L'Office de la langue française trop zélé, selon les restos italiens

Massimo Lecas, le propriétaire du Buonanotte, pose avec un... (Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne)

Agrandir

Massimo Lecas, le propriétaire du Buonanotte, pose avec un menu où figure le mot pasta.

Photo Graham Hughes, La Presse Canadienne

Partager

(Québec) Le menu et le nom de leur restaurant étant «trop» italiens aux yeux de l'Office québécois de la langue française, les propriétaires du Portofino souhaitent obtenir la même exception que le restaurant montréalais Buonanotte, qui a eu gain de cause après avoir dénoncé l'acharnement contre son menu en partie italien.

Le cas du restaurant Buonanotte a beaucoup fait jaser la semaine dernière, suscitant même des réactions à travers le monde. Certains mots italiens comme «pasta» étaient trop présents dans son menu, lui avait fait savoir l'Office québécois de la langue française (OQLF). L'organisme a finalement reconnu qu'il y avait eu «excès de zèle» et que l'exception de la loi concernant les spécialités étrangères devait s'appliquer.

Yves Moreau, du Portofino, aimerait bien que l'OQLF recule aussi dans son dossier, qui n'est pas sans rappeler l'histoire du Buonanotte. En décembre, M. Moreau a reçu un avis de l'Office lui annonçant qu'il avait jusqu'au début de l'été pour changer son menu, dans lequel la langue italienne prédomine sur le français et l'anglais.

«Le menu, le fait qu'il soit italien, ça crée de l'action dans le restaurant. Ça fait partie du concept. Les gens demandent ce que veut dire tel mot. J'ai beaucoup de touristes, les Italiens viennent, ça crée de l'interaction», explique M. Moreau.

Le nom Portofino Bistro Italiano ne passe pas non plus la rampe de la langue française, et l'OQLF a suggéré de lui ajouter les mots restaurant ou resto. Ce qui nécessitera le remplacement des auvents du bâtiment, de la papeterie et du matériel promotionnel, dont les voitures du restaurant du Vieux-Québec. «C'est du zèle. Ils ont eu une plainte, pis ça engendre des coûts entre 12 000 $ et 15 000 $», soupire Yves Moreau.

Le Conti Caffe, rue Saint-Louis, a pour sa part été mis en demeure par l'Office, l'automne dernier, puisqu'il n'avait pas répondu à ses missives. Le restaurant a depuis abandonné le «Caffe» qu'on lui reprochait, en perdant du même coup sa «connotation italienne», au grand dam de son propriétaire, Mathieu Pettigrew. Celui-ci explique que pour éviter d'être mis à l'amende, il a décidé de changer graduellement les enseignes et accessoires qui portaient le mot défendu. «C'est sûr qu'on ne perdra pas un client, mais c'est un peu ridicule. Ça ne change pas grand-chose dans la tête de tout le monde. C'est juste une perte de temps et d'argent», croit-il.

Acheter la paix

L'inspectrice de l'OQLF avait également tiqué en voyant l'inscription «Hot/Caliente» sur un four dans la cuisine. M. Pettigrew dit avoir acheté la paix en la cachant avec un autocollant.

Deux institutions italiennes de Québec, les «ristorantes» Michelangelo et Il Mato de la famille Cortina, ont pour leur part évité les tracas linguistiques en s'enregistrant comme marque déposée, à l'instar des Burger King et McDonald's.

«Je ne voulais pas avoir de problème avec la langue française. Pour ce qui est du contenu du menu, je trouve ça un peu zélé. Si tu reçois des clients dans un restaurant chinois, et que tu veux être le plus authentique possible, il faut que tu amènes l'endroit aux clients tout en expliquant aussi ce que c'est», soutient Rocco Cortina, propriétaire des Il Mato et fils de Nicola Cortina, fondateur du Michelangelo.

«Il ne faut pas trop exagérer, ce n'est pas ça qui va faire qu'on ne parlera plus français ou qu'on n'écrira plus français», tranche-t-il.

Il n'a pas été possible de parler à l'Office québécois de la langue française, dimanche.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer