Chien-guide menacé d'expulsion: l'Assemblée nationale applaudit Robert Delarosbil

Robert Delarosbil discute avec la députée Denise Trudel,... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Robert Delarosbil discute avec la députée Denise Trudel, qui a déposé une pétition de 1059 noms à l'Assemblée nationale.

Le Soleil, Erick Labbé

Partager

(Québec) Robert Delarosbil avait les larmes aux yeux et le visage tout rouge d'émotion, hier avant-midi, devant le vibrant accueil que les députés de l'Assemblée nationale, tous partis confondus, lui ont réservé.

Christina, le chien-guide de Robert Delarosbil... (Photo Le Soleil, Erick Labbé) - image 1.0

Agrandir

Christina, le chien-guide de Robert Delarosbil

Photo Le Soleil, Erick Labbé

Après que le président de l'Assemblée, Jacques Chagnon, eut souligné la présence du chien-guide (Christina) de M. Delarosbil dans les tribunes réservées au public, les élus ont applaudi de façon nourrie et se sont levés pour manifester leur appui à la bataille que livre depuis 20 mois le retraité atteint de surdité pour conserver son chien-guide.

«Ça m'a beaucoup ému. Je ne m'attendais pas à ça. J'en ai eu des palpitations. Ça m'a fait énormément plaisir», a-t-il dit au Soleil.

En raison de son problème d'audition, il n'a pu entendre les propos du président de l'Assemblée, qui a fait remarquer à ses collègues que les chiens d'assistance étaient acceptés au parlement. Le syndicat des propriétaires de condos de l'immeuble dans le secteur de Sainte-Foy où demeure M. Delarosbil fait pression à coups de procédures devant les tribunaux pour le forcer à se départir de son chien.

L'accueil chaleureux des députés a suivi le dépôt par la députée de Charlesbourg, Denise Trudel, d'une pétition réclamant l'adoption d'une loi afin qu'une personne handicapée puisse être accompagnée de son chien d'assistance dans son lieu d'habitation, que ce soit un condominium ou un logement.

Pétition

En appui à cette demande, on fait valoir que plusieurs autres provinces ont adopté une loi similaire et que la Charte des droits et libertés prévoit qu'une personne atteinte d'un handicap a le droit d'utiliser un moyen pour pallier son handicap. La pétition qui avait été inscrite sur le site Web de l'Assemblée nationale a été signée par 1059 personnes.

La députée de la Coalition avenir Québec souhaite que le gouvernement agisse rapidement dans ce litige. «C'est une question de sécurité pour M. Delarosbil et pour les autres propriétaires. S'il y avait un début d'incendie dans le condo de M. Delarosbil, le chien d'assistance sert d'avertisseur pour tout le monde», a souligné Mme Trudel.

«Au niveau municipal, il y a une réglementation qui oblige tous les propriétaires d'immeubles d'avoir des systèmes d'alarme. Dans le cas de M. Delarosbil, son chien d'assistance est son système d'alarme et on veut lui retirer. Dans mon livre à moi, ça n'a aucun bon sens», a ajouté l'ex-conseillère municipale d'Équipe Labeaume.

Pour sa part, le syndicat des propriétaires de condos Le Verre-Bourg prétend que le contrat signé par les propriétaires et qui interdit les chiens dans l'immeuble a préséance sur la Charte des droits et libertés. Une requête a été présentée l'an dernier en Cour supérieure pour forcer M. Delarosbil à se départir de son chien d'assistance, entraînant par la même occasion des frais de plusieurs milliers de dollars au retraité handicapé.

Aucune date d'audition de la requête n'a été encore fixée par la Cour.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer