Projet de mosquée sur Marie-de-l'Incarnation: des voisins réfractaires

Une organisation musulmane voudrait transformer un ancien salon... (Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Une organisation musulmane voudrait transformer un ancien salon funéraire en lieu de culte. La conseillère municipale Geneviève Hamelin dit être pour l'arrivée de cette mosqués pour l'attrait multiethnique du district qu'elle représente.

Le Soleil, Patrice Laroche

Matthieu Boivin
Le Soleil

(Québec) Une organisation musulmane de Québec souhaite acquérir un ancien salon funéraire situé sur la rue Marie-de-l'Incarnation, dans le quartier Saint-Sauveur, et le transformer en mosquée. L'édifice en question se situe en face de l'église Saint-Malo et près d'une école primaire, ce qui a soulevé l'indignation de quelques résidants qui ont participé à la consultation publique réalisée sur le sujet, mardi soir, au centre communautaire Mgr-Bouffard.

Cette consultation, qui a attiré une trentaine de personnes, était organisée par le conseil du quartier Saint-Sauveur, qui a voté presque à l'unanimité pour le changement de zonage qui serait nécessaire à l'aménagement de ce lieu de prière. La conseillère municipale de Saint-Sauveur, Geneviève Hamelin, dit aussi être pour l'arrivée de cette mosquée, en raison de l'attrait multiethnique du district qu'elle représente.

Le conseil d'arrondissement de La Cité-Limoilou devra par contre donner son accord pour que le projet aille de l'avant, mais un processus référendaire pourrait toujours bloquer son développement, comme ce fut le cas pour l'îlot Irving.

Ce changement de zonage est nécessaire parce que l'édifice visé par l'organisme derrière ce projet, la Mosquée de la capitale, se situe à l'intérieur d'une zone où les immeubles destinés au culte sont interdits. Afin de permettre la réalisation de ce projet, le bureau d'urbanisme de l'arrondissement de La Cité-Limoilou propose donc d'agrandir la zone où se trouve l'église Saint-Malo, afin d'y inclure l'édifice visé.

«Écoutez, dans notre esprit, quand nous avons visé cet édifice, nous étions convaincus que nous pourrions y aménager une mosquée et que le zonage le permettait, en raison de la présence de l'église de l'autre côté de la rue», a expliqué un membre de la communauté musulmane de Québec qui participe au développement de ce projet, Me Nadia El-Ghandouri. Celle-ci ajoute que les édifices qui pourraient satisfaire aux besoins de sa communauté sont rares à Québec.

«Bafouer nos valeurs»

En général, une majorité des gens qui ont donné leur opinion lors de cette consultation étaient contre le projet, à l'exception des membres de la communauté musulmane qui étaient sur place. Une résidante du secteur, Julie Langlois, a lancé les hostilités en affirmant que l'arrivée de cette mosquée allait «humilier les pratiquants», «bafouer nos valeurs», en plus de «traumatiser les personnes âgées» qui se rendent à l'église. Elle disait craindre aussi que cette mosquée fasse en sorte de «mettre sur un pied d'égalité les religions chrétienne et musulmane».

«À un moment donné, on va se réveiller, et on ne sera plus chez nous, a lancé un autre résidant, Alain Daigle, après la consultation. Un jour, il va bien falloir nommer une rue Mohamed, si ça continue comme ça!»

D'autres intervenants ont aussi dénoncé que cette mosquée pourrait créer des problèmes de stationnement dans un secteur où il serait parfois difficile d'en trouver dans les rues. Les gens de la mosquée ont rétorqué qu'il y aura de l'espace pour stationner à même cette propriété et que les musulmans se déplacent souvent en autobus ou en faisant du covoiturage pour se rendre à la prière du vendredi.

En entrevue avec Le Soleil, Me El-Ghandouri a expliqué que les membres du conseil d'administration de la mosquée n'avaient jamais pensé que la proximité de leur lieu de prière avec l'église pourrait soulever de telles passions.

«Pas du tout. On n'a jamais vu ça comme un problème. Ça peut très bien cohabiter, comme c'est le cas ailleurs dans le monde.»

Ce conseil d'administration souhaite acquérir cet édifice afin d'être propriétaire de sa mosquée, alors que la communauté miserait présentement sur la location pour plusieurs de ses lieux de prière. De plus, les quelques lieux de culte de Québec commenceraient à être bondés lors de la prière du vendredi.

La communauté musulmane de Québec compterait entre 5000 et 7000 membres. Ce projet d'un million de dollars sera financé à même les dons des membres de la communauté.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer