Occupons Québec de retour... sans campement!

Une vingtaine d'indignés souhaitent relancer le mouvement.... (Le Soleil, Andréanne Lemire)

Agrandir

Une vingtaine d'indignés souhaitent relancer le mouvement.

Le Soleil, Andréanne Lemire

Partager

Sur le même thème

(Québec) Ceux qui sont passés sur le boulevard Charest samedi après-midi n'avaient pas la berlue: il y avait bel et bien plus d'une vingtaine de personnes, banderole «Occupons Québec» bien en vue, à la place de l'Université-du-Québec. Les indignés souhaitent relancer le mouvement qui avait pris racine à Québec l'an dernier, mais sans campement cette fois-ci.

«Nous voulons souligner le premier anniversaire du mouvement Occupy Together, le 15 octobre 2011, qui a donné naissance une semaine plus tard au mouvement Occupons Québec. Nous voulons aussi relancer le mouvement, qu'on avait un peu laissé de côté durant la mobilisation étudiante, car les raisons de s'indigner sont encore bien présentes», explique David-Maxime Samson, un « vétéran» d'Occupons Québec.

Le maire Régis Labeaume peut toutefois dormir tranquille, il n'est pas question de ramener à la place de l'Université-du-Québec un campement comme celui qui avait été démantelé le 22 novembre par la police de Québec. «Le campement n'était qu'un moyen parmi tant d'autres, et partout dans le monde ils ont été démantelés par les autorités ou en raison des conditions météorologiques», signale M. Samson.

Il concède également que les revendications des indignés sont plus populaires que le moyen de pression pris l'an dernier. «Les sondages disaient que 70 % de la population appuyait nos idées et nos valeurs. Par contre, quand on parlait du campement, l'appui chutait de beaucoup. C'est pour ça qu'on n'en fera plus, d'autant plus que ça demandait beaucoup d'énergie.»

Valeurs et visibilité

Selon lui, les valeurs du mouvement Occupy sont toujours aussi pertinentes un an plus tard, même après la disparition des derniers campements. «On parle d'avoir davantage d'équité, une meilleure démocratie et zéro corruption, car la corruption vient toucher tout l'honneur de la charge publique», poursuit David-Maxime Samson.

Pour propager son message, Occupons Québec souhaite mener surtout des actions de visibilité cet automne, un aspect que les indignés ont retenu du mouvement étudiant. «On veut conscientiser en ayant un impact visuel, on ne veut pas déranger personne. On n'a pas l'intention de mettre de la peinture dans la côte d'Abraham», assure-t-il, ajoutant que les actions à prendre devraient être déterminées au cours des prochains jours.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer