Pipeline Énergie-Est: le NPD porte plainte au Commissaire aux langues officielles

Yvon Godin, porte-parole néo-démocrate aux langues officielles.... (Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Yvon Godin, porte-parole néo-démocrate aux langues officielles.

Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
<p>Michel Corbeil</p>

(Québec) Le Nouveau Parti démocratique (NPD) vient de porter plainte au Commissaire aux langues officielles sur la décision du promoteur de l'oléoduc Énergie Est de déposer à l'Office national de l'énergie 30 000 pages de documents rédigés presque uniquement en anglais.

Yvon Godin, député néo-démocrate à Ottawa, a expédié sa missive, mardi. «Compte tenu de l'importance de l'enjeu pour les communautés francophones affectées par le projet», s'étirant sur des milliers de kilomètres, de l'Alberta au Nouveau-Brunswick, «je vous demande d'enquêter dans les plus brefs délais».

Les différents dossiers, préparés par TransCanada et apparaissant sur le site Web de l'ONE, sont titrés uniquement en anglais. L'utilisation du français se limite à des rapports sur les communications avec des représentants de villes et de villages au Québec de même qu'avec des communautés autochtones.

Selon nos informations, un bref passage portant sur le Nouveau-Brunswick est aussi rédigé en langue française. Les documents techniques, par exemple, ne sont pas traduits. L'Office national de l'énergie a indiqué au Soleil que les participants - du public, des groupes ou du promoteur - s'expriment dans la langue de leur choix.

«Les débats concernant le transport des ressources pétrolières concernent tous les Canadiens», a plaidé Yvon Godin auprès du commissaire Graham Fraser. «En tant qu'institution fédérale assujettie à la Loi sur les langues officielles, l'Office national de l'énergie se doit de veiller à ce que les communautés affectées aient accès à toute l'information présentée par le promoteur, et ce, dans les deux langues officielles.»

À Québec, le ministre Pierre Arcand (Ressources naturelles) a déploré, sans insister, la place marginale faite au français par le promoteur. «Il n'a peut-être pas fait de faute légale, mais, sur le plan de la sensibilité, cela aurait été préférable» que les documents soient traduits. Lorsque le Bureau d'audiences publiques sur l'environnement sera éventuellement saisi du dossier, le tout se fera en français, a-t-il indiqué.

Pour Sylvain Gaudreault, du Parti québécois, l'unilinguisme affiché ne fait que démontrer «à quel point l'Office national de l'énergie est une institution éloignée des intérêts du Québec. Quand des agriculteurs voient passer sur leur terrain un pipeline, c'est important qu'ils comprennent les enjeux.

«Je questionne ça [l'unilinguisme]. Je trouve ça inacceptable, inquiétant. On a vu comment TransCanada a traité les bélugas, à la hauteur de Cacouna, en ne respectant pas les normes sur le bruit. Le minimum, c'est que [l'entreprise] respecte la langue des principaux intéressés.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer