Résidences pour aînés: la confiance à reconstruire

Un sondage rendu public hier par l'Association québécoise... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Un sondage rendu public hier par l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic montre que les Québécois ont une perception très négative des résidences pour personnes âgées.

Photothèque Le Soleil

<p>Anne Drolet</p>
Anne Drolet
Le Soleil

(Québec) L'idée de se retrouver dans une résidence pour personnes âgées ne plaît guère aux Québécois : 63 % d'entre eux disent ne pas «envisager favorablement» de passer leurs vieux jours dans ce type d'établissement, selon un récent coup de sonde.

Ces résultats d'un sondage effectué à la fin du mois de mai ont été rendus publics hier par l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP). Les 1000 sondés ont aussi indiqué que les récents cas médiatisés de mauvais traitements, de décès ou de suicide dans des résidences les inquiètent, soit beaucoup (61 %) ou un peu (23 %).

Luc Vallerand, le directeur général de l'AQRP, a été surpris de constater à quel point la perception des gens est négative envers les centres d'hébergement pour aînés. Une impression partagée par des Québécois de tous âges, note-t-il, les personnes interrogées ayant entre 18 et 65 ans. Selon M. Vallerand, les résultats sont d'autant plus étonnants que le sondage a été réalisé dans les deux semaines suivant le dépôt du projet de loi 16, qui vise à resserrer le processus de certification des résidences privées. «Visiblement, les gens ne sont pas du tout rassurés», fait valoir M. Vallerand. «Il faut rétablir la confiance, et pour ça il faut mettre en place des mesures [...] pour s'assurer que les résidences offrent des conditions de vie appropriées et sécuritaires.» Le dg précise d'ailleurs qu'il y a encore 30 % des résidences privées qui ne sont pas certifiées.

Le projet de loi 16 propose entre autres des sanctions plus sévères en cas d'infraction, l'établissement d'un seuil minimal d'employés, la formation obligatoire du personnel et la vérification des antécédents des employés et des bénévoles.

Des grandes lignes qui rejoignent de nombreuses demandes de l'Association. Pourtant, M. Vallerand n'est pas satisfait.

«Lors de l'annonce du projet de loi [le 12 mai], on pensait que la ministre [Dominique] Vien annoncerait des mesures concrètes, mais ce n'est pas du tout ça. On ne sait pas du tout comment ça va s'articuler, comment ça va se concrétiser. On est encore loin de l'action», déplore-t-il. Parmi les gestes con­crets, l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic souhaite voir instaurer un système de visites surprises pour contrôler la qualité des services.

Résultats attendus

Au cabinet de la ministre déléguée aux Services sociaux, Dominique Vien, on s'attendait à ce que la perception des gens en regard des résidences pour personnes âgées ne soit pas «au plus haut» en raison de certains cas de mauvais traitements très médiatisés. L'attachée de presse de Mme Vien, Louise Quintin, défend toutefois le bilan du gouvernement Charest. «On a été les premiers à mettre sur pied une certification et des visites d'appréciation dans le réseau public», avance-t-elle.

Le projet de loi cherche à aller plus loin, dit l'attachée de presse. La commission parlementaire sur le sujet aura finalement lieu en septembre. Si l'AQRP montre des signes d'impatience, Mme Quintin indique qu'il faut laisser le processus pour adopter le projet de loi suivre son cours. «On s'est doté d'un système au Québec, et on ne peut pas court-circuiter ça.»

Elle explique que la ministre avait jonglé avec des mesures beaucoup plus succinctes l'an dernier, qui devaient être adoptées en décembre 2010. Mais à force de consulter les acteurs du milieu, il est devenu évident qu'il fallait élargir la portée des mesures, fait valoir Mme Quintin. «On a réalisé qu'il fallait ouvrir la loi et à ce moment-là, c'est un processus qui est un peu plus lourd, mais je pense qu'il va donner encore plus de pouvoir. On est allé à la limite de ce que le réseau de la santé peut faire pour légiférer un réseau privé.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer