Euthanasie: Québec renonce à son cahier de réflexion

«Dans le contexte actuel, je trouve que ce...

Agrandir

«Dans le contexte actuel, je trouve que ce sont des coûts trop élevés», a confié au Soleil le libéral Geoffrey Kelley, qui préside cette commission spéciale sur l'euthanasie.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

(Québec) Contrairement à ce qui avait été envisagé, les Québécois ne recevront pas par la poste un «cahier de réflexion» sur une éventuelle légalisation de l'euthanasie et du suicide assisté en provenance de l'Assemblée nationale. Celle-ci s'est ravisée, par souci d'économies. Cette opération aurait coûté plus de 2 millions $.

Emportés par leur élan, les membres de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité avaient vu trop grand : pour inciter les citoyens à participer aux audiences publiques qu'ils mèneront à travers le Québec d'ici l'automne, ils avaient annoncé qu'ils feraient distribuer dans chaque foyer de la province, en juin, un document de réflexion sur le sujet.

«Trop cher»

Or, une expérience semblable d'envoi postal massif, menée en 2005 sur le mode de scrutin, avait coûté 2,2 millions $. Cinq ans plus tard, la facture aurait été plus élevée encore.

«Trop cher», ont fini par décréter les députés siégeant à cette commission mise sur pied par l'Assemblée nationale il y a quelques mois. Plus question, donc, de procéder à l'envoi d'un document de réflexion comme celui-là. Une décision prise - on s'en doute - après la présentation du budget de Raymond Bachand.

«Dans le contexte actuel, je trouve que ce sont des coûts trop élevés», a confié au Soleil le libéral Geoffrey Kelley, qui préside cette commission spéciale. Durant l'entrevue, M. Kelley a précisé se faire le porte-parole de ses collègues députés - tant ceux de son parti que ceux de l'opposition.

Une campagne traditionnelle

Les élus ont ensuite songé à une formule allégée : l'envoi d'une «carte postale» d'invitation. Mais ils l'ont également abandonnée, puisqu'il en aurait tout de même coûté quelque 450 000 $.

Ils viennent de décider de se rabattre sur une campagne d'information plus traditionnelle. Elle sera diffusée à la radio et dans la presse écrite; elle coûtera 200 000 $.

Le but recherché sera le même qu'au début : inciter les Québécois à aller dire ce qu'ils pensent de l'euthanasie lors de la tournée qu'entreprendront les membres de la Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité. «On veut écouter les citoyens sur ces questions très personnelles, explique Geoffrey Kelly. Elles soulèvent beaucoup d'émotions. On parle de moments forts de la vie.»

Après avoir entendu des experts en droit, en médecine et en éthique dans l'enceinte de l'Assemblée nationale plus tôt cette année, les élus se déplaceront dans une dizaine de villes et municipalités entre la fin août et la mi-septembre.

 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer