50 000 livres pour regarnir la bibliothèque de Lac-Mégantic

Nicolas Grondin et Jérémie Tremblay, des élus de... (Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes)

Agrandir

Nicolas Grondin et Jérémie Tremblay, des élus de la CADEUL, parmi les quelque 1600 boîtes de livres entassées dans les locaux de l'association étudiante.

Photothèque Le Soleil, Steve Deschênes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Tragédie à Lac-Mégantic

Actualité

Tragédie à Lac-Mégantic

Un convoi ferroviaire transportant du pétrole brut a explosé à Lac-Mégantic, le 6 juillet, faisant plusieurs morts et rasant la quasi-totalité du centre-ville historique de cette municipalité. »

(Québec) Lorsqu'elle a lancé l'idée d'une collecte de livres pour regarnir la bibliothèque de Lac-Mégantic, entièrement détruite par l'explosion d'un train de pétrole le 6 juillet, Jessy Rodrigue espérait en amasser «quelques centaines». En à peine un mois, et avec un peu de soutien, la récolte s'élèverait plutôt à plus de 50 000 bouquins.

La bibliothèque de Lac-Mégantic était située tout juste à côté du Musi-Café, où de nombreuses personnes ont perdu la vie dans la tragique nuit du 6 juillet. Près de 60 000 livres et autres objets ont été détruits par le puissant brasier qui a dévisagé le centre-ville de la petite localité de 6000 âmes.

Diplômée en enseignement du français au se condaire de l'Université Laval et amante de littérature, Jessy Rodrigue avait en tête de mobiliser ses amis et ses proches, question de contribuer pour aider à panser les plaies des citoyens de Lac-Mégantic, à sa façon.

Le bouche-à-oreille version 2.0 a fait son oeuvre sur les réseaux sociaux. Plusieurs organisations, dont l'Université Laval, se sont emparées de l'idée et ont répandu la nouvelle sur la Toile. La collecte a alors pris une tout autre tournure. «J'avais seulement approché les gens de mon entourage. Je ne m'attendais vraiment pas à ce que ça prenne autant d'ampleur», a raconté Mme Rodrigue en entrevue au Soleil.

L'association des étudiants de premier cycle de l'Université Laval, la CADEUL, a accepté de prêter main-forte à l'ancienne étudiante, débordée par les offres de dons et à la recherche d'un point de chute pour entreposer les livres.

En un mois, les locaux de la CADEUL ont été littéralement envahis par les romans, livres d'histoire et autres ouvrages de référence.

Guy-Aume Descôteaux, président de l'association, parle d'une collecte de 50 000 livres. «C'est une estimation qui est loin d'être exacte, a-t-il précisé. Mais nous avons l'équivalent d'une quarantaine de palettes de livres.»

Beau problème

Les locaux de travail de la CADEUL sont bondés et les quelques employés permanents doivent composer avec plus de 1600 boîtes. «C'est devenu problématique», a dit M. Descôteaux. Problématique dans le bon sens du terme, puisque tous se réjouissent de la solidarité démontrée par les citoyens et les entreprises de la région de Québec. La CADEUL, qui n'accepte plus de dons, est maintenant à la recherche d'une entreprise de transport qui acceptera d'acheminer la cargaison gratuitement.

La situation est la même dans la métropole, alors que la FAECUM, l'alter ego de la CADEUL à l'Université de Montréal, a elle aussi participé à la collecte. «On a accumulé environ 200 boîtes», a affirmé Tiago Silva, secrétaire général de la FAECUM. «On a ramassé énormément de livres, beaucoup plus que ce à quoi on s'attendait. On a du louer des locaux supplémentaires pour entreposer. C'est vraiment impressionnant.»

À en croire les chiffres avancés par les deux associations étudiantes, les livres offerts permettraient de regarnir entièrement les nouveaux locaux de la bibliothèque de Lac-Mégantic, qui seront prêts à accueillir la livraison d'ici quelques semaines. «Je m'attends à ce qu'on fasse la livraison d'ici deux semaines», a dit Jessy Rodrigue, qui est en contact avec la direction de la bibliothèque.

Mais tous les ouvrages n'iront pas sur les tablettes. Un tri est d'abord nécessaire, tel que l'explique un document des Éditions Asted écrit en collaboration avec les Bibliothèques du Québec. La constitution d'une collection d'une bibliothèque publique doit se faire sous un certain nombre de critères, et dépend des demandes du milieu.

Les responsables de la bibliothèque de Lac-Mégantic n'ont pu être joints par Le Soleil, vendredi et samedi.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer