Mourir dans la dignité: vers l'élaboration d'un modèle québécois

«On veut présenter un modèle qui va permettre... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

«On veut présenter un modèle qui va permettre à tout le monde de recevoir les soins auxquels ils ont droit», a expliqué la députée de Hull, Maryse Gaudreault, présidente de la commission Mourir dans la dignité.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

(Québec) Après avoir parcouru le Québec pour prendre le pouls de la population, la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité créée en décembre 2009 accouchera de son rapport à la reprise des travaux parlementaires après Noël. Elle devrait notamment recommander au gouvernement de donner plus de mordant à la Politique québécoise en soins palliatifs de fin de vie.

La Commission tranchera également sur la question délicate du droit à l'aide médicale pour mettre fin à ses jours tout en proposant un modèle québécois pour améliorer les conditions de fin de vie, selon sa présidente, la députée de Hull, Maryse Gaudreault.

Peu loquace sur les conclusions du groupe des huit commissaires, Mme Gaudreault ne nie pas qu'il sera recommandé de mieux déployer les soins palliatifs au Québec, une question qui fait d'ailleurs consensus selon elle. «On veut présenter un modèle qui va permettre à tout le monde de recevoir les soins auxquels ils ont droit», a expliqué la députée.

Ce modèle pourrait-il ressembler à ce qui se fait aux Pays-Bas, en Belgique ou en France, des pays visités cet été par quatre membres de la Commission? Maryse Gaudreault refuse de préciser, une réponse fournirait trop de détails sur le chemin que veulent emprunter les commissaires. Dans les deux premiers pays, l'euthanasie est légale alors qu'en France, les parlementaires ont rejeté un projet de loi présenté à cet effet.

La présidente de la Commission souligne néanmoins que la province se distingue de l'Europe en raison du fait que c'est le Collège des médecins, et non pas des grou­pes d'intérêts, qui ont demandé au gouvernement de relancer le débat sur l'aide médicale à mourir. La Commission souhaite par ailleurs que ce terme remplace les expressions suicide assisté et euthanasie, qui présentent, selon elle, des connotations péjoratives.

Et après avoir entendu les doléances des citoyens et des experts pendant près de deux ans, Maryse Gaudreault a une certitude : les Québécois ne veulent plus terminer leurs jours à l'hôpital mais chez eux. «Le vieillissement de la population fait en sorte qu'il faut revoir le modèle du réseau de la santé», conclut-elle.

La commission de tous les records

> Création : 4 décembre 2009

> Début des consultations : 7 septembre 2010

> Fin des consultations : 22 mars 2011

> Huit villes visitées : Québec, Montréal, Gatineau, Sherbrooke, Saint-Jérôme, Trois-Rivières, Rimouski, Saguenay

> 29 jours d'auditions

> 231 personnes et organismes entendus, 184 mémoires et 47 demandes d'intervention

> 6779 réponses au questionnaire en ligne

> 114 interventions à micro ouvert

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer