtir notre pays et notre confort. C'est si peu compliqué de rendre service et de faire plaisir», mentionne le religieux, dans son bureau du Noël du bonheur, boulevard Père-Lelièvre, un modeste bungalow où il se rend tous les jours depuis son domicile de Saint-Lambert-de-Lauzon.

Quelque 8200 bénéficiaires reçoivent chaque semaine la visite d'un bénévole. Un cadeau leur est offert à leur anniversaire, à la Fête des pères ou des mères, et à Noël. Une petite fête est aussi organisée pour chaque aîné qui atteint le cap vénérable des 100 ans.

À 88 ans, l'abbé Brochu prend un plaisir manifeste à faire rouler son oeuvre. «À quel âge on est vieux? On me dit toujours qu'on ne me donne pas mon âge. Pas besoin de me le donner, je l'ai...», glisse, avec des yeux rieurs, celui que l'on surnomme Monsieur le Bonheur (voir autre texte).

Originaire du quartier Saint-François d'Assise, aîné d'une famille de cinq enfants, l'abbé Brochu a su assez rapidement qu'il se destinerait à l'Église. Ses camarades du Grand séminaire et de l'Université Laval le voyaient plutôt en droit, en raison de ses talents oratoires. «J'ai pensé que je serais plus utile en prêtrise pour aider les gens.»

La foi, l'abbé Brochu en a fait son alpha et son oméga. À chaque fois qu'il s'installe au volant de sa voiture, il dit converser avec Jésus. «C'est mon chauffeur. Je lui parle. Je récite aussi mon chapelet.»

Le monde scientifique l'a toujours fasciné même s'il n'a jamais pensé à en faire une carrière. Dans ses discours, homélies et conversations, le prêtre adore dresser des parallèles entre la foi et la science. Et, dans son livre à lui, Dieu l'emportera toujours sur Einstein...

Foi et science

«Je pense qu'aujourd'hui, les gens sont trop impressionnés par les succès de la science, explique-t-il. Toutes les bébelles, comme les cellulaires et les ipod, ça fonctionne avec un instrument invisible qu'on appelle les ondes. Si ça n'existait pas, il n'y aurait ni radio ni télé. On a oublié que c'est l'Invisible lui-même qui a inventé ça. Les savants ne sont pas des créateurs, ce sont des découvreurs. Google, c'est pareil, c'était là avant qu'on le découvre. Cherchez et vous trouverez...»

La mort, qu'il ne craint «pas du tout», il aime en parler avec une analogie de navette spatiale. «La navette s'élève en altitude et, après dix minutes, laisse tomber ses réservoirs de carburant qui sont vides. Mourir, c'est pareil. Ton corps te lâche, mais ton âme continue jusqu'au pays d'en haut.»

Sur la création du monde, l'abbé Brochu croit que la Bible, Darwin et les astrophysiciens parlent le même langage, tout étant question de sémantique. «C'était une façon de parler [dans la Bible] pour que les gens de l'époque comprennent. On parle de la même chose, sauf que tout évolue. La mèche du Big Bang, qui l'a allumée?»

«On passe notre temps dans l'invisible. L'air qu'on respire, on ne le voit pas. Le vent, on le sent mais on ne le voit pas. Et on devrait oublier celui qui est là-haut et qui nous parle?» termine-t-il, songeur.

Impôts, sirop et... maringouins

«Un mot de Monsieur le Bonheur, l'abbé Jean-Marie Brochu.»

Pendant plus de 50 ans, de 1963 à 1994, cette introduction a résonné tous les jours sur les ondes des stations CJLR, CJRP et CHRC. De sa voix calme et posée, l'abbé Brochu prenait prétexte d'un événement de l'actualité ou d'un fait anodin de la vie quotidienne pour livrer un court message de foi et d'espoir aux auditeurs.

À l'époque, l'abbé Brochu s'occupait des «relations extérieures» pour l'archevêché de Québec. Désireux de trouver un nouveau concept pour remplacer la prière récitée à la radio, un patron de CJLR, Jacques Laroche, avait fait appel à ses services. L'abbé Brochu devait livrer un premier mot pour le lendemain. C'était le début d'une série de 13 500 capsules. Une centaine d'entre elles ont fait l'objet d'un recueil. Sur la page couverture, on voit l'abbé Brochu en studio, avec une colombe, «une vraie», perchée sur le micro de CJRP, prête à s'envoler...

L'actualité reliée à la spiritualité

Le prêtre ratissait large. Les impôts, la loterie, les élections, l'horoscope, la première neige, les embouteillages et la pollution en passant par... le Bonhomme Carnaval, le lancer du revers au hockey, le sirop d'érable, le sel de déglaçage, les perdrix et les maringouins, tous les sujets étaient prétextes pour interpeller les auditeurs.

«Je prenais un fait d'actualité auquel je donnais une orientation spirituelle. C'était pas si compliqué, il suffisait de lire les journaux. Pour le reste, tout ce qui se passe est en relation avec Dieu, tout.» 

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer