Le Nobel de la paix décerné à deux défenseurs des droits des enfants

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Mark Lewis, Karl Ritter
Associated Press
Oslo, Norvège

La Pakistanaise Malala Yousafzai et l'Indien Kailah Satyarthi ont remporté vendredi le prix Nobel de la paix pour avoir risqué leur vie en défendant les droits des enfants.

La décision fait de Malala, une étudiante et militante de seulement 17 ans, la plus jeune récipiendaire du Nobel de la paix.

L'annonce a donné lieu à des célébrations dans les rues de Mingora, la plus importante ville de la dangereuse vallée pakistanaise du Swat, où les résidents se sont salués et ont échangé des friandises. À l'école publique Khushal, dont le père de Malala est propriétaire, les étudiants ont fêté vendredi la victoire de Malala.

À l'époque où elle étudiait à cet endroit, il y a deux ans, Malala avait été atteinte d'une balle à la tête par des militants talibans après avoir insisté que les filles avaient le droit à une éducation autant que les garçons. Elle a été opérée plusieurs fois au Royaume-Uni et poursuit aujourd'hui autant ses études que son activisme.

Sans surprise, Malala était à l'école vendredi, dans la ville anglaise centrale de Birmingham, au moment de l'annonce du comité Nobel.

«Ce prix est celui de tous les enfants sans voix, dont les voix doivent être entendues, a dit la jeune femme après ses cours. Ils ont le droit à une éducation de qualité. Ils ont le droit de ne pas souffrir du travail des enfants, de ne pas souffrir du trafic des enfants. Ils ont le droit de vivre heureux.»

Elle s'est déclarée honorée de partager le prix avec M. Satyarthi et a invité les premiers ministres de l'Inde et du Pakistan à assister à la cérémonie de remise des prix Nobel, en décembre.

La jeune récipiendaire fera un tour au Canada le 22 octobre, a annoncé Stephen Harper, vendredi. 

Contre l'escalavage

Kailah Satyarthi, un homme de 60 ans, est à l'avant-plan d'un mouvement mondial qui lutte contre l'esclavage et l'exploitation des enfants depuis 1980, quand il a renoncé à sa carrière d'ingénieur électrique. Le militant a secouru des dizaines de milliers d'enfants et mis sur pied un modèle pour leur éducation et leur réadaptation.

Il a aussi survécu à de nombreuses tentatives d'assassinat.

«L'esclavage des enfants est un crime contre l'humanité. C'est l'humanité même qui est en jeu. Il y a encore beaucoup de travail à faire mais je verrai la fin de l'esclavage des enfants pendant ma vie, a dit M. Satyarthi à l'Associated Press depuis son bureau de New Delhi. Si un seul enfant est encore esclave dans un coin du monde, c'est une tache sur l'humanité. C'est une honte.»

Le père de Malala, Ziauddin Yousufzai, croit que l'honneur fera avancer les droits des filles.

«(Le prix Nobel) va renforcer le courage de Malala et rehausser sa capacité à travailler pour l'éducation des filles», a-t-il déclaré à l'Associated Press.

Le ministre pakistanais de l'Intérieur, Chaudhry Nisar Ali Khan, a quant à lui affirmé que la décision «est une source de fierté pour tout le Pakistan».

Équilibre délicat

La décision du comité Nobel témoigne d'un équilibre délicat, en choisissant un lauréat en Inde et un autre au Pakistan, deux rivaux de longue date; les lauréats sont musulman et hindou, un homme et une femme, un jeune et l'autre plus âgé.

Le président du comité Nobel, Thorbjoern Jagland, a expliqué qu'il était important de récompenser un hindou indien et une musulmane pakistanaise pour «leur combat commun en faveur de l'éducation et contre l'extrémisme». Les deux se partageront une bourse de 1,1 million $ US.

En mettant en lumière les droits des enfants, le comité élargit la portée du prix, qui a longtemps été octroyé en récompense d'efforts pour empêcher les conflits armés ou y mettre fin.

«Le respect des droits des enfants et des jeunes est un prérequis au développement pacifique global, a dit le comité. En particulier dans les zones de conflit, les violations des droits des enfants mènent à une poursuite de la violence de génération en génération.»

La décision du comité Nobel de s'intéresser aux enfants a été applaudie à travers le monde.

«Les véritables gagnants d'aujourd'hui sont les enfants», a dit le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, en saluant le «travail héroïque» de M. Satyarthi et «le courage et la détermination» de Malala.

«Une fille avec un livre représente la pire menace pour les talibans», a lancé Margot Wallstrom, la ministre suédoise des Affaires étrangères et une ancienne émissaire de l'ONU sur la violence sexuelle en zone de conflit.

Malala avait seulement 11 ans quand elle a commencé à faire campagne en faveur de l'éducation des filles, notamment lors d'apparitions à la télévision, après que les talibans se soient emparés de sa ville natale de Mingora. Elle a été atteinte d'une balle à la tête le 9 octobre 2012. La balle a toutefois évité son cerveau et l'intervention rapide de médecins britanniques en visite au Pakistan a permis de lui sauver la vie.

Elle habite maintenant le centre de l'Angleterre avec son père, sa mère et ses deux frères.

Le comité Nobel a déclaré que l'oeuvre de M. Satyarthi s'inscrit dans la tradition de Mahatma Gandhi, qui n'a jamais reçu le Nobel de la paix.

«Démontrant un grand courage personnel, Kailash Satyarthi, en respect avec la tradition de Gandhi, a multiplié les démonstrations et les manifestations, toutes pacifiques, pour attirer l'attention sur la grave exploitation des enfants à des fins financières», a dit le comité.

Un sociologue indien bien en vue, A.N.S. Ahmed, a dit espérer que le prix incitera le gouvernement à agir dans un pays où plusieurs enfants doivent effectuer des tâches dangereuses pour aider leurs familles à survivre.

«Le prix aura un impact important non seulement sur le gouvernement indien mais aussi sur la société civile, pour travailler avec passion pour améliorer le sort des enfants en assurant le respect de leurs droits», a-t-il dit. Avec La Presse Canadienne

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer