La fête des voisins se transpose... au bureau

Prenez-vous le temps de discuter avec votre voisin... (Étienne Ranger, LeDroit)

Agrandir

Prenez-vous le temps de discuter avec votre voisin de cubicule et les autres collègues que vous croisez chaque jour dans l'ascenseur ou ailleurs au bureau?

Étienne Ranger, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Presse Canadienne
Montréal

Connaissez-vous ou prenez-vous le temps de discuter avec votre voisin de cubicule et les autres collègues que vous croisez chaque jour dans l'ascenseur ou ailleurs au bureau? Avec l'objectif d'enrichir les liens sociaux dans les milieux de travail et de prévenir les problèmes de santé mentale, la fête des voisins au travail se déroulera toute la semaine dans la province.

La branche québécoise de l'Association canadienne de la santé mentale (ACSM-Québec) est à l'origine de cette démarche qui vise à renforcer le sentiment d'appartenance au sein des entreprises et à créer des liens entre les collègues.

Mais les organisateurs souhaitent surtout que ceux qui se fréquentent chaque semaine pendant des dizaines d'heure s'entraident et agissent tel un «filet de sûreté» en matière de santé mentale.

Bien souvent les gens ne connaissent pas leurs voisins dans leur quartier, mais il en va de même dans les entreprises, constate avec tristesse Renée Ouimet, directrice de l'ACSM-Québec.

Individualisme au travail

Cet individualisme au travail peut alimenter les troubles anxieux de certains et contribuer à la solitude de d'autres, selon elle.

Même si les amis et la famille sont biens souvent les mieux placés pour détecter la détresse psychologique et pour fournir une aide en première ligne, les collègues peuvent aussi jouer un rôle.

«Quand on a des bons liens au travail, on a de la solidarité, on peut aller discuter avec un collègue lorsqu'on a besoin de se changer les idées et obtenir du soutien social. Ce dernier aspect est important, car un bon soutien diminue l'idéation suicidaire et il y a moins d'harcèlement psychologique au travail», rapporte Mme Ouimet.

Les collègues du travail doivent-ils absolument devenir des amis?

«Il est possible d'avoir des liens intenses au travail, sans pour autant devoir se voir à l'extérieur du boulot, répond Mme Ouimet. Cependant, même si on veut une coupure entre la vie privée et le travail, il est enrichissant d'avoir une vie relationnelle riche au travail.»

Moins de «pauses-cigarette»

La cigarette est aujourd'hui bien moins consommée qu'auparavant, ce qui est une avancée en matière de santé publique, mais la «pause-cigarette» jouait cependant un rôle important en matière de liens sociaux, affirme Mme Ouimet. Il est essentiel de trouver d'autres façons d'être en contact avec ses collègues.

«Il y a trop de gens seuls dans leur bureau. J'ai parlé à des gens du milieu de la santé, qui ont vécu des années très difficiles. Les gens se refermaient sur eux-mêmes. Pour contrer ce phénomène, ils ont donc décidé de mettre sur pieds des rencontres sur une base régulière. Les gens sont contents et cela a un impact sur la vie au bureau», souligne-t-elle.

La fête des voisins au travail peut prendre forme de diverses manières. Les organisateurs suggèrent l'organisation d'un dîner communautaire, d'une heure du thé ou d'un 5 à 7 entre collègues.

La fête des voisins au travail a vu le jour en France en 2013. Cent mille employés de différentes sociétés et organisations avaient participé à cette première édition de l'événement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer