Inauguration de la Maison Dauphine: sauvetage humain et patrimonial

Jean-François Néron
Le Soleil

(Québec) La restauration de plus de 7 millions$ de la Maison Loyola a relevé la double mission de mieux aider les jeunes de la rue et de redonner son lustre au bâtiment classé monument historique.

La Maison Dauphine, qui oeuvre auprès des jeunes de 12 à 24 ans en situation d'errance, a inauguré ses nouveaux locaux, mardi, rue D'Auteuil.

«Nous manquions d'espace. C'est plus vaste. C'est plus fonctionnel. Nous avons pu ajouter des services comme une salle d'activité physique. En plus, les locaux sont plus sécuritaires. C'est tricoté sur mesure pour nous», lance, visiblement comblée, Huguette Lépine, directrice générale de l'organisme.

Les OEuvres de la Maison Dauphine offrent des services de première nécessité comme des repas, mais aussi des programmes tels que le raccrochage scolaire (l'école de la rue), qui permet aux jeunes de réintégrer la société active. L'an passé, quelque 500 jeunes ont fréquenté l'endroit.

Ce qui se produit aujourd'hui est en quelque sorte le retour du balancier puisque la Maison Loyola s'appelait à l'origine la National School. C'était autrefois un lieu d'accueil et d'éducation pour les enfants démunis.

Le maire Régis Labeaume s'est dit aussi fier d'avoir sauvé ce «joyau» patrimonial construit en 1822. Le plus vieux bâtiment public de style néogothique était abandonné depuis 2000 à la suite d'un incendie. Dans un passé pas si lointain, l'édifice a abrité tour à tour les bars le D'Auteuil, Le Croque-Mitaine, La Fourmi Atomik et L'Après 11.

«Ça renforce le secteur. Souvenez-vous de quoi ça avait l'air ici il y a à peu près trois ans. C'était une verrue. On avait l'air irresponsable. On ne faisait pas ce qu'il fallait pour le conserver. On ne jouait pas notre rôle.»

Hommage au mécénat

Le président et chef de la direction de Cominar, Michel Dallaire, a été désigné comme le sauveur de la Maison Loyola. La fondation Famille Jules-Dallaire, du nom du père du mécène, a fait un don d'un million de dollars pour acquérir le bâtiment historique.

«Jules a toujours voulu aider les jeunes. De son vivant, il avait tenté de faire une acquisition immobilière pour une cause touchant la jeunesse, mais ça n'a pas fonctionné. Aujourd'hui, c'est l'accomplissement de sa volonté», explique Michel Dallaire, qui a dit avoir été rapidement convaincu de participer au projet. Il a été approché par Yvon Charest, coprésident, avec le maire de Québec, de la campagne de financement qui a permis d'amasser plus de 2 millions$.

Le maire a d'ailleurs salué la contribution des donateurs, soulignant au passage que «les gens d'affaires du Québec ne sont pas assez généreux». Le projet de la Maison Dauphine a été réalisé principalement grâce à des dons majeurs de grandes corporations et du ministère de la Culture.

M. Labeaume a profité de l'inauguration pour nommer MM. Dallaire et Charest au sein de l'Ordre des mécènes de la Ville de Québec, créé en 2009. Ils joignent ainsi leur nom à ceux des frères Peter et Richard Simons, qui ont acquis la fontaine de Tourny, ainsi que Pierre Lassonde, pour sa contribution au Musée national des beaux-arts du Québec.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer