Prestations aux employés malades: une étape importante franchie

Marie-Hélène Dubé et le député bloquiste Yves Lessard... (Collaboration spéciale Marc Larouche)

Agrandir

Marie-Hélène Dubé et le député bloquiste Yves Lessard peu de temps avant le dépot de la pétition

Collaboration spéciale Marc Larouche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Larouche
Le Soleil

(Rivière-du-Loup) Ottawa s'est montré réceptif à la pétition de 62 700 noms déposée mardi à la Chambre des communes par Marie-Hélène Dubé, cette femme de Rivière-du-Loup qui se bat depuis un an pour faire changer les règles de l'assurance emploi pour les personnes gravement malades.

Par l'entremise de son directeur des communications, la ministre responsable, Diane Finley, affirme qu'elle s'assure continuellement que ce genre de prestations réponde aux besoins. «Nous sympathisons avec les Canadiens qui sont aux prises avec une maladie et qui doivent s'absenter du travail. C'est pourquoi nous avons élargi l'accès aux prestations spéciales, y compris les prestations de maladie, à 2,6 millions de travailleurs autonomes pour la première fois dans l'histoire. Nous continuons à surveiller et à évaluer les prestations de maladie de l'assurance emploi pour nous assurer qu'elles répondent aux besoins des Canadiens», explique le porte-parole de Mme Finley, Ryan Sparrow.

Marie-Hélène Dubé, quant à elle, était fière que sa pétition soit enfin déposée. «Comme 60 % de la population, je ne bénéficie ni de la sécurité d'emploi ni d'une assurance salaire. Depuis 2003, je dois subir divers traitements pour un cancer de la glande thyroïde qui s'est étendu aux ganglions. J'ai subi deux interventions chirurgicales, dont une majeure en novembre 2008. Mes prestations d'assurance emploi étaient terminées que je n'avais même pas commencé les traitements. Grâce à cette pétition, nous démontrons au gouvernement qu'il y a une réelle volonté de la part de la population de faire bouger les choses et de corriger cette injustice», dit la jeune survivante, qui veut faire passer la durée des prestations pour les personnes gravement malades de 15 à 50 semaines. Des représentants de la Société canadienne du cancer, de la Coalition Priorité Cancer au Québec de même que du Syndicat des travailleuses et travailleurs des postes étaient aussi présents pour la soutenir.

Deuxième phase

C'est le porte-parole du Bloc québécois en matière de ressources humaines et de développement social, Yves Lessard, qui a déposé le document. «Les 15 semaines autorisées par la Loi sur l'assurance emploi constituent, de l'avis du Bloc québécois, une aberration tout autant qu'une absence de compassion pour tous ces gens qui se trouvent en situation de détresse», commente M. Lessard.

Le leader parlementaire du Bloc, Pierre Paquette, estime que ceux et celles qui combattent une maladie grave vivent une terrible épreuve qui demande du temps et de l'énergie pour recouvrer la santé. «Tous doivent être soutenus adéquatement et avoir recours aux ressources suffisantes.»

Il est encore possible de signer la pétition au : petitionassuranceemploi.com, puisque dans les faits, celle-ci renferme plus de 65 000 noms et l'initiative se poursuit. «Le premier dépôt est effectué, mais après discussions avec les instances politiques, nous avons décidé de lancer une phase 2 et d'amasser encore des signatures tant que la pétition demeurera au feuilleton de la Chambre des communes», note Mme Dubé, ajoutant que le dossier ne doit pas tomber dans l'oubli.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer