Exclusif

Québec pourrait légaliser le poker au profit d'oeuvres caritatives

De plus en plus d'organismes à but non... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

De plus en plus d'organismes à but non lucratif (OBNL) tiennent des tournois de financement. Autre phénomène, des clubs de poker font des dons à des OBNL.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partager

(Québec) La Régie des alcools, des courses et des jeux pourrait permettre la tenue de tournois de poker au profit d'oeuvres caritatives. Pour la première fois au Québec, il serait possible de jouer à ce jeu d'argent en toute légalité à l'extérieur des casinos.

Le ministre de la Sécurité publique, Stéphane Bergeron, a confié au Soleil avoir demandé à la Régie des alcools (RACJ) de «se pencher sur la légalité du poker au Québec et la façon de procéder pour légaliser cette pratique [...] Vous et moi, on constate que c'est quasi toléré socialement. Ça nous oblige à nous pencher sur la question», dit-il.

Comme en faisait mention Le Soleil dans un dossier publié à l'automne sur la pratique du poker au Québec, de plus en plus d'organismes à but non lucratif (OBNL) tiennent des tournois de financement. Autre phénomène, des clubs de poker font des dons à des OBNL.

Ces activités sont illégales. Seule la Régie peut délivrer un permis pour la tenue d'une collecte de fonds impliquant un jeu d'argent. Et pour l'instant, il n'en existe aucun pour le poker.

Mais le ministre se questionne sur la nécessité d'interdire l'activité en 2013. «Les moeurs ont évolué. Est-ce que c'est logique que ça soit illégal? On a même un champion du monde québécois», lance-t-il, en référence à Jonathan Duhamel.

«Il n'y a pas si longtemps, les combats extrêmes [arts martiaux mixtes] étaient interdits au Québec. On s'est mis au diapason», poursuit-il. Cela étant dit, la RACJ ne fait que débuter son travail. À l'heure actuelle, le poker demeure illégal.

Salons hors casino?

Advenant une recommandation favorable de la Régie, serait-ce là le premier pas vers une légalisation plus large du jeu d'argent le plus populaire au monde? Pourrait-on voir ouvrir des salons de jeux à l'extérieur des casinos? À l'instar des loteries vidéo, l'État pourrait-il en venir à autoriser la pratique du jeu dans les bars en octroyant des permis?

Déjà, de nombreux bars de la province, dont plusieurs dans la capitale, abritent des poker room. Une partie des cagnottes - des milliers de dollars par semaine pour plusieurs établissements, a constaté Le Soleil -, est partagée entre les administrateurs des salons, les propriétaires de bar et les croupiers. De l'argent encaissé à l'abri du ministère du Revenu.

M. Bergeron sait pertinemment que la police n'intervient pas, ou presque pas, alors qu'elle est parfaitement au fait de l'illégalité de cette pratique. «C'est évident que les corps policiers établissent une liste de priorités selon les effectifs dont ils disposent», justifie-t-il.

Avant de se prononcer sur ce qu'il faut faire dans le cas du poker dans les bars, le ministre attend les conclusions de la réflexion menée par la RACJ sur le poker au profit d'oeuvres caritatives.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer