Exclusif

Fusions en vue dans les CPE

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a... (PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

La ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a confirmé au Soleil que les fusions seront abordées lors du forum sur la gouvernance des CPE qui se déroulera à Montréal, le 18 octobre.

PHOTO YAN DOUBLET, ARCHIVES LE SOLEIL

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daphnée Dion-Viens
Le Soleil

(Québec) Avec un financement constamment revu à la baisse, les fusions de centres de la petite enfance risquent d'être «inévitables», affirme l'association qui les représente. La question, qui soulève l'inquiétude dans le réseau, sera d'ailleurs à l'ordre du jour d'un forum sur la gouvernance des CPE, qui se déroulera à la mi-octobre.

Dans un contexte de compressions budgétaires, le gouvernement Couillard cherche comment «optimiser les structures» pour «offrir de meilleurs services», répète-t-on depuis des semaines. Une équation qui risque de se traduire par des fusions dans le réseau des services de garde.

«C'est sûr que le ministère ne s'est jamais caché, pour eux, c'est la direction où ils veulent aller», affirme Jean-Pierre Germain, vice-président de l'Association des centres de la petite enfance (AQCPE).

Jeudi, la ministre de la Famille, Francine Charbonneau, a confirmé au Soleil que les fusions seront abordées lors du forum sur la gouvernance des CPE qui se déroulera à Montréal, le 18 octobre. Il s'agit d'ailleurs d'une des recommandations du rapport Boisvert, rendu public en janvier, qui découlait d'un chantier sur la qualité et la pérennité des services de garde, commandé par le précédent gouvernement péquiste.

«On s'est dit pourquoi on ne s'en parlerait pas? a lancé Mme Charbonneau. Les gens vont venir nous le dire [ce qu'ils en pensent].»

Discours prudent

À l'AQCPE, le discours est prudent pour le moment, même si des inquiétudes sont bien présentes. «On n'est pas fermé à l'idée que ça puisse se faire, mais ce n'est pas ce qu'on souhaite au départ, affirme Jean-Pierre Germain. Mais on craint que le choix des fusions se fasse sur le dos de la qualité des services offerts. Et si c'est le cas, là, on va réagir.»

L'Association se dit prête à soutenir des CPE qui décideraient par eux-mêmes de fusionner pour faire des économies, dans un contexte où le financement est constamment revu à la baisse. «Deux CPE à proximité pourraient partager un même service alimentaire, par exemple», illustre M. Germain.

Mais l'AQCPE s'opposera à des «fusions forcées», qui pourraient alors être faites au détriment des services offerts.

Jean-Pierre Germain rappelle par ailleurs que les conseils d'administration des CPE sont formés d'une majorité de parents, bien au fait des réalités du milieu qu'ils représentent.

On compte au Québec environ 1000 centres de la petite enfance, dont le financement a été amputé de près de 250 millions $ depuis 10 ans, selon l'AQCPE.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer