Projet du monastère des Augustines: le moderne et l'ancien se marient

En hauteur et vitré, le nouveau hall d'accueil... (La Fiducie du patrimoine culturel des Augustines)

Agrandir

En hauteur et vitré, le nouveau hall d'accueil reliera le monastère historique avec la résidence actuelle des Augustines.

La Fiducie du patrimoine culturel des Augustines

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Le projet de restauration du monastère des Augustines prend forme. Le concept architectural, dévoilé lundi matin, prévoit l'érection de deux nouvelles constructions modernes, un hall et une réserve muséale, qui côtoieront l'histoire des bâtiments principaux remis à neuf.

Une soeur augustine avec des images du projet,... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Une soeur augustine avec des images du projet, lors de la conférence de presse de lundi matin

Le Soleil, Erick Labbé

L'architecte chargé du projet de la firme ABCP,... (Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.1

Agrandir

L'architecte chargé du projet de la firme ABCP, Bernard-Serge Gagné

Le Soleil, Erick Labbé

Tout simplement baptisé Le Monastère des Augustines, le projet de 36 millions $ prévoit l'ouverture en mai 2015 d'un hôtel, un musée, une boutique, une aire de restauration ainsi qu'un centre d'archives ouvert au public sur les soeurs à l'origine du premier hôpital en Amérique du Nord. Selon ses instigateurs, soit la Fiducie du patrimoine culturel des Augustines, le complexe de «santé globale» deviendra un lieu de ressourcement pour ses visiteurs, une clientèle de tous âges, locale ou provenant des quatre coins de la planète.

Ses bâtiments patrimoniaux, dont les plus vieux datent de la fin du XVIIe siècle, subiront une cure de jeunesse en plus d'être mis en valeur. «Ils retrouveront leur lustre et l'intégrité de leur aspect par la restauration de leurs matériaux traditionnels», a expliqué en conférence de presse l'architecte chargé du projet de la firme ABCP, Bernard-Serge Gagné. Toitures en cuivre ou en taule à baguettes, murs de pierre et de crépi ainsi que fenêtres de bois seront remis en état, a-t-il assuré.

L'aile du Jardin - où habitaient les soeurs -, l'aile Saint-Augustin - qu'elles occupent présentement -, celle du Noviciat, le choeur, l'église et les anciennes voûtes retrouveront ainsi leur allure d'antan tandis que l'espace bénéficiera d'un réaménagement paysager.

Vieux et moderne

En hauteur et vitré, le nouveau hall d'accueil reliera, par le biais d'une passerelle, le monastère historique (l'aile du Jardin) avec la résidence actuelle des Augustines (l'aile Saint-Augustin). «Il révélera l'architecture de l'ensemble historique et de ses jardins», a expliqué M. Gagné. La façade du hall sera quant à elle grillagée pour évoquer l'époque où les femmes cloîtrées n'avaient un contact avec l'extérieur qu'à travers la grille d'un parloir. Elle permettra également de conserver un aspect privé au lieu avec ce «filtre», ajoute le chargé de projet.

Au-dessus de l'aile Saint-Augustin, où vivent actuellement les 14 soeurs, une réserve muséale verra le jour. Elle logera, à terme, les collections de quelque 400 000 artefacts des 12 monastères-hôpitaux des religieuses. Celles-ci ne seront pas accessibles au grand public, mais chercheurs et étudiants pourront cependant venir pour fouiller l'histoire de la congrégation et de son célèbre hôpital. L'aire de restauration, à mi-chemin entre un restaurant et un réfectoire, sera quant à elle aménagée au premier étage du bâtiment.

C'est dans l'aile du Jardin et celle du Noviciat que 64 chambres seront aménagées pour la partie «hôtel» du projet. Les clients auront le choix entre d'anciennes cellules des Augustines au troisième étage ou des chambres plus contemporaines au quatrième. Au deuxième, une dizaine de salles offriront un espace pour une programmation liée à la culture et la «santé globale» tandis c'est au premier que l'on retrouvera le musée. Le choeur et l'église demeureront un lieu privilégié pour les Augustines, mais les visiteurs y auront tout de même accès.

Budget de fonctionnement à dénicher

Alors que toutes les ficelles budgétaires sont attachées pour la partie immobilière du projet - avec notamment la participation financière respective de 15 millions $ du gouvernement fédéral et du gouvernement provincial et de 6 millions $ de la Ville de Québec, celles liées à la mise en service des lieux demeurent imprécises. Le président du conseil d'administration de la Fiducie du patrimoine culturel des Augustines, Me Bernard Cliche, évoque «plusieurs centaines de millions» à aller chercher auprès de partenaires privés. Une campagne de financement est en cours depuis le printemps. «Nous avons de saines préoccupations, mais c'est normal», a commenté l'avocat, qui ne craint cependant pas que le coup d'envoi du projet prévu pour 2015 soit retardé.

Un trou dans la muraille

Le monastère des Augustines, où vivaient autrefois des soeurs cloîtrées, était fermé au public. Pour marquer sa nouvelle ouverture au monde, les architectes de son projet de restauration ont prévu une petite fenêtre, «à la manière d'un judas», qui percera la muraille du côté de la rue Charlevoix et qui permettra de voir de l'extérieur le complexe rénové.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer