Donne-moi ton cellulaire et je te dirai qui tu es

Des chercheurs ont pu reconstituer le mode de... (La Presse, Sarah Mongeau-Birkett)

Agrandir

Des chercheurs ont pu reconstituer le mode de vie de 39 participants en échantillonnant les molécules sur leurs téléphones portables.

La Presse, Sarah Mongeau-Birkett

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Ce que vous avez mangé, les médicaments que vous avez pris ou les produits de beauté que vous avez utilisés sont autant d'informations que l'on peut récolter sur vous grâce à une méthode scientifique permettant d'établir des profils notamment dans le cadre d'enquêtes criminelles, a révélé une étude récemment.

Ces chercheurs ont pu reconstituer le mode de vie des 39 participants en échantillonnant les molécules sur leurs téléphones portables.

«On peut imaginer un scénario dans lequel des enquêteurs arrivent sur les lieux d'un crime et trouvent des objets personnels comme un téléphone portable, un stylo ou une clé sans empreinte digitale ou ADN se trouvant dans une banque de données de la police... les laissant sans aucune piste», explique Pieter Dorrestein, professeur à la Faculté de pharmacie de l'Université de Californie à San Diego, principal auteur de cette étude publiée dans les Comptes rendus de l'académie nationale des sciences (PNAS).

«En analysant les molécules laissées sur leur téléphone portable, on a pu ainsi dire s'il s'agissait d'une femme, qui utilise des produits cosmétiques chers, teint ses cheveux, boit du café, préfère la bière au vin, aime des aliments épicés, est soignée pour une dépression, porte des lunettes de soleil et recourt aux insecticides et passe probablement de ce fait beaucoup de temps à l'extérieur...», précise Amina Bouslimani, scientifique à l'Université de Californie à San Diego et coauteur de ces travaux.

Les chercheurs ont fait des prélèvements sur quatre endroits des téléphones portables et huit points sur la main droite des participants, prélevant au total près de 500 échantillons.

Ils ont ensuite utilisé une technique dite de spectrométrie de masse pour détecter des molécules à partir de ces échantillons.

Ils ont identifié autant de molécules que possible en les comparant à une vaste banque de donnée de référence.

Encore du travail à faire

Cette approche n'est pas encore suffisamment précise pour identifier une personne sans l'ombre d'un doute comme le permettent les empreintes digitales, relève le professeur Dorrestein.

Pour affiner la technique, il faut davantage de molécules de référence dans la banque de données comme celles se trouvant dans les aliments les plus communément consommés, les textiles des vêtements, des tapis, des murs peints et tout ce qui est en contact avec les gens, indique-t-il.

Outre l'établissement de profils dans des enquêtes criminelles, cette technique pourrait être utilisée entre autres pour le contrôle de sécurité dans les aéroports et des études de pollution de l'environnement, selon les auteurs.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer