Haïti: aider les plus pauvres des pauvres

Ces petits garçons sont assis sur le toit... (Photo AP)

Agrandir

Ces petits garçons sont assis sur le toit d'une maison endommagée par le séisme de 2010. Cette photo a été prise mercredi dernier.

Photo AP

Partager

(Port-au-Prince, Haïti) Il y a trois ans, Haïti était frappée en plein coeur par un séisme qui a coûté la vie à plus de
250 000 personnes et a fait 1,5 million de sans-abri. Malgré les efforts déployés depuis, la très grande majorité des Haïtiens vivent encore dans la misère. Si le défi est gigantesque, certains n'hésitent pas à s'y attaquer. comme la ministre chargée de la lutte contre la pauvreté extrême, que Le Soleil a rencontrée en Haïti.

Rose Anne Auguste est ministre déléguée chargée des... (Photo collaboration spéciale Valérie Gaudreau) - image 1.0

Agrandir

Rose Anne Auguste est ministre déléguée chargée des droits humains et de la lutte contre la pauvreté extrême.

Photo collaboration spéciale Valérie Gaudreau

Rose Anne Auguste aime le Québec et «adore» Montréal, ses festivals et ses couleurs. Montréal où elle a décroché un doctorat et où elle aurait pu poursuivre sa carrière dans les services sociaux. Mais une autre mission l'attendait dans son pays, Haïti. Et toute une: s'attaquer à la pauvreté extrême. Rien de moins.

«C'est un beau défi, c'est un mandat assez important», lance Mme Auguste, attablée dans la cour de l'hôtel Karibe de Port-au-Prince, où Le Soleil l'a rencontrée en marge d'une mission du maire Régis Labeaume en Haïti, fin novembre.

«Beau défi.» Le terme tient de l'euphémisme tant la mission semble gigantesque. Car on a beau parler de relance d'Haïti, frappée en plein coeur par le séisme qui a fait plus de 250 000 morts il y a trois ans aujourd'hui, espérer voir le tourisme reprendre son envol, vouloir construire une caserne de pompiers, le constat est implacable: 51,1 % des Haïtiens vivent dans ce qui est qualifié de «pauvreté extrême». Avec moins d'un dollar par jour. «Certain n'ont rien, rien du tout», laisse tomber Mme Auguste.

Travailleuse de terrain acharnée auprès des femmes et des enfants, elle a accepté, à l'invitation du jeune premier ministre Laurent Lamothe, le poste de ministre déléguée chargée des droits humains et de la lutte contre la pauvreté extrême.

Une priorité

S'occuper des plus pauvres parmi les plus pauvres doit demeurer une priorité malgré tous les efforts plus larges de reconstruction. «On parle des droits civils et politiques, mais on banalise un peu cette situation», explique cette détentrice d'une maîtrise en administration de la santé et d'un doctorat en sciences humaines appliquées de l'Université de Montréal.

«Il faut porter assistance à ces gens-là, on ne peut pas croiser les bras», estime la femme de 49 ans. «Le gouvernement continue à travailler pour le développement du pays, articuler des services sociaux de base, réhabiliter les bassins versants, améliorer l'accès au système de santé, mais en attendant, il faut réduire l'extrême pauvreté. Et là, on est en train de voir comment aller vers les plus pauvres.»

Pour lutter contre cette pauvreté, l'État haïtien a élaboré de nouvelles mesures d'aide sociale, dont la plus élémentaire: de l'argent sonnant, assorti d'incitatifs. Par exemple, le ministère souhaite la première année encadrer 150 000 mères haïtiennes. «Pour être admissibles, elles doivent avoir leurs enfants à l'école», illustre Mme Auguste.

Le programme vise aussi à aider les personnes âgées, seules ou les victimes des catastrophes naturelles successives qui n'aident en rien la situation haïtienne. «Avec Sandy, on aide 227 000 personnes en donnant 35$US.»

Une somme qui peut paraître minuscule, mais qui change beaucoup de choses pour ceux qui y ont droit. «Pour moi en tant que petite bourgeoise, ça dure deux jours», lance Mme Auguste avec une pointe d'autodérision. «Mais pour le train de vie de ces gens, 35 $US - environ 1000 gourdes -, c'est quelque chose.»

Redonner confiance en l'État

Et au-delà d'aider les plus pauvres, ce nouveau programme suit un autre objectif: renforcer l'État haïtien pour tranquillement remplacer la «charité» de l'aide internationale.

«Après le tremblement de terre, il y a eu beaucoup de solidarité, mais qui s'est transformée à un moment donné en cacophonie humanitaire», analyse la politicienne. «Les gens sont venus aider, mais ils ne se coordonnaient pas suffisamment avec l'État haïtien. Au lieu de renforcer l'État, ça l'a rendu un peu plus faible.»

«L'administration Martelly-Lamothe veut attaquer la pauvreté extrême. On va commencer à le faire nous-mêmes, avec notre savoir-faire et malgré le très peu de moyens que nous avons», poursuit-elle, pleine de convictions.

Un pied au Québec

Même si son nouveau mandat l'occupe pleinement sur le terrain de sa terre natale, Rose Anne Auguste a toujours un petit bout de coeur ancré au Québec. «J'ai vécu à Montréal pendant sept ans, mais je venais toujours en Haïti chaque quatre mois», dit celle dont les enfants étudient d'ailleurs à l'Université de Montréal. «J'adore le Québec. Mais je reste une femme de terrain.»

Le côté «concret» du travail de Rose Anne Auguste séduit l'envoyée spéciale de l'UNESCO pour Haïti, Michaëlle Jean. C'est d'ailleurs elle qui nous a incité à rencontrer Mme Auguste pendant la mission à Port-au-Prince. Mme Jean ne tarit pas d'éloges sur cette femme «qui n'a pas froid aux yeux».

«Elle est courageuse, elle est d'une lumineuse intelligence, elle a de l'audace à revendre, elle a du coeur», estime Mme Jean. En consultant beaucoup et en agissant de «manière inclusive et participative», Mme Auguste «est en train de révolutionner les approches sur le plan de la gouvernance et du social», dit l'ex-gouverneure générale du Canada.

«Elle fait partie de ces femmes incorruptibles et déterminées qui constituent de l'actuel gouvernement en Haïti», conclut Michaëlle Jean.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer