Enfants du divorce: des juges en renfort pour les Fêtes

En chicane, les ex-conjoints peu conciliants demandent donc... (Photos.com)

Agrandir

En chicane, les ex-conjoints peu conciliants demandent donc à un magistrat de les recevoir d'urgence pour trancher le litige. Où iront les petits le 24 décembre? Et le 25? Où aura lieu l'échange des enfants? La chicane annuelle provoque une multiplication des auditions, constate Mélita Boucher, adjointe du juge en chef associé de la Cour supérieure.

Photos.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Tandis que vous angoissez, parents retardataires que vous êtes, pour dénicher les derniers présents à offrir aux héritiers, d'autres célèbrent la fin d'année en famille... au tribunal. C'est un rituel : le juge en chef de la Cour supérieure appelle des collègues en renfort pour répondre au flot de divorcés incapables de s'entendre sur la garde des enfants à l'occasion de Noël et du jour de l'An. Joyeuses, les Fêtes!

En chicane, les ex-conjoints peu conciliants demandent donc à un magistrat de les recevoir d'urgence pour trancher le litige. Où iront les petits le 24 décembre? Et le 25? Où aura lieu l'échange des enfants? La chicane annuelle provoque une multiplication des auditions, constate Mélita Boucher, adjointe du juge en chef associé de la Cour supérieure. Les ordonnances de sauvegarde - c'est le nom de la requête d'urgence utilisée - seraient deux fois plus nombreuses qu'à l'accoutumée.

La scène se répète à l'approche des vacances estivales et de la rentrée scolaire, mais c'est en décembre qu'on observe la plus grande concentration.

«Un exercice d'équilibriste»

«Ça arrive tout le temps dans les deux dernières semaines avant le temps des Fêtes.» Et qui dit faste judiciaire dit besoin de personnel pour entendre les suppliques : «C'est sûr que, sachant que chaque année, c'est la même chose, le juge en chef prévoit l'effectif», commente Mme Boucher. «On a des juges qui sont là en renfort.»

«Règle générale, dans le temps des Fêtes, les droits d'accès normaux sont suspendus», enchaîne Me Sophie Gauthier, avocate chez Garneau Verdon Michaud Samson, cumulant plus de 20 ans de pratique en droit familial.

Les anciens amoureux peuvent donc ajuster, dans l'intérêt des enfants, l'horaire des célébrations. Ce n'est pas toujours possible!

Disons que maman a un nouvel amour, un homme qui a aussi des enfants d'une précédente union. Et que le papa des enfants a également rencontré une autre femme...

«Il peut y avoir une désynchronisation.» Si les bibittes du passé n'ont pas été éliminées, on imagine bien la scène de festivité.

«L'autre dit : "Non, je ne m'ajuste pas à ton horaire pour faire plaisir à ta nouvelle blonde!"» Et tout le monde se retrouve en cour, pour qu'un juge décide à leur place des plans des enfants. «C'est vraiment un exercice d'équilibriste.»

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer