Fêtes de la Nouvelle-France: les yeux tournés vers l'avenir

Le directeur général des Fêtes, Stéphane Parent, accompagné... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le directeur général des Fêtes, Stéphane Parent, accompagné ici d'Audrey St-Pierre, s'est dit ravi de l'engouement pour la thématique des «héroïnes» de la Nouvelle-France.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marie-Pier Duplessis
Le Soleil

(Québec) Bien qu'ils fassent la promotion de l'histoire, les organisateurs des Fêtes de la Nouvelle-France (FNF) ont déjà les yeux tournés vers l'avenir. 

Au terme d'une édition couronnée de succès, le directeur général des festivités, Stéphan Parent, affirme ne pas manquer d'idées pour renouveler la programmation au cours des prochaines années.

«On pense déjà plusieurs années à l'avance, jusqu'en 2017», a-t-il lancé en conférence de presse, précisant qu'il allait notamment «accroître la mise en valeur du fleuve», comme ce fut le cas en fin de semaine avec le navire L'Aigle D'Or transportant le premier contingent des Filles du Roy, sur lequel des visites ont été organisées ces derniers jours. 

La cour du Séminaire, où le public a eu droit à des ateliers et à des spectacles plus intimes, de même que le jardin des Ursulines, ouvert «pour la première fois en 374 ans», ont également contribué à faire en sorte que «les festivaliers en ont eu plus pour leur argent». D'ailleurs, «au moins 10 %» de plus de médaillons ont été vendus cette année par rapport à l'année précédente, où 16 900 laissez-passer avaient trouvé preneurs. L'achalandage global n'a toutefois pas encore été évalué, considérant que plusieurs activités, tels le défilé des géants et le défilé populaire, sont accessibles gratuitement. 

Parlant de défilé, M. Parent signale que dès l'année prochaine, la participation du public sera davantage «essentielle» grâce à une toute nouvelle approche. «Ce sera du jamais vu», a-t-il laissé entendre, sans toutefois vouloir en dire davantage.

Victime de son succès

Si rien ne laissait présager un tel engouement pour la thématique des «héroïnes» de la Nouvelle-France, les FNF ont en quelque sorte été victimes de leur succès. Les sept conférences historiques présentées à l'auditorium Roland-Arpin du Musée de la civilisation ont affiché complet, et on rapporte qu'environ 200 personnes ont été refusées pour celle concernant les Filles du Roy.

«C'est difficile de trouver un lieu dans le secteur du Vieux-Québec qui est plus adéquat que cet auditorium pour les conférences», a observé M. Parent, rejetant l'idée de présenter les séminaires «à ciel ouvert» afin de conserver une ambiance favorable à la causerie.

Les Fêtes de la Nouvelle-France disposaient cette année d'un budget de 2,4 millions $, soit 200 000 $ de plus que l'an dernier, dont environ 40 % de la facture a été assumée par les instances publiques. Les retombées économiques des trois dernières éditions ont atteint une moyenne de 6,5 millions $ en cinq jours.

>>> Notre album photos des Fêtes de la Nouvelle-France

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer