Propos homophobes: les excuses de Mailhot et de Goldberg déçoivent

Le patineur John Weir, photographié jeudi, en attente... (AFP)

Agrandir

Le patineur John Weir, photographié jeudi, en attente des résultats de sa performance

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Vancouver 2010
Vancouver 2010

Suivez les espoirs olympiques de la région de Québec aux Jeux de Vancouver, du 12 au 28 février 2010. Notre journaliste Carl Tardif est sur place pour vous faire vivre ces Jeux d'une grande importance pour le Canada et qui font rêver la ville de Québec. »

(Québec) Le Conseil québécois des gais et lesbiennes (CQGL) se dit «très déçu» et «insatisfait» des excuses formulées vendredi matin par l'animateur Claude Mailhot et l'analyste Alain Goldberg quant à des propos jugés homophobes. L'organisme envisage maintenant déposer une plainte au Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC).

«Il semblerait que quand on a parlé des vêtements hier, ç'a a choqué certaines personnes, a indiqué rapidement Claude Mailhot lors de l'émission Le réveil olympique diffusée à RDS et à V. Ce n'était certainement pas le but. Si vous vous êtes sentis critiqués, on s'en excuse», a conclu l'animateur en revenant sur les propos tenus à l'endroit du patineur artistique américain Johnny Weir.

Trop peu aux yeux du président-directeur général du CQGL, Steve Foster.

«Dans la tournure des phrases, ils ne se reconnaissent pas. Ils nous mettent ça sur le dos et ne remettent pas les choses en contexte. Quelqu'un qui n'a pas écouté l'émission ne comprend pas sur quoi portent les excuses», déplore-t-il.

Ce dernier a aussi contacté le Consortium médiatique canadien de diffusion olympique pour faire part de son insatisfaction.

Jeudi, le CQGL avait qualifié «d'outranciers et d'homophobes» les propos de Claude Mailhot et d'Alain Goldberg.  Ce dernier avait notamment estimé qu'«on n'a pas tort de décrier» l'apparence de l'athlète de 25 ans. «Il a du rouge à lèvres, il s'habille de façon féminine, il essaie d'être le plus féminin possible sur la glace», a dit le réputé analyste.

«Il a le droit d'être ce qu'il est, le droit d'être comme il veut», avait par la suite reconnu Goldberg en ajoutant toutefois que «ça laisse une image assez amère pour le patinage artistique». «Ça c'est très ennuyeux car on pense que tous les garçons qui patinent vont devenir comme lui alors c'est un très mauvais exemple», avait poursuivi Goldberg.

Claude Mailhot en avait alors ajouté en avançant que pour être juste, Johnny Weir devrait passer un test pour vérifier sa «masculinité ou sa féminité», comme ceux récemment imposés à la coureuse sud-africaine Caster Semanya. «J'aimerais ça qu'il passe ces tests là!», a lancé Claude Mailhot.

Vendredi, Steve Foster a non seulement critiqué la brièveté des excuses des deux commentateurs sportifs, mais a aussi déploré qu'elles ne portent que sur les vêtements de Weir alors que la nature des propos étaient plus profonde, selon lui.

«Nous, on ne parlait pas de vêtements. Ce qu'on a dénoncé, c'est qu'ils ont ridiculisé sa masculinité et dit qu'il devait peut-être compétitionner chez les femmes et qu'il était une honte pour le sport», déplore-t-il.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer