Cyclotourisme: la grande séduction sur deux roues

Le Québec ne veut pas rater la manne... (-)

Agrandir

Le Québec ne veut pas rater la manne internationale du cyclotourisme.

-

Partager

Sur le même thème

Marc-Antoine Paquin

Collaboration spéciale

Le Soleil

(Québec) Le Québec possède des attraits «fantastiques» pour le tourisme à vélo, observe Joëlle Sévigny de Vélo Québec. C'est pourquoi l'organisme a comme prochain objectif de promouvoir à l'international la province comme destination de choix pour le cyclotourisme. Une volonté qui pourrait profiter à la ville de Québec.

La Route verte, cet itinéraire cyclable de 5000 km qui s'étend de la Gaspésie au Témiscamingue, sera la pièce maîtresse de cette promotion. «C'est une icône forte dans la province. Il faut la vendre à l'étranger», explique Mme Sévigny, directrice générale de Vélo Québec événements et voyages.

Actuellement, seulement 10 % des cyclotouristes qui participent au Grand Tour, événement cycliste majeur en province, viennent du nord des États-Unis, souligne Mme Sévigny. Aucune donnée n'est toutefois disponible sur l'ensemble de la province.

La promotion à l'international n'est pas totalement absente. Des voyagistes et des organisateurs d'événements font des efforts pour promouvoir la pratique du cyclotourisme québécois. Il faut seulement leur «apporter de l'eau au moulin», estime Joëlle Sévigny. «Les efforts sont là, mais ils ne sont pas concertés. Les interventions sont souvent plus isolées, explique-t-elle. C'est pourquoi nous organisons, à l'automne, un colloque qui réunira tous les intervenants du monde du vélo au Québec pour en discuter.»

Le colloque Tourisme et vélo, mis sur pieds par Vélo Québec, en collaboration avec l'Association des réseaux cyclables du Québec se tiendra le 24 octobre à Lévis. La promotion des installations cyclotouristiques québécoises à l'étranger sera l'un des grands sujets discutés.

«C'est une excellente idée», se réjouit le professeur au Département de tourisme du Collège Montmorency et cyclotouriste lui-même Luc Monette. «Nous avons des circuits bien établis en termes de services et de routes. Il y a tout à gagner à en faire la promotion.» Il cite particulièrement la Véloroute des Bleuets (Saguenay-Lac-Saint-Jean) et le P'Tit Train du Nord (Laurentides).

Ce désir de promouvoir davantage le cyclotourisme québécois n'est pas étranger à l'achèvement prochain de la Route verte, souligne son directeur au développement Louis Carpentier. Un peu plus de 300 km restent à être construits au plus grand réseau de voies cyclables en Amérique du Nord.

«La Route verte est l'épine dorsale du cyclisme au Québec et donc la porte d'entrée du cyclotourisme, affirme-t-il. On souhaite maintenant prioriser sa pérennité, son amélioration et sa promotion.»

Les efforts qui seront déployés sur la Route verte dans les prochaines années devraient logiquement profiter à Québec, qui est l'un des deux principaux points de départ et de passage des différentes portions, avec Montréal. La Ville est traversée par la Route verte sur 50 kilomètres, ce qui représente environ le cinquième (20 %) du réseau cyclable municipal.

Québec

«Québec est déjà un carrefour incontournable pour les cyclotouristes québécois», déclare M. Carpentier. Du centre-ville, ils ont accès à plusieurs destinations, que ce soit Montréal, le Saguenay-Lac-Saint-Jean, Charlevoix, le Bas-Saint-Laurent ou la Beauce.

En 2010, 154 000 touristes ont fait du vélo lors de leur passage dans la Vieille Capitale. Cela équivaut à 4,5 % du nombre total de touristes. Du côté canadien, la moyenne est de 4,8 %. Et la tendance est à la hausse au cours des deux dernières années, le vélo étant en pleine progression.

«Québec se démarque [des autres villes québécoises], c'est certain. Nous avons un décor vachement intéressant. Nous avons le fleuve d'un bord et l'histoire de l'autre», illustre Éric Bilodeau, directeur de l'Office de tourisme de Québec.

Québec se distingue aussi par son nombre de lits pour accueillir les touristes à vélo. Selon L'état du vélo 2010, une publication qui offre les plus récentes données sur le cyclisme en province, Québec est la ville possédant le plus d'hébergements certifiés Bienvenue cyclistesMD avec 24. «La ville de Québec possède une offre d'hébergement suffisamment diversifiée pour accueillir les cyclotouristes de toutes ambitions et de tous budgets», soutient Jean-François Bédard, cyclotouriste et conférencier, précisant que les touristes à vélo privilégient souvent ces certifications de la Route verte.

M. Bédard adore Québec. Il se fait d'ailleurs un devoir de parcourir «la Vélopiste Jacques-Cartier-Portneuf tous les ans, en plus de [se] balader sur l'île d'Orléans, la Côte-de-Beaupré, et de rallier Québec à partir de Montréal par le parcours enchanteur aux abords du fleuve.» Le Corridor du Littoral et le Corridor des Cheminots sont aussi des axes très intéressants à ses yeux.

*****

La route, mais aussi... la montagne

Plus qu'un simple regroupement de routes asphaltées et adéquates à la pratique du tourisme à vélo, la région de Québec peut aussi séduire les amateurs de sensations fortes avec ses montagnes.

«Il y a une distinction à faire entre le vélo de montagne et le vélo de route. On est chanceux, on a les deux», note Éric Bilodeau, directeur de l'Office de tourisme de Québec. «Le Mont-Sainte-Anne possède une grosse réputation, et le vélo de montagne gagne en popularité. C'est un atout important pour la région.»

Les possibilités que propose cette nature «à proximité de la ville» sont donc importantes, au dire d'Éric Bilodeau. «Les routes de Stoneham et Tewkesbury sont super intéressantes en vélo. Ce n'est pas toutes les villes québécoises qui peuvent dire posséder ça», ajoute-t-il.

Le directeur du développement de la Route verte, Louis Carpentier, croît aussi que ce «caractère forestier» de la région de Québec est un atout et une valeur ajoutée à l'offre existante.

«Québec est une plaque tournante importante pour le cyclotourisme», déclare-t-il, mentionnant le chemin du Roy et la véloroute Marie-Hélène-Prémont comme axes principaux pour accéder aux banlieues où les cyclotouristes ont aussi droit à de «superbes installations».

M. Carpentier précise d'ailleurs «qu'on sent qu'il y a une intention de la Ville de mettre le cyclotourisme de l'avant» par ses différents projets. Québec travaille, entre autres, à relier les différents points touristiques par des pistes cyclables.

La réalisation de divers événements cyclistes dans la région de Québec contribue également à faire connaître les points d'intérêt touristiques de la ville et des environs, croît Joëlle Sévigny, directrice générale de Vélo Québec événements et voyages. Le 31 mai, par exemple, se tiendra l'événement En route vers le Tour de l'Île. Des centaines de cyclistes enfourcheront leur vélo de Lévis pour se rendre jusqu'à Montréal et effectuer leur boucle autour de l'île, une première. Le forfait comprend même le retour... en train vers Québec.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer